Il y a un objectif recherché par le pouvoir : perpétuer le statu quo par un réaménagement du pouvoir, en faisant participer l’opposition. C’est à dire gagner du temps et se maintenir au pouvoir, tout en restant le maître du jeu. Il y aura des réformettes qu’on appellera « transition démocratique négociée avec l’opposition », ceci pour la vitrine internationale, sur le plan interne le pouvoir dans son essence restera centralisé et autoritaire.

L’arrière -pensée du pouvoir est évidente : il joue sur fronts d’opposition (FFS et CNLTD), si cela marche pas avec l’un il essaiera l’autre, et c’est diabolique, car en même temps le pouvoir divise l’opposition…L’ego démesuré des dirigeants de l’opposition est un facteur négatif, jouant en faveur du pouvoir…

C’est à dire que le pouvoir lâchera une part de la rente, en procédant à un élargissement de la rente à d’autres sphères…Mais la tendance à la baisse des prix du pétrole (apparemment c’est une tendance lourde) compliquera la donne et peut-être faussera tous les calculs des uns et des autres, il y aura alors d’autres scenarii d’alliances et/ou de conflits…
Et ton avis ? Dans l’attente de ta réponse.

P.S. Il ne faut pas perdre de vue le déficit budgétaire. Dans Loi de finances 2015, il est prévu un déficit budgétaire égal à 25 % du PIB ! Ya bourrab ! Signification pratique : ils feront recours au Fonds de Régulation et à ce rythme, il s’épuisera dans quelques années, au maximum trois ans, moment à partir duquel il y aura des problèmes graves…

Pour le moment ils ont un répit de 2 ou 3 ans, le temps que le Fonds de Régulation soit épuisé, à ce moment-là les problèmes vont commencer.
Le réaménagement pouvoir opposition est une grande fumisterie : ce sera une période transitoire, jusqu’à épuisement du Fonds de Régulation, avec deux buts à terme :
1- Ramasser le maximum de rente par clan.
2- En faisant participer l’opposition, lui faire partager l’échec, car il y aura échec.

« Si nous venons à mourir, préservez notre mémoire », avait dit Didouche Mourad avant sa mort, car très tôt il avait compris la situation et l’enjeu , il pouvait donc avoir une vision prospective et savait qu’il allait mourir d’une manière ou d’une, soit tué par l’ennemi d’en face, soit tué par l’autre ennemi, l’ennemi intime…..

Je me dis que si Didouche n’était pas mort les armes à la main, peut-être qu’ il aurait subi (et partant ses camarades, les 5) le même sort qu’Abane Ramdane et le colonel Lotfi : ils auraient été tués par leurs propres frères de combat, ceux-là mêmes qui ont pris le pouvoir, sont devenus des néo-colons et ont mené le pays au désastre, et aujourd’hui, ils veulent tout en gardant la même architecture quelque peu aménagée, faire associer l’opposition ou une partie de celle ci afin de lui faire partager la responsabilité du désastre dont ils sont les seuls responsables et de perpétuer en même temps la rente….

Qui un jour écrira le livre de notre Histoire, un livre intitulé « La rente sanglante » ?…

Hadj Abdenour