Ces Maghrébins philosémites !

0
325

L’holocauste fait aussi partie de l’histoire de l’Afrique du Nord, où la plupart des camps de concentration n’ont pas été bâtis par les nazis, mais par le régime de Vichy.

Ainsi, le mémorial du Yad Vashem est un mémorial israélien situé à Jérusalem, édifié en mémoire des victimes juives de la Shoah perpétrée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Les atrocités qu’ils ont subies ont profondément marqué la conscience collective. Yad Vashem a pour mission de garder vivace la mémoire de l’Holocauste. Sur la colline, sous les arbres, se dressent des plaques portant plus de vingt-mille noms des non juifs ayant donné leur vie et même de ceux couru des dangers pour sauver des vies. Ces derniers qu’on appelle les justes des nations.

Pour l’historien Robert Satloff, tous les groupes ethniques y sont, à part les arabes. Seraient-ils des collabos ?

En 11 Septembre 2001, Robert Setloff, est directeur d’un institut de recherche réputé à Washington. A rendez-vous à New York au centre Rockfeller. Le directeur et historien spécialiste du Moyen-Orient  raconte qu’il était à New York, le 11 Septembre 2001, pour assister à une réunion des membres de son institut, lors qe laquelle il put voir les deux tours jumelles réduites en cendres. Sans doute ce sont les islamistes qui sont derniers cette attaque se dit le directeur. Qui est aussi partisan de la théorie du choc des civilisations de Huntington. Mais croire à cette conception assez bancale, serait de refuser l’internationalisation des savoirs et des connaissances, qui se diffusaient depuis la nuit des temps.

Les lecteurs de L’Orientalisme de Saïd Edward, ne serait en faveur de ce choc fictif, et préfère parler de choc d’ignorance. Dans la convivialité, est un livre d’Ivan Illich qui a critiqué la civilisation moderne, la faillite de la modernité. De ce fait, pour étudier le négationnisme dans les sociétés majoritairement musulmanes, Robert Satloff, s’est rendu, en premier lieu, vers la fin de l’année 2002 au Maroc. Où il y a eu plusieurs attentats qui visant la population juive. Au cours de ses recherches, R.S a découvert que la population arabe connaît très mal l’holocauste. Dont la majorité nie son existence. Même les médias populaires à l’instar des journaux quotidiens arabes  prennent distance avec l’holocauste et tantôt la renier en bloc.

Le pire c’est le bout du spectre, la célébration de l’holocauste. Ces télécoranistes, qui n’hésitent pas à dire que les juifs allemands assassinaient les allemands, « c’est de leur faute » Pour  l’historien Martin Gilbert, les camps de concentrations du Maghreb sont les pires que ceux de la deuxième guerre mondiale. Parmi les témoignages récoltés, celle qui refait souvent surface, est celle d’un  juif répondant aux initiales de (R.S)  Lequel cherchait ne serait-ce qu’un arabe ayant sauvé un juif de déportation, s’est retrouvé face à une ferme désolée. Près de Jabal Zarwane (une montagne Tunisienne) il y fait la rencontre d’un vieux aux initiales M.A, qui se souvient bien de cette époque de terreur. Le vieux racontait que les juifs se faisait torturer régulièrement par les allemands.

En 1943, lors d’une évasion massive des prisonniers juifs, qui cherchaient un refuge, finirent par le trouver chez Ali Sakat, qui a caché pas moins de 50 personnes fugitives, au sein de sa maison, qui se trouve, être la plus proche du camp. Sans pour autant oublier, les arabes qui avaient rejoint les camps de l’armée nazis. Ce genre d’histoire tombe généralement dans l’oubli, et ne sont pas malheureusement de notoriété publique, pour une simple et unique raison La politique, de l’après indépendance et ce, en raison de l’aliénation des pays Nord-africain au panarabisme, le chantre défenseur de l’identité et des pays arabes, en particulier, la Palestine ! Le conflit Israélo-palestinien est un cancer qui répand ses métastases dans le monde, comme l’a dit Edgar Morin.

La relativisation de l’holocauste, à le réduire en rien qu’un fait historique de peu de conséquences. Les familles juives évitent à tout de s’installer dans le Maghreb, pour diverses raisons, liées à la fois à la liberté de culte et particulière à la sécurité. Pour rappel, après les attentas du 11 Septembre, nombreuses sont les juifs à fuir les pays dits ‘’arabes’’ pour rejoindre les Etats-Unis.

l’histoire commune des arabes et des juifs de l’Afrique du Nord, ne date pas d’hier, c’est en 623 Après J.C, que les arabes conquérants ont introduits l’islam, le judaïsme est toléré tout comme le christianisme. C’était l’âge d’Or de la culture et du commerce. Lors de l’avènement de Pétain, les juifs du maghreb, ont été déchu de la nationalité française, les enfants de confession juive scolarisés, eux aussi, n’échappe à aux griffes du maréchal, en les radiant de l’école. Aux yeux de Léon Bassis, un rescapé de la shoah c’était le même régime en France sous Vichy (connu pour ses lois anti-juifs)

Toutefois, il est d’autres exemples, à l’instar de Naim, un  Algérien qui rêve de devenir le rabbin d’Alger ! Et qui dans un article rendu public par le quotidien El Watan, il évoque son amour pour le pays, mais n’a pas omis de regretter la situation de ses coreligionnaires, dont la foi est passée sous silence au risque d’être lyncher comme le petit enfant vêtu d’une kippa sillonnait les rues d’Alger à la recherche d’une synagogue, et a fini par être agressé sauvagement par des ignorants.

Il faut noter que la peur des juifs a vu le jour, avant l’indépendance à cause de la doctrine du nazisme, et a subsisté après l’indépendance à cause du système politique qui a pris place, dont la doctrine n’est autre que le panarabisme insensé. De nombreux maghrébins juifs ont été déportés consulter le catalogue Auschwitz. A rapeler le groupe d’El-Gosto, qui vu le jour dans les rues d’Alger, constitués de chanteurs de différentes confessions. Ce n’est pas l’histoire, mais bien la politique qui les a séparés et la musique les a réunis. On ne pourrait mieux conclure qu’avec cette expression

Réconciliez-vous, qui se trouve être aussi le livre de Marek Halter, qui invite tous les Hommes à la réconciliation, plus particulièrement, les juifs et les musulmans vu, la fosse si creuse qui s’est crue depuis des décennies.

Aziz Cheboub