Jamouli Ouzidane

je parle toutes les langues mais je n’en appartiens a aucune ..

Amin Maalouf dans les identités meurtrières

« Purifie-toi des attributs du moi, afin de pouvoir contempler ta propre essence pure ».

Rumi, Mansavi.

 

Conflit présent entre passé et futur
À l’ère de la mondialisation, beaucoup ont peur de perdre leur repère, identité, valeurs ancestrales, langue… Ils ont peur de se voir fusionner et fissionner dans la masse ! Comment alors concilier une identité millénaire de nos ancêtres en terme d’histoire, de culture, de religion… avec une modernité sans frontières qui nous fait perdre tous nos repères en nous mettant brusquement devant l’autre ; notre miroir asymétrique !

Ce face à face entre l’être et l’autre peut se transformer dans une haine contre l’étranger. Des politiciens et des médiatiques véreux utilisent cela comme fonds de commerce.  Au Nord, ce sont les émigrés et au Sud, ce sont les autres ethnies qui bouleversent la donne moderne géostratégique de passation de pouvoir de fait ! On peut voir cela en France par exemple depuis des décennies avec ces débats infinis sur ces émigrés musulmans de France qui sont pourtant des citoyens français (de deuxième ordre) depuis des lustres ; des citoyens qui vont aussi se replier sur eux en recherchant leurs différences ; leurs identités passées en créant ainsi plus de dissensions !

J’ai vécu ce drame identitaire tragique dans ;
– le monde arabe qui se disloque en ethnies dans des guerres civiles barbares sans fin. L’Irak avec les Kurdes, les Syriens et maintenant les Égyptiens…
– en Algérie avec le printemps berbère et des politiciens véreux qui demandent l’indépendance de la Kabylie !!!
– en Belgique entre Wallons qui avaient le pouvoir passé et flamand qui ont su faire la modernité et la mondialisation après la Deuxième Guerre,
– au Québec avec une charte des valeurs québécoise qui frise le racisme islamophobe de gens modernes, émancipés et se disant valeureux. Des Québécois de souche comme ils disent qui veulent l’indépendance du Canada anglophone, car ils sont autres disent-ils !

Comment concevoir une identité pure uniquement en contradiction des autres ?

Avant tout, je dois reconsidérer les deux points fondamentaux que sont l’identité et la mondialisation, mais commençons par les sens du politique ;

Sens du politique

La politique en Occident est devenue un métier et non plus une valeur. La politique est transformée en une « administration politique » enseignée dans les grandes écoles. Le politicien fait son travail de « décision making » avec des modèles de « logique probabiliste » basées sur la théorie des jeux ! Il fait son « job » comme le soudeur fait le sien. Il n’y’ a pas de place pour l’enseignement de l’amour du prochain, de l’humanité ou de la vie en général. Il s’en fout du destin « divin » de l’humanité. Le pragmatisme électoraliste populiste a tué le rêve !

La politique en orient est un jeu pervers ou viennent se greffer toute sorte de rats de campagnes ; militaires brutes, intellectuels de 4 sous, partisans de dernières minutes, tout le rebut de la société vient comme des chacals se soûler de notre sang chaud en festoyant en plein choléra ! Des jeunes embobinés vont partir en jihad pour égorger leur mère et leur fille par des fatwas de vieux pervers impotents…. pour sauver dieu leur père comme Hamlet, une malédiction qui frappe les fils ancrés à leurs identités sanguinaires qui demandent vengeance !

Nous vivons dans l’ère des flatteurs démagogues génocidaires qui courtisent nos identités meurtrières ; ceux qui ne tuent pas mais poussent au meurtre identitaire des personnes innocentes ;

là où fourmillent les démagogues, le peuple y devient tyran. C’est un être composé de plusieurs têtes; elles dominent non pas chacune séparément, mais toutes ensembles. Le peuple veut gouverner et devient despote. Les flatteurs y sont honorés, les gens de bien asservis. Ce que font les pestes de cour auprès des premiers, les démagogues le font auprès du peuple. Ils ramènent tout à sa volonté … »

Aristore

« Ainsi voilà l’espèce humaine divisée en troupeau de bétail dont chacun un chef qui le garde pour le dévorer. Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maitre, s’il ne transforme sa force en droit, et l’obéissance en devoir. Céder à la force est un acte de nécessité, non de volonté. Renonce à sa liberté, c’est renoncer à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité, même à ses devoirs… ».

Rousseau, le contrat social

Le politicien ne répond plus à l’attente de l’humain. Il ne le fait plus rêver. Il fait des promesses électorales à la société « civile ». Il s’occupe de faire stabiliser le cours et non pas inciter le rêve. Il s’occupe de sécurité et non pas de paix. Il s’occupe de profit et non pas de don ! Le politicien est devenu un milicien !. Son objectif est de me « vendre » une cage en or ! Il veut juste que j’arrête de rêver de la vraie liberté. Qu’elle est donc cette vraie liberté dont je rêve, mais qui m’emprisonne de l’intérieur ; ce moi préfabriqué et dont on me vante le destin historique civilisé !

1- Être et Identité meurtrière ; la Vertu historique

L’identité cache des enjeux stratégiques qui dépassent la simple connaissance innocente de soi. L’enjeu est un enjeu de pouvoir prédateur ; garder les brebis dans le territoire bestial du destin communautaire ; histoire, langue, nation, croyance, civilisation…

Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Qu’est-ce qu’il y’ a après la mort ? Pourquoi croyons-nous ETRES des Divins Civilisés unique héritier de la vérité vertueuse et pourquoi souillons-nous les AUTRES comme des Diables barbares ? Pourquoi nous entre-tuons-nous sans cesse, sans fin et jusqu’à la fin ?

Les plus grands génocides contre l’humanité sont faits par des humains cultivés, raisonnables, et humanistes. Des humains qui ont une forme humaine et qui pensent avoir la vérité et la vertu. Des humains de toutes races et cultures sans aucun monopole de bourreaux ou de victimes. Des Humains qui font des génocides dans un black-out historique total ; une histoire amnésique, caverneuse et désertée par nos fiers musées de civilisation historique, nos institutions académiques, et surtout nos médias hollywoodiens qui nous divertissent dans un abrutissement total favorable à une haine civilisée génocidaire, mais surtout suicidaire à cause de sa boucle de folie !

Ce génocide a une source sournoise presque inaperçue ; le conflit existentiel entre l’Être tragique (Sartre) et l’Autre (le visage divin de Levinas). Ce conflit est maintenant a son apogée avec la MONDIALISATION qui nous met directement entre nous autres et ces autres groupes… les Wallons et les Flamands, les québécois et les anglophones ou les émigrés.

On parle de spécifité française, francophone, wallonne, québécoise, kabyle, kurde … Mais, qui sommes-nous en réalité, au plus profond de nous-mêmes à part notre acculturation dans une ferme à vache ? ; la tribu primitive de Ibn Khouldoun ou le nationalisme qui a fait tend de génocide en Europe du fascisme au marxisme. Une Europe qui se voulait chrétienne de Rome et démocratique d’Athènes en face de la Turquie, mais qui se disloque plus avec la crise économique. Chez nous, cette euphorie guerrière footballistique de hooligans nationaliste contre l’Égypte qui a failli dégénérer en guerre nationaliste pour faire oublier au bas peuple son instinct primitif de haine de l’autre.

Nous devons revenir par nécessité à cette question de se connaître soit même selon Socrate. Nous connaissons si peu de nous et presque rien des autres disait le vénérable Edgar Morin. «Connais-toi toi-même », voilà toute la science disait Nietzsche. La science ici est lumière, humanisme et liberté.

Nous restons condamnés à nous interroger sur nous-mêmes :

− Qui suis-je ? Qu’est-ce que le Moi ? Qu’est-ce que l’Etre ? Qu’est-ce que l’Autre ?

− Suis-je une identité géographique, historique, culturelle, linguistique, économique, génétique…?

− Peut-on m’enfermer dans une définition discursive, physique, métaphysique, rationnelle, mathématique, digitale…?

Que de questions complexes à maîtriser ! Devant ce vertige, l’Être va faire une sublimation : je suis le Dieu et l’autre est un Diable qui doit disparaître. La quête du savoir s’est transformée dans une quête de l’identité divine devenue la seule vérité existentielle. Nous avons ainsi créé notre groupe historique comme un désir de vérité vertueuse sublime qui refuse la suspicion, la subversion et la sédition et qui commande la sujétion, la supplication et le sacrifice contre l’Autre Mal.

Voila le danger de l’identité meurtrière quand elle et un point d’arrivé fermé devant la vérité et la valeur des autres .. et non plus un point de départ pour s’accoupler à d’autres vérités dans une biodiversité et une synergie créative qui refuse de mourir par entropie.

J’ai eu l’occasion de rencontrer des autres êtres pour ma culture et qui ont dépassé leurs territoires bestiaux ; Jacob Cohen (2) qui parlait du métissage comme l’avenir de l’humanité et Rabbi Jacob (3) qui disait qu’Israël est un danger pour l’humanité. J’attendais un arabe qui disait que l’islamisme est un danger pour l’humanisme (4) !

2- Autre et Mondialisation ; entre Extinction et Mutation

Tous ces problèmes d’intolérance tragique ont une source ; le remodelage de l’humanité ; passage des états agricoles à industrielle et ensuite à l’état digitalisé en réseau de neurones. Les nouveaux maitres qui bouleversent l’ancien système sont ces sociétés de savoir qui maitrisent les sciences systémiques de la complexité et le chaos …

Les sociétés qui se concentreront dans le savoir sortiront de la crise, les autres qui vont se perdre dans des identités partiront … la Chine et l’Inde reviennent à l’histoire, car ils ont compris que l’important pour un chat n’est sa couleur, mais s’il attrape les souris ! La vielle Europe s’associe à l’Amérique pour préserver les financières dans un ultime acte de salut.

Maintenant, on est enchainé à un village planétaire, et on ne peut pas encore voyager dans l’espace. On doit se déplacer avec une carte d’identité humiliante qui ressemble à cette trace de fer rouge que le berger griffe sur son bétail !. Cette carte me rappelle ces étoiles que les nazis mettaient sur les juifs pour les reconnaitre. Pourquoi identifier un individu à un groupe depuis sa naissance jusqu’à sa mort ?. S’il y’ avait un seul groupe, il n’y’ aurait plus d’autres groupes et donc d’autres types humains !. Si Dieu est unique pourquoi pas l’Humain, le territoire ou le groupe ?. Un humain Unique qui peut enfin vivre sa différence en dehors de tout groupe !.

L’histoire est ouverte et j’espère pour la Wallonie de Mr. le Ministre Pierre Hazette, comme la Kabylie de Mr. le Ministre Karim Younes une plus grande ouverture aux autres, à l’univers, et au futur qui se dessine uniquement dans 4 défis majeurs ; les NBIC ; Nano, Bio, Info et Cognition … Ceci est un plaidoyer humaniste pour sauver notre futur à nous tous…!

La devise darwinienne est de rigueur ; S’adapter ou mourir … espérons que ce défi identitaire soit justement une bénédiction et non une malédiction… Espérons qu’à la lisière de notre chaos, l’humain se ravive enfin après ces millénaires de prédation humaine !

Les vrais enjeux géostratégiques ;

Quand on fait une lecture d’un état, on a tendance a y aller avec une seule partie du spectre ; ainsi, Newton avait découvert que le blanc est en réalité l’assemblage de toutes les couleurs. La multidisciplinarité, interdisciplinarité et transdisciplinarité de la complexité systémique (Edgar Morin) a fait maintenant son entrée pour casser la disciplinarité cartésienne et la dialectique socratique.

Un aspect géostratégique important est le fait que ces pays qui veulent leur auto-détermination ont AUSSI découvert comme par hasard des nouvelles richesses ;

– Le pétrole avec l’Écosse, le sud Soudan, les Kurdes, la Syrie, Nord du Liban

– Le phosphate et les poissons avec le Sahara espagnol.

– Une meilleure disponibilité des ressources cognitives comme pour les Flamands.

– Un remodelage géostratégique comme au Moyen-Orient…

un modèle que ces pays peuvent suivre et qui marche bien ; les provinces autonomes comme au Canada ou aux États unis. Mais, là aussi le Québec veut plus de pouvoir sur ces richesses inimaginables et la donnée historique francophile ( valeurs québécoises) est juste le voile qui cache les vrais enjeux ; le remodelage des territoires de survie pour mieux se positionner dans la mondialisation avec de nouveaux partenariats.

 

Références
1- Pierre Hazette ; Nos points aveugles. Proximité historique entre la Belgique et l’Algérie !

2- Jacob Cohen ; l’avenir est au métissage

3– Rabbi Jacob ; Israël est un danger pour l’humanité.

4- Jamouli Ouzidane ; Chaos et Extinction du monde arabo-musulman

Jamouli Ouzidane