Courier : « Dans tout ce qui s’imprime, il y a du poison plus ou moins délayé selon l’étendue de l’ouvrage, plus ou moins malfaisant, mortel. De l’acétate de morphine, un grain dans une cuve se perd, n’est point senti, dans une tasse fait vomir, en une cuillère tue, et voilà le pamphlet. ». 

Flaubert : « La presse est une école d’abrutissement parce qu’elle dispense de penser. »,

Montaigne  : « il n’est cru si fermement que ce qu’on sait le moins, ni gens si assurés que ceux qui nous content des fables »

Des individus sous couvert de liberté d’expression artistique se disent menacés par des intégristes qui leur refusent le droit divin de « création intellectuelle artistique ».

La question qui se pose est : est-ce que la liberté d’expression est un art universellement reconnue comme celui de Da Vinci ou un « discursive plumitif » qui vous permet d’insulter l’honneur, les convictions, les coutumes et les traditions d’un milliard de personnes ? et pire de votre propre communauté sous couvert de la moderniser sans rien connaitre à la modernité, c’est à dire les nanotechnologies et pas comment mettre un piercing dans son nombril ?

On connaît les insultes de ces francophiles de la métropole et surtout des nouveaux harkis en manque d’adrénaline ; la gloire médiatique de « maman m’as tu vu, on parle de moi dans la TV française, les journaux et les prix littéraires  »

La recette et le prix demandé : la modernité passe par l’insulte de l’islam et toute la société arabe ou arabisé comme ils disent eux les francophiles, ces « nouveaux messies postmoderne »  qui pensent qu’en mettant les « s » au pluriel on devient moderne ! On ne devient pas allemand en conduisant une voiture allemande !

Le « complexe coloniale de « Mohammed » revient en charge ! On l’appellera ici « Mohammed » car le colon en utilise à la pelle selon les saisons; ils se bousculent à la chaîne, au suivant qui pissera le plus loin sur sa communauté ! Ils ne sont ni les premiers et ni les derniers car c’est devenue très à la mode.

Une campagne d’insultes et une autre de soutien a divisé l’opinion publique sur le thème de « la liberté d’expression artistique » et la nécessité civique du respect de l’autre.

« Mohammed » n’est pas le symbole de l’opprimé (d’opinion). L’injustice de l’oppression, de l’arbitraire et du malheur (maladie, famine, analphabétisme, …) sont surtout ailleurs; en Afrique, dans la famine, les épidémies et les guerres civiles  ! « Mohammed » a le privilège que son « malheur » lui a fait une notoriété inespérée ! Il vie du sang qu’il suce ; il est servi par ce qu’il dit servir !

Ces auteurs ont une chose en commun ; ils ne sont connus que par le sacrilège et la provocation. Leur fer de lance ; une interprétation perverse de la laïcité qu’il égalise à l’islamophobie pure et simple. Ils n’ont aucune connaissance ni de la laïcité, ni de l’islam et encore mois de la modernité qui est surtout dans les domaines de nanotechnologie ! Comme des souris ou des chiens de dressages, ils devinent ce que leur maitre veulent et il aboient sur leur semblables pour avoir un peu de sucres : des prix littéraires, un peu de devises et un visa pour Paris et ses plateaux de télévision. Maman  sera fière de nous ; On a ainsi conquis Paris avec la recette de Grand-mère !

2084, de Boualem Sansal, et Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud sont d’authentiques indignités de la littérature algérienne qui a eut ses sommets de gloire et de fierté de la culture et de la littérature algérienne avec Mouloud Feraoun, Mouloud Mammeri, Tahar Djaout, Jean Amrouche. Mihammed Dib, Kateb Yacine …. Nos deux médiatiques francophilisés osent blasphémer les génies de 1984, de George Orwell, pour l’un, et de L’Étranger, d’Albert Camus, pour l’autre. Quelle montueuse différence entre le génie des originaux et la laideur des faussaires qui se vendent mieux que les originaux !

J’ai peur que leur exemple poussera plutôt les écrivains en mal de succès à tenter cette expérience (insulter « le sacré ») pour que le monde entier puisse enfin jeter un coup d’œil à leurs œuvres insipides. J’existe, Je suis un génie et je suis beau. Regardez de mon coté et ne m’ignorez pas ! Paraitre dans les médias et non Être dans l’Art de la pensée est le nouveau mode d’existentialisme après la mort du dernier philosophe français  Sartre et ses œuvres : L’Être et le Néant, L’existentialisme est un humanisme ou la Critique de la raison dialectique. On est à des années de lumières !

Ma question : est-ce que l’œuvre de « Mohammed » est belle (dans le sens critique et non morale)?. Est-ce que les thèmes rapportés sont « constructives ». S’il n’avait pas agressé les musulmans dans leur foi, est-ce que son œuvre aurait eut ce même retentissement (exemple s’il a choisi la misère qui frappe les enfants atteints de maladies chroniques, les vieux dans les hospices qui attendent la mort ou autre sujets moins frappants) ?

De même pour les autres … Rushdi n’a jamais eut de succès (médias et ventes mondiales grâce à la machine de guerre fasciste scellée dans l’ombre) ni avant et ni après ses « versets sataniques » ! Il a essayé d’écrire sur d’autres thèmes après en pensant que sa notoriété l’aidera mais n’a jamais réussit de récidiver le génie diabolique de ses  « versets sataniques« ! Il a été ensuite changé pour d’autres Rushdi ; des « Mohammed » du terroir !

Je pense que la liberté de pensée doit (elle l’est) être totale même si certain pensent qu’elle exige une responsabilité. La responsabilité ne doit pas être une contrainte « légale » mais une contrainte « morale » selon ses valeurs. Je n’y reviendrais jamais !

« Mohammed » a le droit (naturel) de critiquer son Dieu, de parler de sa nature, d’utiliser des « mots » contre les symboles de l’état, de la morale et de la religion. Je refuse tout simplement de m’embrigader dans ce débat car l’histoire est ailleurs !!!. Les chrétiens ont voulu réprimé le cinéma (œuvre intimes sur Jésus et de Marie), ils ont vite comprit qu’ils donnaient de la publicité gratuite aux minables incapables de créativités littéraires… maintenant on ne fait plus rentrer de recettes en insultant Jésus. Ni la fausse église et ni les faux intellectuels ne signent de pétitions. Le pauvre cinéaste cherche maintenant ce qui peut bien encore « frapper » dans une société libre ou qui veut se libérer en brisant des tabous qui n’en sont pas  !

Dire que l’autre est un diable ne suffit plus a prétendre qu’on est un saint!. Au lieu d’insulter l’autre (comme le fait la presse et les parties démocratiques ignares), montrez et démontrez (dans les actes) votre modernité, votre droit de penser et d’exprimer vos opinions en n’ayant pas peur d’affronter les autres par le débat et non pas par l’insulte, la calomnie et le bruit. J’ai bien parlé d’opinion et non de pensée car la pensée est plus noble que l’opinion ! On doit critiquer l’objet de la pensée mais jamais juger la personne qui pense. Mais le peuple ne fait pas la distinction entre une opinion et une pensée ! BHL est une opinion islamophobe mais Marx est une pensée scientifique !

Dieu n’est pas un être faible qui a besoin (des islamistes) qu’on le protège des inepties des uns et des autres. Ni les plus grandes insultes et ni les plus grandes éloges ne peuvent ajouter ou retrancher à son royaume un grain de poussière. Il est détaché de nos minables mesquineries qu’on appelle opinions !

Je refuse le débat sur Dieu car Dieu n’est ni une religion et ni un religieux ! Le débat sur dieu est le pire débat qu’on puisse avoir quand on est sous-développé, ignare et narcissique ! Laissons ce débat qui nous dépasse dans la sphère Mystique. Ce débat est une diversion sénile pour aller aux problèmes des citoyens ; l’entreprise, les biotechnologies, les « big data » … qui nous ramènent indépendance (économique, militaire, scientifique), dignité, et puissance !

Quelle est donc cette prétention monstrueuse de détenir la vérité et de ne pas laisser l’autre expérimenter sa pensée sous un calomnieux jugement d’intentions ?. On est en plein moyen âge. Les extrêmes sont partout. Moi, Je n’ai pas de prétention à donner à n’importe quel humain, Je dis simplement respecte la pensée de l’autre (qui te contredit) si Tu veux qu’on te respecte… : C’est ça la règle N°1 de la démocratie… Pourquoi cette obsession à rendre les gens comme nous ? comme si on était un étalon de mesure de la pensée ! Quelle insolence narcissique !

« Mohammed » , Vous êtes libre de faire de la propagande et de défendre vos idées, mais de grâce ne dites pas que vous êtes un artiste et qu’un artiste a besoin de liberté pour créer: vous n’avez pas créez l’insulte, elle existe depuis que l’homme existe …Et si vous utilisez l’insulte (au lieu de la critique scientifique !) de l’autre, attendez vous qu’il vous le rende bien au lieu de crier au lynchage… J’accepte la critique de l’Islam d’Arkoun car il a cette « science immense » de la critique et il est capable de se défendre sans pétitions par ses ouvrages.

Non « Mohammed » ne sera pas notre Jésus Christ !. Il n’a pas inventé la pilule, il n’a pas déchiffré le code ADN et il n’a pas d’association pour les enfants. Nous n’avons pas le temps (et le luxe) de rentrer dans un débat (imposée) par les extrêmes des deux bords. Ils ne vivent (les deux) que par et pour le showbiz (fructueux) du scandale. Je préfère de mille fois être choqué par Baudelaire, Sade ou Al Khayam car j’ai devant moi une monstrueuse beauté qui me fascine…

Jamouli Ouzidane