Ces femmes dites ‘seules’ pour dire ces ‘femmes et enfants’ sans un homme !

Fidèles à leur réputation, les chiens de la vertu s’attaquent aux plus faibles, celles qui logent dans habitations en ruine, qui vivent, que dis-je, qui survivent aux cloaques de Hassi Messaoud en faisant l’impossible pour ne pas abandonner les enfants dont elles ont la charge, le plus souvent parce que d’autres vertueux les ont jetées dehors.
Oui ces femmes ne sont pas seules comme le suggère le titre, elles vivent le plus souvent avec leurs gamins !!!!!

Encore une fois, les plus fragiles sont accusés du pire, parce qu’un crime dont la victime est un homme aurait eu lieu dans cet horrible quartier où nous dit-on, c’est en tentant de se défendre contre un homme qui essayait d’entrer de force chez elle, qu’une femme l’aurait poignardé.
A qui le tour la prochaine fois, les mendiantes ? Et après ? Les fillettes qui vendent les feuilles de Brik et le pain ?

Soyez maudits jusqu’à la fin des temps. Depuis quand une société donneuse de leçons et qui s’affiche musulmane à tous les coins de rue et même sur les toits, livre-t-elle des femmes à la précarité, à la solitude et à vivre seules ??? Où sont les Mahrem ? Où sont ces compulsifs prêts à tuer pour défendre la clownesque mercenaire du parti H’ams ?

Où sont les Ulémas si pressés de nous imposer leur borborygme relatif au livre de géographie de Benghebrit ?

Y a-t-il encore des coeurs et des âmes pour défendre ces orphelins livrés aux Favelas du Sud et ces femmes jetés en pâture aux employeurs véreux, aux voyous de tout poil et à la misère que Sidi Said est officiellement chargé de gérer ?
Z.A.