Tout tout tout, Ouyahia nous dit TOUT sur SES opposants, et par ricoché, sur LES vrais opposants !

Ouyahia, dans son discours triomphant à l’APN, a tenu à rappeler que les opposants DU pouvoir, avec leurs speechs et leurs verbiage sont avant tout la preuve vivante (aux yeux du monde) que l’Algérie est un pays démocratique.

Néanmoins, le prime ministre a tenu à lire à chacun sa fiche de notation et son profile, mais c’est loin d’être le plus intéressant à savoir;

On apprend au passage, qu’il y a les opposants courtois, satinés et révérencieux, il y a les opposants un peu perdus, égarés, voire indécis, qui n’arrivent pas à décrypter le message de l’au delà de leur pontif et il y a enfin les opposants hypocrites, carriéristes, haineux, extrémistes, prêts à sangloter pour avoir des voix, mais qui au fond, tels des loups embusqués sous un arbre n’attendent que la chute du fruit, mais enfin nos loups seraient-ils herbivores ??? Tant il est vrai que les sanguinaires ne se cachent jamais dans ce pays.

Pourtant et à notre sens, le meilleur est en effet laissé pour la fin et résumé en soi la stratégie du pouvoir envers les véritables opposants, en effet, à propos de Mr ‘Ghachi’ comptabilisé comme opposant, Ouyahia nous dira clairement, qu’il ne sera ni inquiété ni sanctionné, car ne représente rien et n’a aucune chance d’être écouté.

La messe est dite, le pouvoir ne montrera ses griffes qu’aux véritables opposants, ceux qui, sans disposer du moindre canal, sont écoutés par le peuple, ceux qui ont la confiance et le respect des Algériens, ceux qui, avec un seul mot sont réellement capables de mobiliser, d’éclairer et rassembler.

Que les opposants, et à leurs tête, Boukrouh & Co, continuent leurs monologues et profitent de la liberté de siffler et de se taper dessus pendant que d’autres, dont le simple nom est proscrit, sont soit bannis de leurs terres, soit privés de tout mouvement, y compris celui d’aller prier.

A bon entendeur !
Zineb.