ALGER – Le directeur de la prévention au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Ismaïl Mesbah, a annoncé mardi à Alger l’introduction, dans les tout prochains mois, de quatre nouveaux vaccins dans le calendrier vaccinal pour enfants.

Il s’agit des vaccins suivants : vaccin anti-poliomyélitique injectable, vaccin anti-rubéoleux, vaccin anti-pneumococcique et vaccin anti-ourlien (oreillons), conformément aux recommandations issues de la réunion ayant regroupé en 2014, les membres d’un comité d’experts du ministère de la Santé et des experts mondiaux de l’OMS et de l’UNICEF, a affirmé M. Mesbah à l’APS.

L’introduction de ces nouveaux vaccins intervient après insistance des pédiatres, virologistes et épidémiologistes, a-t-il souligné, affirmant que le comité d’experts de la vaccination du ministère de la santé s’attelait, actuellement, à finaliser la stratégie de mise en £uvre du nouveau calendrier vaccinal qui porte pour chacun des nouveaux vaccins sur les aspects suivants: planification des besoins, logistique, chaîne de froid, sensibilisation, formation, et mobilisation sociale.

L’objectif de cette opération qui s’inscrit dans le cadre des recommandations et de l’élargissement du calendrier vaccinal tracé par l’OMS conformément aux données épidémiologiques, est de simplifier le calendrier vaccinal national par le recours à des vaccins combinés et l’adjonction de prises supplémentaires, en plus des nouveaux vaccins, a ajouté M. Mesbah.

Lors d’une journée parlementaire consacrée à la vaccination, des professeurs en pédiatrie ont affirmé que la mortalité par les infections invasives à pneumocoque était de plus de 1.500 décès chez l’enfant de moins de 5 ans. Le virus a induit l’hospitalisation de plus de 55.000 enfants pour insuffisance respiratoire aiguë.

Les différentes études réalisées dans ce domaine ont démontré que les méningites à pneumocoques représentaient 60% des méningites avant l’âge d’un an, et étaient à l’origine d’une mortalité élevée et de séquelles dans 30% des cas.

Le programme élargi de vaccination des enfants en Algérie a assuré un taux de couverture sanitaire de plus de 90%  au niveau national, permettant l’éradication de la poliomyélite depuis 1997, l’élimination du tétanos néonatal depuis 1984, de la diphtérie depuis 2007 et une baisse progressive de l’incidence de la rougeole de l’ordre de 0,07 / 100.000 habitants.

Tous ces efforts ont permis d’enregistrer des progrès dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dans la mesure où ils ont induit une réduction de la mortalité infantile qui est passée de 46 pour 1.000 naissances vivantes en 1990 à 17 décès pour 1.000 naissances vivantes durant 2012, a rappelé le directeur de la prévention au ministère de la Santé.

Les efforts consentis par l’Algérie pour l’éradication définitive de la poliomyélite et du tétanos lui ont valu la reconnaissance de l’OMS qui s’apprête à lui remettre un certificat spécial dans le ce domaine.

Le responsable a affirmé que « des mesures ont été prises pour mobiliser les fonds nécessaires au fonctionnement du calendrier vaccinal, alléger les procédures d’importation des vaccins et assurer leur disponibilité et leur distribution par l’institut Pasteur ».

En dépit des mesures prises et des résultats obtenus, « le ministère de la Santé demeure vigilant et continue de renforcer le calendrier national de vaccination des enfants afin d’améliorer la couverture vaccinale au niveau national, et faire face à tout risque de résurgence de ces maladies évitables par la vaccination ».

aps