Circulez, il n’y a plus rien à gratter… Le sieur Saidani secrétaire du parti F.L.N (qui n’a plus rien à voir avec le prestigieux front de libération de la guerre de libération algérienne de 1954) vilipende la secrétaire générale du parti des travailleurs Mme Louisa hanoune qui à son tour réplique le traitant de gangster.

Aprés les échauffourées à APN le 01/12/2015, c’est l’escalade verbale entre dirigeants de partis afin d’amuser la galerie alors qu’est adoptée cette loi de finances 2016 conçue au détriment des salariés et travailleurs en général quand des avantages fiscaux et douaniers sont accordés aux entreprises nationales et étrangères sans contreparties sur l’emploi..

C’est toujours ainsi depuis toujours et surtout depuis le tournant libéral de 1980. En bas de l’échelle on ne cesse pas de payer les pots cassés d’une gestion désastreuse. Depuis toujours le peuple compte pour des prunes. Nul ne peut grand-chose quand ils décident encore de privatisations. C’est chaque fois le fait accompli laissant chaque fois braire des dirigeants de partis pour amuser la galerie et faire croire à l’existence d’une vie politique en notre pays.

Toujours donner encore plus pour les nantis jusqu’à concevoir des lois pour racler la marmite. C’est ainsi aujourd’hui lorsque le prix du baril de pétrole est au plus bas comme hier du temps dés 1999 –coïncidant avec l’élection de Mr Bouteflika- lorsqu’il caracolait à plus de 120 dollars l’unité. Et comme ils n’avaient rien prévu en cas de crise, ériger une économie productive de substitution aux hydrocarbures, ils se retournent aujourd’hui comme aux temps passés contre les salariés désavantagés par la LFC 2016.

L’austérité ce n’est jamais pour les nantis qui continuent de transférer les « fruits » de leurs rapines à l’étranger.

Notre pays est loin de ressembler à cet autre pays pétrolier qu’est la Norvège qui fait tout pour ses générations futures. Alors qu’en Norvège le haut niveau de vie existe en Algérie c’est au malheureux salarié qu’on demande de serrer la ceinture. Faut croire que les classes politiques et les gouvernants des deux pays sont différents voir carrément opposés.

Si en Norvège gouverner c’est prévoir en Algérie c’est la mangeoire qui a de tous temps attirés les insatiables voraces auxquels nous demandons aujourd’hui d’aller voir ailleurs tant ils ont échoués en tous domaines.

Circulez, il n’y a plus rien à gratter

Amokrane Nourdine

https://www.youtube.com/watch?v=AtBLv1LcOOE

https://www.youtube.com/watch?v=mIbDjSEYUlc