Qui se souvient de Mohamed BOUDIA ? Celui dont l’assassinat par le MOSSAD avait bien arrangé les affaires de Boumédienne ?

0
1128

Qui se souvient que le Mossad avait classé cet Algérien ‘ennemi public d’Israël’ ce qui a signé son arrêt de mort.

Qui se souvient que Mohamed BOUDIA avait participé à l’attentat de Munich en 1972 contre l’équipe d’Israël ?

Qui se souvient que MOHAMED BOUDIA a été enterré dans son pays comme un malfrat et un paria dont le nom était toujours interdit, juste parce qu’il s’était opposé au coup d’Etat de Boukharouba ?

Qui se rend compte de la pantalonnade de ‘Maa Falestine Dhalima Aw Madhlouma’ signé Boumedienne ?

Qui réalise que si Mohamed BOUDIA avait pu rentrer dans son pays, le Mossad ne l’aurait pas atteint à Paris ? A moins que …Je n’ose imaginer, non non, Boumédienne n’a tout de même pas applaudi ce coup de main du Mossad ?…………….;

Pendant que Boumedienne ‘surveillait’ la révolution avec le MALG, BOUDIA avait rejoint la France pour devenir membre de la Fédération du FLN (Front de Libération Nationale). Il participe à plusieurs opérations en tant que fidayine. Chef du commando « La Spéciale », il fomente l’attentat contre les dépôts pétroliers de Maurepiane. Blessé lors d’une de ces opérations en 1956, il est arrêté en 1958 après avoir perpétré un attentat à l’explosif à Marseille contre un pipeline. Il est condamné à vingt ans de prison. Considéré comme un élément « dangereux et perturbateur », il navigue d’une prison à l’autre : Fresnes, la Santé, les Beaumettes et Angers ont été ses lieux de détention.

Au fait, BOUDIA, natif de la Casbah, était très épris épris de théâtre, il est devenu dramaturge et journaliste et fût en 1963 le directeur du TNA.

Son nom n’a été réhabilité que sous Chadli à dessin bien sûr, et ce, via, les mêmes canaux et les mêmes journaux chargés au gré du vent d’effacer les mémoires et de créer les héros.

Je ne ferai pas de cadeau à ben Bella encore moins à son règne mais BOUDIA faisait partie des meilleurs enfants de cette terre et seuls des monstres et des ignares avides de pouvoir pouvaient à ce point mépriser leur patrie et leur peuple au point de torturer, traquer, condamner et condamner de tels révolutionnaires.

MOHAMED BOUDIA est mort à l’âge de 41 ans, tué par l’explosion d’une bombe déposée dans sa voiture.

Z.A.