On assiste impuissant à une gestion chaotique dans la direction des œuvres universitaires à l’université d’Ouargla Kasdi Merbah.

Avec un budget annuel de restauration qui s’élève à 290 milliards de centimes auquel s’ajoute un autre budget complémentaire de 65 milliards de centimes. Sur le terrain de la réalité, on a un véritable sentiment de désolation; repas réduit et entretien inexistant.

Cette gestion chaotique a fini par un drame qui a débouché sur la mort d’une étudiante universitaire dans le département de la langue anglaise ; la défunte Debbagh Sabrina qui a reçu un choc électrique causé par l’état pitoyable des installations électriques de l’université.

Le matin, alors qu’elle était sur le point de faire l’abolition pour faire la prière, elle a reçu un choc électrique. Un événement douloureux qui a suscité une grave indignation auprès des classes estudiantines sans pour autant qu’une enquête soit ouverte.

La gestion chaotique du directeur de ce centre universitaire a entrainé la dégradation totale du cadre de vie. Il est toujours maintenu en poste pour une autre année universitaire. Ceci a déjà entamé la rentrée avec des scandales semblables (voir photos ci-jointes). Cette affaire tragique a suscité beaucoup d’interrogations dans cette Wilaya sinistrée vouée à l’abandon et au scandale.

À quand une enquête de la tutelle qui est responsables de l’hygiène et sécurité des étudiants algériens et de nos filles ?

Rami Lahoual, correspondant Algérie Network au Sud