Il est curieux que l’incendie du siège du journal satirique soit imputé aux musulmans sans autre forme de procès. Les musulmans, eux-mêmes, quoique outrés par la violence de l’injure qui leur est faite par le journal et qui pensent, comme moi, que l’on n’a pas besoin de descendre au niveau de la bêtise et de la vilénie pour les combattre, mettent l’acte sur le dos de ce qui ne peut-être que de faux musulmans! Ahurissant! Après le deux poids deux mesures pour la liberté d’expression, Les médias français seraient-ils en passe de décliner de manière très sélective le droit à la présomption d’innocence? L’hypothèse qu’il puisse s’agir d’un simulacre orchestré par le journal, lui-même, est-elle si extravagante?
Dans cette atmosphère pré-électoral où l’on les sarkozystes désespérés par l’impopularité de leur canasson font feu de tout bois pour ranimer les ardeurs d’un électorat de droite qui a sombré dans  l’expectative. Il faut réveiller les peurs qui induisent les réflexes qui circonscriront la débâcle.
Je n’imagine pas le président sortant entendre les français lui crier « dégage »! Avant que la campagne ne commence les sondeurs créditent François Hollande de plus de 60% d’intention de vote contre à peine la moitié pour son rival. On suivra attentivement si l’accusation de Martine Aubry, gravissime, contre le vainqueur des primaires socialistes,  à savoir qu’il ne serait que le candidat du système! En terme plus clairs, il ne serait là que pour faire le lièvre à Sarkozy!
Je ne serais pas du tout donc étonné de voir Philippe Val, pour revenir à l’affaire Charlie-hebdo,  monter au créneau pour expliquer que les Français attendris par la venue de la petite Giulia, ont finalement retournés leur veste en plébiscitant Nicolas Sarkozy.
L’incendie des locaux de l’ancien journal de Philippe Val coïncide avec le désaveu définitif, de l’actuel patron de France-Inter et la condamnation de l’hebdomadaire pour préjudice moral et financier à l’encontre de l’humoriste Siné.
On se rappelle que Philippe Val,  sur une simple accusation infamante d’antisémitisme, avait licencié Siné,. En réalité, il avait muselé le droit à la libre expression par la satire à cause du crime de lèse-majesté commis, en 2008, par l’humoriste à l’encontre du fils de Sarkozy. Après que la justice ait eu à débouter la LICRA, en 2009, en réaffirmant que  Maurice Sinet  (Siné) n’a été coupable d’aucune incitation à la haine raciale mais à user de son droit à la liberté d’expression, la voilà qu’elle fait payé aujourd’hui au quotidien le préjudice qu’il a fait subir au journaliste.
Alors l’incendie ne serait-il pas qu’un contre-feu pour faire diversion de ce beau et intéressant exercice de la justice française? D’une pierre, deux coups: Rameuter une partie de l’électorat de madame Marine Le Pen au profit du candidat Sarkozy en pointant du doigt et en jetant l’anathème républicain sur ces musulmans qui non content de faire la prière dans la rue, voilà qu’ils s’avèrent ne pas être suffisamment français en ne respectant pas le droit à la satire!
Il est difficile de ne pas remarquer que Philippe Val, trône sur France-Inter, radio nationale publique, par la volonté du président de la république qui tenait à se faire du bien en récompensant un homme sûr! Philippe Val est un homme qui perd son humour plus vite que son ombre lorsque le pamphlétaire prends pour cible ses amis, DSK, Eric Besson et à fortiori Nicolas Sarkozy. L’excellentissime Stéphane Guillon en a fait les frais.   Pour justifier sa décision de faire taire l’impertinent Stéphane Guillon, Val l’avait fustigé pour être dans  » la déloyauté constante ».  A défaut de pouvoir exercer son métier à France-Inter Guillon a obtenu réparation par la justice, qui encore une fois manifeste son caractère rétive aux attentes élyséennes.
Cette indépendance est naturellement à saluer, surtout que fort probablement, elle n’est du goût de tout le monde! L’une des dernières victimes du directeur de France-Inter et ancien patron indu de Charlie-Hebdo, est un autre humoriste. Gerald Dahan qui a l’audacieuse mais néanmoins mauvaise idée de faire rire jaune Val sur une chronique consacrée à MAM, Sarkoziste convaincue, qu’une justice immanente en a fait une victime collatérale de la révolution tunisienne. Il est probable que Gerald Dahan ait été recruté sur une méprise; deux mois avant qu’il ne soit choisi pour la chronique en remplacement de Guillon, on lui accolait l’étiquette d’humoriste sarkoziste.
Siné viré sans ménagement, sans la moindre considération pour la sacro-sainte liberté d’expression;   Stéphane Guillon muselé, Suivi par Gerald Dahan;  Philippe Val  ne badine pas avec ceux qui veulent faire rire en exerçant leur incisives sur les morceaux choisies de l’UMP.
Il se rattrape à défendre la liberté d’expression en insultant les musulmans, peut-être les chrétiens en malmenant  le prophète Jésus, mais je lui ferais entièrement confiance pour ne pas prendre  de risques inconsidérés et tomber sous le couperet de l’accusation d’antisémétisme sous prétexte de satire. Le système Sarkozy-Val finira par consacré un adage presque nouveau ; « Dis-moi dans quel râtelier tu broutes, je te dirais qui tu es ». Pour le reste, Charlie-Hebdo et consorts peuvent si ça leur chante continuer à braire ! Depuis longtemps, j’ai appris qu’à vouloir caillasser   chaque chien qui aboie, cela renchérissait le prix de la pierre.
Abdelouahab Mokhbi