La colonisation de l’Algérie : Au nom de la civilisation ! 02/04

0
389

VII – Quand on n’a pas d’histoire

L’Argent n’est plus une monnaie mais une arme qui ne sert plus que ceux qui le possèdent ! Ceux là qui l’ont pris aux autres ! Ils ne sont pas nombreux, ils s’en servent pour détruire l’humanité et ne sont pas prêts à le rendre.
On ne cherche plus qu’à « fructifier » l’argent et non à faire le bonheur des peuples!

Que chacun se sente responsable et vérifie quelle a été la vie des peuples durant la civilisation musulmane et l’indique au reste de l’humanité, aux races « supérieures » : à l’Histoire ! Tout simplement.
D’abord, cette « supériorité » n’est elle pas une supériorité dans l’ignorance ?
Ils ne savent plus parler que le grec ou le latin : Dans quoi que ce soit, on remonte aux grecs ou aux romains, occultant Mille Cinq Cent ans d’histoire !
Une amnésie ou un complexe devant toute cette Andalousie, chez eux, et son rayonnement sur le monde !
« La cuisine était devenue un art. C’est grâce à eux que vous avez aujourd’hui, ces verres et les couverts, alors qu’à quelques pas, un roi mangeait à même la table ! »
« Les toilettes, alors que dans le plus grand château de France, lors des réceptions, c’était la débrouille ! »
(Émission télévisée sur une chaîne télévisée, française).

Il faut l’être pour prétendre civiliser les autres !
On le verra sous toutes les coutures, de roumis, analphabètes, sont revenus de vrais français ! Si bien qu’ils les avaient craints à leur retour et ne furent pas prêts à les accueillir.
Des industriels, des artisans, des agriculteurs et des Soldats.

J’ajouterai comme à chaque fois, un autre exploit qui ne cessera de hanter, je l’espère, les faux historiens : C’est Ibn Khaldun qui a posé les bases de l’Histoire moderne, en voici son axiome:
« L’histoire, impose une responsabilité de l’historien. Elle doit être le récit exact et objectif loin de toutes les contraintes morales, religieuses ou de censure. Elle doit rapporter la vie des peuples et de l’humanité dans le temps et la vérité et ne saurait se contenter d’être le journal des rois. Elle est l’héritage de la postérité et personne ne doit la profaner ! »

Aujourd’hui même on débat en France sur une loi pour saper cette vraie conception, Base de L’Histoire et la liberté d’expression avec! Et en le même jour, l’on cherche à nous donner des leçons ! (Les caricatures de Mohamed le Prophète, etc. Janvier 2006).
Pourquoi ne pas écrire un « Traité de la Liberté d’expression » puisqu’on y est comme Rousseau et son « Traité de l’éducation des enfants » alors que ses cinq enfants il les a abandonnés aux « Enfants trouvés », l’un après l’autre, au fur et à mesure de leurs venues au monde!

Les politiques veulent s’accaparer l’Histoire !
N’est ce pas là le comble de la perversion ? Non, juste, la mort du citoyen.
Ce citoyen qui n’a jamais vécu.
On ne changera jamais même quand on sait qu’on va à sa perte ! Ce n’est pourtant pas leur faute.

Cela m’arrange parce que je n’ai cessé de fustiger ces Histo-Riens mais pas les honnêtes personnes, objectives et responsables.
Cela confirme encore mes affirmations que les gens ne « lisent » pas, on lit pour eux : « Les Grands Enfants » disait autrefois, un écrivain français dans son étude sur les algériens. Comme on le constate on est tous, encore à la crèche, pour plus grands ! (Un livre sur les populations du Maghreb, écrit vers 1938).
Cet écrivain malgré lui, pensait déjà dominer le monde, il n’avait rien lu, en arabe. Il trébuchait sur la pierre, de l’âge de la pierre ! En réalité sans le savoir il donnait un constat de « l’œuvre civilisatrice » qui avait tout détruit.

L’intégrité intellectuelle et le dévouement à la vérité historique ainsi que le discernement pour ne pas dire l’éducation ne s’acquièrent ni par les armes ni par la puissance. Les dictateurs en sont le meilleur exemple et marionnettes comme eux, singent leurs maîtres.
Nous resterons toujours mieux placés, malgré notre misère ! Parce que nous, nous savons que nous sommes encore colonisés, tandis qu’eux et on les plaint, ils ne le savent pas encore ! (Les « colonisateurs ! »)

Si on doit condamner ces réactions sauvages des pauvres malheureux qui n’ont jamais connu aucune liberté depuis longtemps et ne possèdent aucun moyen réel pour s’exprimer, de la même façon on devrait avoir honte de ces gens costumés qui narguent la « Société » par leur insolence et leur ignorance affichées !
(Je parle de ceux qui avaient brûlé des drapeaux etc., en riposte à chaque attaque, contre le voile, le prophète… par des illuminés !)
On n’a jamais pensé que cela pouvait remonter jusqu’au Pape et son attaque contre le prophète : Après les limites, il n’y a plus de limites ! Ainsi soit-il !
Quand on n’a pas d’histoire on s’efforcera à faire oublier celles des autres.
La notre nous la connaissons que bien, tout ce récit n’en est qu’une preuve mais celle de l’Occident a été tellement déformée, dans ses Grands personnages, ses Grands écrivains, ses Grands philosophes… Ont brillé ceux qu’on avait bien voulu faire briller tel ce Roi Soleil qui nous a offert « Le Code Noir », des comptoirs en Afrique… et ont disparu ceux qu’on a voulu faire disparaître, tels Bonaparte, ou Céline qui ont fait mille fois plus de bien à leur pays, si bien que conduit par méchanceté, vous allez dire, non, mais simplement par logique, je vous rassure vous ne perdrez pas grande chose : tout est à refaire, alors n’hésitez pas, reprenez votre destin en main, avant qu’il ne soit trop tard. Tout, même la Révolution française de 1789 ! Faite par le peuple et contre le peuple comme toutes les révolutions !

Lire, observer, comprendre par soi-même, analyser et prendre ce que le bon sens nous indiquera.
La période qui a connu le plus de guerres et qui n’ont jamais cessé. Les guerres fratricides et les guerres de religions. Où il y a eu le plus d’agressions envers des pays qui ne leur avaient rien fait. Où crime contre l’humanité est devenu calendrier. Où on est arrivé à exhiber des êtres humains dans des foires.
La période qui a brillé par l’esclavage sous toutes ses formes et où il n’a jamais cessé d’avoir cours. Où l’asservissement des peuples est devenu un droit ? Pour les civiliser !
Les nouveaux-nés, alors qu’on en importe par des moyens tous ignobles, sont rejetés.
La nature a perdu son sens et l’homme fait fi de toutes ses conventions.
Toutes les drogues et les autres formes de dépendance: alcool, tabac… ont trouvé raison.
Le suicide est devenu normal jusqu’au suicide collectif. Ou l’aide au dernier voyage.
La location de l’argent est devenue obligatoire comme s’il ne nous appartenait pas à tous.
L’usure est devenue reine et la faillite atteint même des moins de vingt ans, et il y en a beaucoup.
Le chômage est devenu chose écrite par le ciel et les assistés contingents du destin.
La période où on a volé ses travailleurs à la terre et on en a fait des esclaves.
La période où la guerre est devenue un « art ».
La période où tous les droits ont été élevés jusque dans la Société des nations où ils y sont restés, tellement hauts, que plus aucun peuple ni personne n’y arrive à les effleurer, tel le fameux anneau qu’on plaçait devant la porte de l’Église, dans une ville de France, quand une personne fuyant les soldats essayait de s’y réfugier, seul celui qui arrivait à l’attraper pouvait espérer la protection de l’église. Il suffisait de le remonter un peu pour n’avoir à héberger personne ! Surtout qu’en plus il se trouve dans un gratte-ciel, vaut mieux se suicider autrement, on gardera la chance d’être sauvé !
La période où l’on a profané tous les tombeaux et pillé tous les trésors. Qu’importe s’ils appartiennent à l’humanité, on en fait partie non.
La période où l’on s’est attaqué avec arrogance aux lieux de cultes, principalement les mosquées ? Quand ce n’est pas les minarets qui gênent !
La période qui n’a jamais connu la paix ? On s’y relaie pour ne pas se décourager!
Le pays le plus neutre dans le monde, ne délivre de permis de construire que si le projet comporte un abri !!! Anti Quoi : anti-terriens ! Vérifier… La Suisse !!!
La schizophrénie, dans un autre langage. Je vous dispense de tous les procédés de surveillance : Surveiller Qui ?
Au moindre trou dans une caisse, la solution est vite trouvée : Il faut une guerre ! Détrompez vous, l’ennemi peut aussi être interne, son propre peuple ! Alors, on le surveille…

Il est bien dommage, je n’ai pas pensé retenir les noms, mais chose facile à retrouver en principe :
Janvier 2003, un mois avant la deuxième guerre de l’Irak, l’Allemagne était au bord du gouffre. Le ministre des finances ou un autre haut responsable, arrivé à Bruxelles, pour « mendier », fut rattrapé par des journalistes : Monsieur… Monsieur ! L’Allemagne est en faillite… Quelle est la solution ?
C’était télévisé. Il répondit, vous ne m’en croirez pas : « Il faut une guerre» se faufilant au milieu des autres… soldats, déjà prêts à partir prendre le lait et la farine des bébés irakiens, pour nourrir les leurs. Quelle Faillite et Quelle Honte !
Un dilemme, cela vient du pays le plus « travailleur ».
A moins que le naturel ne revient au galop. Même une troisième mondiale, les arrangerait tous.
Une déclaration pareille, criminelle, n’avait attiré l’attention de personne, personne ! Même pas un père !
Par la suite, on plaindra les malheurs des enfants irakiens. L’ignominie !

Je m’arrête à moins que cela ne suffit pas. Je laisserai à d’autres le soin de continuer, chacun ajoutant deux ou trois lignes et on obtiendra une encyclopédie, « de la honte » et de la barbarie, disons du troisième millénaire, en plus et Avant J.C !
J.C, que nous avons connu, la Bible que nous avons transcrite et on se prétend nous la faire connaître, traduite de l’arabe au latin, retraduite en français puis en arabe !!! Vidée de tout.
Même la Sainte Vierge qu’on veut nous la peindre noire ! Ils ne le savent pas mais…, entre nous, elle ne pouvait être blanche !!!

Je n’ai cité que les principaux facteurs qui peuvent aider au bonheur ou en éloigner, j’ai fait part de simples remarques, mais les réponses et les conclusions, il ne m’appartient pas à les définir.

Pour chaque question ou constatation, on pourrait écrire un livre avec tous les exemples et les références ; on ne ferait que perdre son temps ; les questions étant si simples pour tout observateur. Des criminels, qui fabriquent des criminels ! Je pense qu’il leur appartient d’exiger des réponses de leurs honnêtes penseurs qui heureusement ne manquent pas et deviennent de plus en plus nombreux.

Lire, observer, comprendre par soi-même, analyser et prendre ce que le bon sens nous indiquera : L’Histoire ne se trompera pas et nous jugera.
Celui qui est resté à l’âge de la pierre, la pierre elle-même n’en voudra plus de lui ! On aura beau le crier, le publier, le légaliser dans ces instances « supérieures », l’histoire, ce n’est pas seulement ce qu’écrivent les hommes, c’est aussi ce qu’ils avaient fait. L’Occident (Peuple), n’est pas obligatoirement criminel et pourrait refuser et sortir de ce marasme où on l’a confiné aujourd’hui.

Tout cela ne reste que de la prose, une petite phrase peut résumer le tout :
« Qui vole un œuf, volera un bœuf ». Et finira obligatoirement par se faire attraper, dans ce langage pour grands enfants.
Qui apprend à tuer, deviendra un criminel. Et les criminels, même entre eux, n’ont pas de limites et finiront par se faire la guerre.

VIII – L’Islam a interdit les guerres et instauré la Paix

… un Français, le républicain de gauche Léon Gambetta lance à Angers : «Pour reprendre véritablement le rang qui lui appartient dans le monde, la France se doit de ne pas accepter le repliement sur elle-même. C’est par l’expansion, par le rayonnement dans la vie du dehors, par la place qu’on prend dans la vie générale de l’humanité que les nations persistent et qu’elles durent ; si cette vie s’arrêtait, c’en serait fait de la France. »

Certains répliqueront que la guerre était admise à l’époque, dans la culture même : Ils n’ont pas tort, ils étaient encore à l’âge de la pierre : Pourquoi durant plus d’un millénaire, L’Islam a interdit les guerres et instauré la Paix.
Toutes les guerres attribuées aux musulmans, sont fausses, en réalité des ripostes défensives contre des ennemis ! Et encore, avec des pincettes : Toute agression était interdite et : « Dans une guerre, ne vous attaquez pas aux prisonniers, aux blessés, aux femmes et enfants, aux vieillards. N’abattez pas des animaux ou des arbres ni ne démolissez des habitations… » (Directive du khalife).

Ces gens qui écrivent n’importe quoi, à partir du moment où ils apprennent à écrire.
Je ne le cache pas, je ne sais pas écrire mais je pose des vérités dont je suis sûr. Je ne cherche pas à plaire ou à vendre de fausses recettes !

Victor Hugo joint sa voix à celle du tribun : «Dieu offre l’Afrique à l’Europe. Prenez-la. Prenez-la, non pour le canon, mais pour la charrue ; non pour le sabre, mais pour le commerce ; non pour la bataille, mais pour l’industrie ; non pour la conquête, mais pour la fraternité. Versez votre trop-plein dans cette Afrique, et du même coup résolvez vos questions sociales, changez vos prolétaires en propriétaires. Allez, faites ! Faites des routes, faites des ports, faites des villes ; croissez, cultivez, colonisez, multipliez» (18 mai 1879).

Ceci m’a beaucoup étonné de la part d’un si grand homme, qu’il n’eut pas décelé les buts non déclarés et qu’il veuille faire des prolétaires de futurs propriétaires, sans se soucier des autres, ses semblables, à moins qu’il était convaincu de la supériorité de la race. Supériorité de gens qui n’ont pas su gérer leurs pays et se suffire à eux mêmes ou qui pour résoudre leurs problèmes vont venir résoudre ceux des autres!
«Les Misérables»…et le reste, dénonciation de la misère, défense de l’humanité …?
– « Dieu n’a pas voulu que le paradis soit sur terre». C’était la parole d’un grand homme qui a trop souffert, qui sait ce qu’est la souffrance et qui s’en remettait à Dieu. (Quand il a appris la mort de sa fille). Pas jusqu’à le souhaiter aux Autres !
Mais là, Dieu, n’a rien à faire, à moins qu’une croisade, si je me permets, en guise de pèlerinage, avant de partir… Ce qui en a tout l’air ! Ou alors, insinuez-vous, qu’il s’agit une croisade réelle !
Par contre, le mot Dieu, est juste et même… pour faire de la prose!
C’est le nom réel, depuis que les financiers sont Dieux. «Riches financiers», ce langage ne vous est pourtant, point étranger.
– Résolvez vos questions sociales. C’était simple tant que ça! Il avait raison, le serf juste libéré (1789), est devenu prolétaire et va devenir propriétaire dans les colonies… pour ramener son labeur aux Riches financiers !
– Coloniser, mot abject, existait dans le dictionnaire et était contraire à vos convictions. Comment auriez-vous pu le prononcer ? Vous qui avez toujours, dénoncé la misère et l’injustice sociale !
Ou bien, Suivre et Faire suivre, restait le lot de tout un chacun !
Plusieurs écrivains ne l’ont jamais été et l’ignorance en a fait des mythes et cela durera encore, tant que l’ignorance restera.
Plusieurs écrivains ont trompé, leur public, mais on ne trompe pas l’histoire ! Colonisation égale civilisation, n’est pas simple mais bien simplicité d’esprit et je crois encore que vous n’en faites pas partie.
– Vous avez parlé de tout, comment avoir pu passer les écoles, les bibliothèques, les universités, les musées ou les théâtres..? C’étaient pourtant Votre âme.
– Je vais vous le dire, Monsieur Hugo, Vous n’avez probablement, Jamais écrit cela. On a dû vous l’octroyer, mais ceux qui l’ont fait «ignorent» ce que je viens de citer et comme cela arrangeait tout le monde, après vous, personne à ma connaissance ne l’a relevé ; Si l’ignorance vous l’a attribué aujourd’hui, il revient aux écrivains, poètes ou toutes gens honnêtes de rechercher la vérité !

J’ajouterai pour les premiers, qu’en Algérie en 1830, il y avait plus de quatre cent universités. En 1962, il n’en restait qu’une seule pour tout le pays et un lycée, pour des départements plus grands que la Belgique!
Nous reverrons cette question dans « Les Biens Faits » en France, par la colonisation ! C’est ainsi que cela s’écrit et ne se trompent que les incrédules. Biens qui sont de l’autre côté et que « l’on nous demande de réclamer ».
C’est çà la justice, c’est honnête et on peut commencer à les rapatrier ! Vive la Civilisation !
Et cela fut écrit et accompli !

« En 1965, M. Lacheraf (4) écrivait que « la France trouve en face d’elle une société bien organisée, à la civilisation propre, parfois comparable à celles du bassin méditerranéen, peut-être imparfaite dans son développement, mais dont l’amour de la liberté, l’attachement à la terre, la cohésion, la culture, le sens patriotique, les ressources et les idéaux communs à défendre contre l’ennemi national, donnent leurs preuves tout au long d’une guerre de conquête de près de 40 ans «. A travers ce propos, M. Lacheraf nous dit implicitement que l’Algérie, à l’évidence, aurait pu connaître un tout autre destin si le colonialisme ne l’avait plongée, puis maintenue, sinon momifiée structurellement dans une dynamique de régression culturelle et dans la torpeur de son existence. La guerre totale menée contre la formation sociale algérienne, jusqu’à la défaite de l’Émir Abdelkader en 1847 et au-delà de cette date, a, faut-il le redire, détruit, ravagé, ruiné les êtres, les liens sociaux, les institutions, les cultures, les animaux, le commerce, les biens de subsistance… La confiscation des biens habous, l’expropriation des terres et le séquestre des biens immobiliers ont systématisé la paupérisation des familles et la désintégration des communautés et généralisé disettes, famines et maladies. Une telle brutalisation, comme le notait M. Lacheraf… »

« Toutes les tribus, tous les quartiers urbains avaient un maître d’école avant l’occupation française » ; « Il faut reconnaître que les familles encourageaient les études et se croyaient moralement obligées d’envoyer leurs fils s’instruire loin d’elles.» Général Daumas.
« A une époque où l’on découvrait en Europe le rôle de l’école publique, en Algérie, presque tous les enfants savent lire et écrire. Dans chaque village, il y a deux écoles… tous les enfants de 6 à 10 ans fréquentaient l’école primaire.» Y. Turin. Op. cit.
« Presque tous les Arabes savent lire et écrire. Dans chaque village, il y a deux écoles. » Général Valazé.

En 1847 le général Lamoricière, saint-simonien de la première heure, sabreur d’Algériens, et futur ministre de la Défense du gouvernement Cavaignac en 1848, autre général de « l’armée d’Afrique « : « Une fois installés à Alger, nous avons pris les collèges pour les changer en magasins, casernes ou écuries. Nous avons fait main basse sur les biens des mosquées et des collèges. On prétendait appliquer au peuple arabe les principes de la Révolution française. Malheureusement, les musulmans n’ont vu là qu’une attaque brutale (12) à leur religion et un manque de foi. »
(Smaïl Hadj Ali. Publié dans El Watan le 26 – 02 – 2007).
Rassurez vous Général, les algériens connaissaient déjà ces barbares et leurs saints ! Ils avaient eu des traductions de vos penseurs et historiens. Votre religion fut leur première religion. La géographie, fleuves et montagnes de votre pays, ils la connaissaient mieux que les français eux mêmes. Les étoiles qui la traversaient ne leur étaient pas inconnues ! Demandez aux «Maures », si vous arrivez à les retrouver. Il doit en rester quelques mosquées. A quelques pas en Sicile, on en comptait plus de trois cents !

« Depuis 1830, l’Algérie a vu son identité niée puis fracassée par la « mission civilisatrice » de la France. Au temps de l’Émir Abdelkader, le pays scolarisait 75% de sa population par le système d’encadrement des confréries religieuses (zaouias). Pour la même époque (1830-1840), le chiffre équivalait au taux d’analphabètes dans l’Hexagone. Au sortir de la tutelle française, les chiffres restaient sensiblement les mêmes, seulement entre-temps ils s’étaient complètement inversés. Trois décennies d’indépendance n’ont pas suffi à effacer ce traumatisme. » Réda Benkirane, archipress.org, 1998.

Après çà on nous taxe de « ne pas lire »: Pendant le déroulement de la première guerre (attention, de l’Irak ! Il faut bien changer les mentalités), un général français, dans un tête-à-tête après les informations de vingt heures, sur une tv française, à la question :
« Que pensez-vous de la réaction des pays « amis », comme l’Algérie par exemple, et quelles pourraient en être les conséquences sur nos relations ? »
Le monsieur était assez simple serein, confiant, tout sauf le militaire et je m’attendais à une réponse plus ou moins conciliante, peut être évasive, sauf que le « militaire » ressort ou l’emporte sur le reste :
« Il n’y a pas à s’inquiéter, c’est vrai au début, il y aura un divorce mais il ne sera pas consumé ». Ce n’était pas assez correct pour un algérien qui l’entend, mais cela aurait peut être suffit s’il n’avait pas ajouté : » Vous savez, « ils ne lisent pas » et comme je vous l’ai déjà dit… ».
Je sais très bien de qui vous voulez parler et je confirme : Ces pauvres petits pays n’ont plus de penseurs mais que des imitateurs et des suiveurs, prêts à vendre leurs âmes pour quatre sous !
A la guerre comme à la guerre, ce n’est pas de ma nature, mais vous avez la preuve que nous lisons, même votre langue, plus, si vous voulez, on est toujours excessif, nous les autres « La misère apprend toutes les langues », réponse elle même pertinente, d’un chômeur marocain dans un documentaire, au journaliste qui « s’étonnait » qu’il se débrouille bien, en français et en anglais…
Ainsi à vous aussi, on ne vous a pas tout dit : on sait lire, on sait écrire. On sait même où est le bien, où est le mal !
Le vocabulaire, on peut s’en passer. Général, je vérifierai mais Capitaine, Amiral…. C’est de l’Arabe. L’on pourrait remplir tout un livre des termes arabes employés dans le français seulement.

« Lis ! », est le premier mot du Saint Coran : Lis, apprends, sois vigilant. Dans ce contexte, je vous l’accorde, pour tous ces faux musulmans !

« Lors de la capture de l’Émir Abdelkader, nos généraux ont été étonnés, par sa bibliothèque, par la richesse d’esprit de l’homme et sa grandeur.» a écrit un historien français dans son livre sur l’Émir. «…Contraste incroyable, nos généraux, étaient complètements ignorants, ne savaient même pas lire… Certains étaient même pratiquement analphabètes » Continue-t-il.
Je regrette, je n’ai pas les références, mais c’est un livre qui date de 1999 ou 2000, publié en France.
Par contre il existe une autre référence plus ancienne mais monumentale : Lors de la reconquête de l’Espagne, les soldats brûlaient tous les livres ou manuscrits qu’ils ne pouvaient emporter, des centaines de milliers. Et les flammes recouvraient tout le fleuve… Ils ne devaient pas savoir ce que cela représentait, à part le risque d’être excommuniés, puisque ce fut sur ordre du Pape !!!
Et là, je vous l’accorde, on ne peut pas tout lire, on n’a pas accès à tout. C’est la Civilisation ! La censure aussi, une invention de la civilisation.
Sachez Monsieur que vous gardez tout mon respect, à travers vous, je visais le système, le mensonge, et l’ignorance qui dirige, noue et dénoue des « crises » qu’elle crée elle même, aux dépends d’innocents, proches comme vous ou lointains comme nous, parfois à des dizaines de milliers de kilomètres ; des gens qui étaient libres et heureux, qui avaient tous, leurs civilisations. Mais cela ne veut absolument pas dire que des gens même sortant d’une civilisation de plus d’un millénaire, vont se retrouver du jour au lendemain, à l’âge de la pierre !

Des jeunes français sont morts durant ces multiples guerres, je partage la douleur de leurs parents et Dieu m’en est témoin que je suis sincère. Je sais qu’aujourd’hui les français savent qu’ils furent manipulés et que ces guerres n’ont fait qu’enrichir les riches exploitants, alors qu’ils voyaient leurs enfants disparaître, sans pouvoir arrêter ces crimes.

Nous avons cent trente ans de colonisation, ce que l’on apprend aux occidentaux mais on fait abstraction du reste. Nous avons mille cinq cents ans de civilisation et c’est grâce à cela que l’on n’a pas pu effacer ces peuples : Ils n’étaient pas puissants mais avaient des bases solides, une culture une langue et une religion uniques pour des peuples constituants des dizaines de fois ce qu’est l’union européenne aujourd’hui, qui n’est pas encore faite et ne pourrait avoir lieu de la même façon, malgré toute la modernité : N’y a-t-il pas là un message pour l’humanité : La paix et la justice sociale, elles seules peuvent créer des unions ou fusions comme dans le monde musulman, auparavant.
Le dollar vous guidera ! Et Dieu, le dollar vous protègera !

IX – Les Hommes ne font pas l’Histoire…
Elle ne les voit que passer

La Paix est le nom de l’Islam, la justice sociale sa traduction, dans les deux sens.
Cette culture des deux derniers siècles de l’Occident ne le mènera qu’à sa perte.
Une civilisation, ne peut se construire en un siècle ou deux, plutôt elle roulera encore avec la précédente (aujourd’hui, elle roule avec son pétrole seulement), pendant quelques siècles et en conservera les valeurs ou acquis de l’homme dans son chemin vers le Bonheur de l’humanité.
Une civilisation ce n’est pas un fond de commerce ou une enseigne que l’on peut changer du jour au lendemain.
Ce n’est pas la découverte de la voiture ou d’aller sur la lune, mais c’est une transformation « positive », de l’être humain qui fera une civilisation.
La civilisation, alors bénéficiera à tous et on n’a pas à l’appliquer de force, parce qu’elle aura donné ses preuves et que tout le monde y adhère.
On n’a pas à soumettre les Hommes, ni à soumettre leurs âmes, ni à payer, raison de plus en espèces, sonnantes et trébuchantes, pour « faire le signe de la croix » !

« Dans la progression, il y a une perfection croissante. »
Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale.

Tous les essais de l’occident ont échoué jusqu’à présent, parce qu’il délaisse la civilisation précédente et cherche à l’ignorer, à l’effacer.
Discrètement, il s’est bien servi de toutes ses avancées scientifiques mais non de la morale qui l’a érigée.
« Science sans conscience, n’est que ruine de l’âme ! » Rabelais.
Pourtant la paix et la justice sociale appartiennent à tous. D’un autre côté il ne cesse de les clamer tout en les ignorant.
Et on craint que les peuples de l’Occident ne découvrent ces trésors que détenaient les musulmans : Deux éléments qu’ils risquaient de perdre: la foi en leurs souverains et la foi en l’Église.
Cela n’en était que suffisant pour tout mettre à l’abri et empêcher tout contact avec les écrits des arabes, après la reconquête de l’Espagne, surveiller et interdire toute citation et tout raisonnement s’y rapprochant, même objectif, devenait hérétique. Aujourd’hui, blasphématoire ou pro-terroriste, restant encore dans la même logique.

Comme tout devait être traduit au latin, ce sont les juifs, qui s’en sont occupés et à leur façon, changeant ou déformant les noms, habitude retrouvée jusqu’à nos jours pour les émigrés, on s’arrangera toujours à déformer leurs noms, on l’exige même d’eux, je n’invente rien, renseignez-vous, vérifiez jusqu’où peut tomber la discrimination, fille de l’ignorance ! C‘est une culture.
On n’a « ressorti » les écrits qu’après mille et une modifications, pour y ajouter des couleurs dans un sens et des abominations dans l’autre. « Ressorti » parce qu’il ne faut pas oublier qu’au XVI et même jusqu’au XIX, ce n’était pas donné à tout le monde de savoir lire ou écrire, l’Église détenait le savoir et le « protégeait », à l’inverse de l’Islam qui durant mille ans n’avait cessé d’encourager la Science, par des versets ou par des fonds pour la recherche et les deux n’étaient que nécessaires, chacun en son temps et devraient servir d’exemples, en effet aujourd’hui dans les pays de la civilisation, parfois on les en prive.

La morale est mise de côté depuis longtemps et la Science est le tribu des « Riches financiers »: pour la morale on ne pourra pas la leur apprendre, ils n’en n’ont qu’à faire, à moins qu’elle ne rapporte. Ce à quoi on devrait penser pour corriger un peu leur itinéraire, leur montrer que la paix fait mieux marcher le commerce ; la justice sociale protégera leurs usines et un individu heureux est plus rentable et consomme mieux.
On devrait peut être penser à créer, nous les petits de tout bord, un vaccin pour le bon sens.
De toute façon, c’est ce que eux sont entrain de faire, par le clonage de cellules humaines et bientôt tous seront dociles et à la merci de « Dieux de La Finance », dieux de la mythologie.

« Les Arabes avaient fait tous les calculs de l’Univers, à mille ans près, faisant d’eux les premiers navigateurs de l’espace (Vous ne le saviez pas, c’est bizarre), la religion ne le leur interdisait pas et les moyens pour le réaliser, tenez-vous bien, n’étaient pas hors de leur portée : ils avaient simplement conclu que cela était inutile, ou trop tôt, pour l’époque. » (Chercheur français, Début des années 2000). Possible aussi qu’ils aient craint que cela pourrait déstabiliser, non le monde mais l’humanité qui se mettrait à la course de nouveaux territoires et réveiller « l’ogre » dormant dans l’homme alors que l’exploration de la Terre elle même n’était pas achevée, exploration plus facile à faire et à contrôler surtout, évitant ainsi à l’homme qui n’était pas encore prêt de retomber dans l’ignorance mû par ses instincts et qui risque d’aller détruire encore d’autres planètes !

Ils ont fait toutes les cartes du monde après de longs voyages, créé les instruments nécessaires à la navigation maritime et développé leurs navires pour les longues distances… Et ils ont découvert Les Amériques ! (Personne ne la sait, bien sûr).
Oui effectivement, c’est la plus grande bouffonnerie que l’Occident ait pu inventer, Christophe Colomb, d’abord pour ses peuples, il ne fallait pas leur montrer la grandeur de l’Islam, ensuite pour l’effacer ainsi que toutes les autres traces de cette civilisation que l’on méprisait par ignorance. C’était conclu, bien ficelé en haut par les deux grandes puissances : les souverains et l’Église.

On la retrouve partout, l’Église : lors de la reconquête de l’Espagne, le pape avait ordonné, et c’est lui qui commandait, que l’on prenne soin de vider toutes les bibliothèques, et il n’y en avait pas beaucoup ! Quelques centaines ! De tout ramener à Rome et de brûler tout ce que l’on ne pouvait ramener : d’où probablement, le nom de Guad al akhara, qui ne veut dire que « oued lakhra », « Oued de l’au-delà ». D’autres disent par contre « Oued Al Hadjara », Oued de la pierre, ce qui apparemment n’a aucun sens.
On rapporte qu’un très grand fleuve était recouvert à perte de vue de livres qu’on y a jetés et auxquels on a mis le feu et qui brûlaient et avaient continué à brûler durant plusieurs nuits, tellement l’eau en dessous avait disparue sous leur nombre et leur poids, que cela ressemblait à la fin du monde.
La fin de la Civilisation et l’histoire nous a montré que c’était bien la dernière civilisation de l’homme des temps modernes et on n’en voit pas d’autres à l’horizon!

Le fait est que la plus noble des institutions de l’Occident, L’Église a veillé à ne rien laisser, s’accaparer des écrits dont plusieurs ne deviendront que des traductions, comme si de simples traducteurs puissent créer toute une civilisation et de l’autre côté veiller à éloigner ses « fidèles » de tout contact ou imprégnation par ces livres ou cette civilisation : Ils ouvriraient les yeux et comprendraient qu’on les dupe et qu’on s’est servi d’eux.
Voilà la première bombe atomique contre la civilisation, un crime contre l’humanité irréparable et inoubliable.

« Les Hommes ne font pas l’Histoire, elle ne les voit que passer ! » Que l’on corrige nos dictionnaires !
De toute façon, tout ce qu’a écrit l’Occident ou presque, est faux et les gens s’amusent à croire à « Vendredi » le guide de Christophe Colomb ou à Marco Polo, contines pour endormir les « Grands Enfants ».
Je profite pour saluer l’honnêteté de cet écrivain qui inventant cette légende, certainement commandée, avait su passer un message : Mais les gens ne lisent pas ! Un guide « Vendredi », c’est-à-dire un musulman. Puis un guide, sous entend avoir fait auparavant le chemin plusieurs fois et connaissant au moins les deux langues !
Extraordinaire Monsieur, un véritable historien, malgré les vicissitudes de son environnement, l’épée sur sa tête avait tenu à nous faire part des conditions de son travail et à sauver son honnêteté.
Je parie qu’on n’en parle même pas dans les études supérieures d’histoire !

Que sont alors devenus ces musulmans. Autre problème, plus grave et que je ne pourrais espérer étudier, vu l’absence totale de documents.
Pauvres gens qui lisent en passant et passent sans rien voir !

Un historien du roi de France rapporte qu’il a été à la rencontre d’Ibn Batouta, grand Géographe arabe, érudit et grand voyageur qui a laissé des récits extraordinaires de ses voyages et des peuples des pays qu’il avait visités. L’écrivain en question le décrit avec mépris et comme un ignorant et que la rencontre elle-même n’était due que par hasard puisqu’il n’avait pas cherché à le rencontrer.
En réalité ce fut son roi qui ayant appris la venue du savant arabe dans un pays voisin, l’avait envoyé à sa rencontre. Ne l’ayant pas retrouvé il dût inventé une belle histoire pour son roi !

Cela me rappelle aussi, le journaliste européen qui faisait ses reportages « en direct », sur la guerre de l’Irak, depuis les bureaux à Bruxelles, caché dans un placard ! Il n’était certainement pas le seul et comme tout le monde s’y mettait à mentir, pourquoi pas lui aussi, puis les guerres se ressemblent toutes !

Pour « Vendredi », je ne pourrais passer sans rapporter cette anecdote : les années 90, au Maroc, à la fin des pourparlers sur l’ouverture du marché avec l’Union Européenne, celle-ci, dans le domaine du tourisme avait accordé et conclu que le guide pouvait être marocain, les mulets et les chameaux pour les randonnées, c’est elle qui les ramène, cela va de soi !
Voilà, tout est relié à un mépris de l’histoire, même un simple mot a son importance, cela montre qu’on connaît bien l’Histoire mais qu’on la garde dans un tiroir, très haut, pour s’en servir quand il faut et la ridiculiser.

Pour les Arabes, on leur a concédé une partie de « leur découverte de l’Amérique », par leur guide seulement. Peut être même que ce sont des maniaques, qui l’avaient appelé ainsi, « Vendredi », en relation avec le « Vendredi 13 », jour noir, guide « nègre » mais cela ici et ailleurs a toujours eu une portée de « mot de passe », entre les différents « décideurs ». (C’est la nuit d’un Vendredi Treize, que le roi de France fit arrêter les templiers).
Et un autre Vendredi treize, noir, est ouvert…, avec l’extermination totale des populations.

Une autre, aussi pertinente : Vers 1986-7, le président algérien rend visite à un pays partenaire, L’Espagne, visite officielle bien sûr avec tout ce qu’elle comporte, cadeaux, etc… On lui offrit un étalon arabe !
La première remarque, non déplacée, aurait été que ce soit l’arabe qui offre un cheval, de race pure, race arabe à son hôte espagnol.
Cependant, comme ils ne font rien au hasard, je me suis rappelé qu’il y avait dans l’histoire ancienne, une histoire de cheval entre les deux pays, on ne l’a pas oublié, on connaît l’histoire et on rend à César ce qui appartient à César.
En effet, lors de l’occupation de l’Espagne par les musulmans, le roi avait demandé à quitter le pays. Le Chef des forces musulmanes lui affecta une escorte gigantesque jusqu’à la frontière et lui offrit, Un Cheval arabe.

Plus tard on n’a pas hésité à afficher son mépris pour la civilisation arabe et à conditionner ses enfants à cet effet, l’exemple le plus parlant, c’est pendant la guerre de L’Irak : les espagnols avaient affiché l’emblème des croisés espagnols, d’autrefois, à l’entrée de leurs casernes et campements. Raisonnons un peu : emblème datant de près de mille ans.
Certainement pour être à jour avec les autres garnisons occidentales présentes …
C’est malheureusement tout cela qu’on résumera par : le silence imposé sur toute une civilisation et le mépris de tout un monde, le monde musulman. Pourquoi et pour qui, même aujourd’hui on vous terrorise pour vous en éloigner.

Les musulmans n’ont jamais détesté les autres religions, ils les respectent et respectent leurs semblables.
Tout le monde méprise ceux qui utilisent les religions à des fins racistes ou criminelles. L’ignorance n’est ni notre héritage ni notre tribu à nous comme à beaucoup de peuples. Les « Riches Financiers » se bouffent entre eux et ne craignent que pour leurs intérêts, l’homme n’existe pas pour eux mais nous, nous savons que nous sommes des hommes et qu’on doit vivre ensemble.

Les hommes sont faits pour se connaître et non pour s’épier, se mépriser ou s’entretuer. Malheureusement beaucoup le savent mais ne l’enseignent pas.

A Suivre…
Le 1er Novembre 2016
Dr Mohamed ZEMIRLINE

Lire tout le document :

La colonisation de l’Algérie : Au nom de la civilisation ! 01/04
La colonisation de l’Algérie : Au nom de la civilisation ! 02/04
La colonisation de l’Algérie : Au nom de la civilisation ! 03/04
La colonisation de l’Algérie : Au nom de la civilisation ! 04/04