Le sionisme est bien évidemment une perversion ferme et définitive du judaïsme. Malheureusement aujourd’hui, la majorité des juifs,  revendique glorieusement cette mythologie malsaine. Installer sa destinée sur des millions de morts supposés est   une sorte de macabre réinvention « des premiers hommes »,  pour en faire de vertueux criminels! L’équation est d’une simplicité biblique: puisque les nazis ont failli nous exterminé, on s’accapare  donc de  la  » terre promise » et pour qu’elle nous échoie, il est donc du devoir du monde de se taire devant le génocide de ses habitants, les palestiniens.
Toute récriminations de musulmans ou Toute gesticulation des arabes ne sont que des manifestations d’une « haine ontologique », selon le mot de Luc Ferry pour les jeunes de l’Intifadha. ( voir http://www.divergences.net/spip/spip.php?article182).  tant et bien que le vrai  courage  est plus, aujourd’hui, du coté des juifs qui condamnent sans ambages les crimes d’Israël à Gaza et ailleurs. Ils sont souvent stigmatisés par les les déjà anciens « nouveaux philosophes » et vrais sophistes, selon Roger Garaudy, que sont les Finkielkraut et autres BHL de la nébuleuse des intellectuels faussaires selon l’expression judicieuse de Pascal Boniface, comme étant  des « juifs antisémites ».
Ceci n’enlève aucun mérité à Paul-Eric Blanrue, qui malgré l’ostracisme impitoyable dans lequel  la bien-pensance occidentale tente de  circonscrire sa parole,  tente d’apporter son témoignage sur cet cet affrontement essentiel entre véritablement le bien et le mal et qui engage le monde sur la scène du croissant fertile. Roger Garaudy avait dès la parution de son livre-dossier   » l’affaire Israël » en 1983*  reçu une avalanche d’insultes allant jusqu’à la  menace de mort.
Quant à Alain Menargues ou Pascal Boniface, pour respectivement leurs livres, requisitoire, pour le premier, contre le « Mur de Sharon » et vrai cri du coeur excédé, pour le second, avec « Peut-on critiquer Israel », ils ont bien appris à leurs dépends combien ils en coute de s’aventurer  en dehors des sentiers battus du politiquement correct pour s’aplat-ventrir devant l’impératif soutien d’Israël. La glorification de la liberté d’expression est souvent mise à contribution pour voiler   la « censure sournoise et le couvre-feu moral ».
La première fois que j’ai entendu Robert Faurison s’exprimer sur France-inter, c’était au téléphone  avec Jaques Chancel. l’animateur expliquait en début de son émission radiophonique qu’il avait bien commis la faute d’inviter le révisionniste mais par souci déontologique, il lui téléphone en début d’émission, bouleversée donc,pour lui expliquer derechef pourquoi il ne peut assumer totalement son engagement de le recevoir sur son plateau.  Et là, En une minute, aidé par les louvoiements et contorsions de J.Chancel, Robert  Faurison avait reussi un ace d’anthologie journalistique. Ils furent, avait -il développé, 200.000 puis 2 millions ensuite quatre pour finirent à six millions. Et s’appuyant sur la difficulté de la crémation du corps humain et sur la réalité des infrastructures,  il conclut que les nazis y seraient encore attelés à leurs macabre tâche qu’ils n’auraient pas pu en exterminé autant.
je crois fermement que le message véridique de  notre prophète à tous , Moïse, n’est plus préservé que dans le Coran des musulmans. L’entêtement des sionistes à entrainer la communauté juive à commettre, selon les paroles de l’Abbé Pierre, contre le peuple palestinien ce dont elle a été elle-même victime est une voie qui ne conduit qu’à justifier la damnation des émules d’Ariel Sharon et cie.  Et  comme je suis plus prudent qu’Emmanuel Valls, qui aurait déclaré récemment son indéfectible attachement à Israël, je n’associerais mon éternité à celle de personne et surtout pas à l’éternité de ceux qui s’octroient la terre promise et revendiquent l’exclusivité du ciel de peur que de peuple élu ils ne se découvriront déchus en enfer! Regardez ce qu’il est advenu du boucher de Sabra et Chatila, ni la terre ni le ciel ne semblent se résoudre à le recevoir! En plus de leur faire commettre des crimes irrémissibles,  Le sionisme   contraint les juifs à assumer un problème existentiel insoluble.
En cela, il est, sans doute, la forme la plus sophistiquée et réel de l’antisémitisme.
Références :
* Roger Garaudy, « l’affaire Israël, le sionisme politique », éditions Papyrus, Paris, mars 1983
Abdelouhab Mokhbi
AlgerieNetwork