« Abd El-Kader – Aumale » Identités meurtries de Thérèse Charles-Vallin

187

L’Émir Abd El-Kader (1808-1883), le duc d’Aumale (1822-1897) : des images nous viennent, faites de légendes, de mémoire collective, d’œuvres picturales et photographiques ; ce sont deux figures idéalisées.

Deux hommes, ennemis sur le champ de bataille, s’étant rencontrés une seule fois, qui connurent chacun la gloire et l’exil et en furent marqués à jamais.
Deux guerriers, certes, mais pas seulement. Soumis aux tentations et sollicitations de la politique, ils firent le choix de devenir des humanistes brillants, dépassant le cadre de leur culture respective.

En historienne, Thérèse Charles-Vallin n’ignore pas les sources anciennes et nombreuses, mais elle a consulté aussi les ouvrages de jeunes historiens, les études récentes qui permettent d’éclairer, loin des stéréotypes, les personnalités d’Abd El-Kader et d’Aumale.

L’analyse « en miroir », spécifique de cette collection, montre que malgré l’époque tourmentée qui fut la leur, il y eut bien alors le jaillissement d’une véritable soif de dialogue entre deux civilisations, deux pays, deux peuples, deux « nations ». Les tourments n’ont pas cessé, la soif n’est pas étanchée non plus.

Cet ouvrage a le grand mérite de nous le faire profondément ressentir.

Les lecteurs de biographies, en particulier les personnes intéressées par les rapports originels de l’Algérie et de la France, verrouillés souvent par une sorte de “prêt à penser le passé” à l’aune du présent, apprécieront de trouver ici une analyse sourcée et documentée, dans un style clair ne se perdant pas dans les détails, qui sait aussi émouvoir.

Abd El-Kader et Aumale ont vécu tous les deux 75 ans et la toute dernière acquisition du duc d’Aumale pour ses collections fut un portrait d’Abd El-Kader; après avoir lu cet ouvrage, les lecteurs pourront aller le contempler au Musée Condé à Chantilly, certainement avec un regard nouveau.

source

LEAVE A REPLY