Une mission économique québécoise en Algérie

0
98

Une délégation d’entreprises québécoises sera en mission économique en Algérie les  1er et 2 mars, a-t-on appris auprès du ministère québécois de l’économie et de l’exportation.

Organisé par Export Québec et l’ambassade du Canada en Algérie, l’événement consistera en un séminaire ainsi qu’une session de maillage entre les entreprises algériennes et québécoises.

Les membres de la délégation devront aussi rencontrer des membres du Forum des chefs d’entreprises (FCE) dont son président Ali Haddad. Le FCE sera leur principal interlocuteur.

Cette mission entre dans le cadre d’une mission qui englobe les trois pays du Maghreb. Elle se poursuivra en Tunisie et au Maroc.  Elle est une première depuis 15 ans

Une autre mission est au stade de réflexion et de préparation. Elle sera organisée par l’alliance d’affaires Canada-Algérie. Son président Denis Paradis croit « qu’il est possible d’aller au-delà des échanges commerciaux et que des entreprises algériennes pourraient ouvrir des représentations au Canada ».

Les échanges commerciaux entre le Canada et l’Algérie donnent un bilan positif de près de 3 milliards de dollars canadiens à cette dernière. L’Algérie a exporté pour 3.350  milliards de dollars canadiens vers le pays de l’érable en 2013, selon Industrie Canada et en a importé pour près de 370 millions de dollars.

La quasi-totalité des exportations algériennes vers ce pays,  soit 3.345 milliards de dollars, est couverte par les hydrocarbures. Le reste est presque anecdotique (couscous, huile d’olive…). Seul le secteur des dattes s’en sort avec 2 millions de dollars.

Le Canada de son côté exporte vers l’Algérie, principalement, des céréales – près de 210 millions de dollars en 2013. La pomme de terre a disparu des échanges depuis la controverse de la pomme de terre pourrie qui aurait été exportée vers l’Algérie en 2007.

Ces chiffres sont en baisse par rapport à 2012, selon même source. Une année faste pour l’Algérie avec près de 6 milliards de dollars d’exportations vers le Canada.

La province du Québec importe près de 40% de ses besoins en pétrole d’Algérie.