Dans une véritable démocratie, il ne peut y subsister des îlots de pouvoir réservés.

Il n’est plus question que l’on abandonne notre sort, et celui de nos enfant, de nos petits enfants entre les mains de magouilleurs. Ces magouilleurs qui abandonnent leurs prérogatives légales contre l’attribution d’avantages financiers et matériels.

Il n’est plus question que L’on cède au chantage d’abandonner une seule portion de pouvoir, un seul secteur du pays à ceux qui ont usurpé le pouvoir, volé les richesses du pays, soumis le peuple algérien aux folies d’aventuriers, arrogants et sans conscience. Ceux-là même qui veulent tenir notre armée en dehors de la vie politique, pour mieux se servir et s’assurer L’impunité.

Il ne peut y exister une seule parcelle de pouvoir qui peut nous être  désormais confisquée, pas même le domaine de l’armée et de la police. Il  ne saurait y exister des îlots de pouvoir réservés à quiconque.

L’armée doit être  du domaine politique soumis à débat des algériens élus par le peuple à cet effet et de commissions d’experts.

En un mot comme en cent, l’armée algérienne appartient à tous les algériens. elle concerne le passé, le présent et l’avenir de tous les algériens.

Par conséquent, en dehors de l’aspect technique, je veux dire son professionnalisme, son métier de guerroyer, tout le reste doit être du domaine des institutions de l’État : APN, SENAT, commissions d’experts.

Il me parait insensé de vouloir garder l’armée au dessus des institutions de l’État. ou en dessous.

cette armée doit devoir être soumise aux contrôles légaux, réguliers et populaires dans les aspects gestion et  stratégie de défense.

L’APN, et les autres instances élues doivent pouvoir débattre de la modernisation et des missions internationales de l’armée.

Un droit de regard doit être exercé sur le fonctionnement républicain et démocratique de l’armée, pour qu’elle puisse être considérée comme une armée moderne, à jour des méthodes de gestion , et des technologies de défense et de guerre.

Il est important que cette armée soit visible de l’extérieure et qu’elle soit un exemple d’organisation et de management des hommes et des compétences.

les algériens ont le droit de connaitre sur leur armée, ils ont le droit de dire ce qu’ils en pensent, et même émettre des critiques utiles, constructives, car il y va de leur sécurité, de leur participation à la défense nationale, par l’engagement de leurs enfants.

Il est important que l’algérien se sente concerné par la défense nationale. de cette manière, sa mobilisation en cas de guerre est spontanée, comme au 1er novembre 1954.

Des idées de progrès, concernant cette armée peuvent venir de civils, comme elles peuvent être le fruit d’une activité professionnelle  de militaires.

L’armée nationale populaire a le droit et le devoir de s’impliquer dans la politique, de par son caractère populaire.

comme partout ailleurs dans le monde. cependant elle est en devoir de garder secrets certains aspects de la politique de défense. certains développement technologiques militaires. le reste peut être soumis à débat, sans avoir à craindre quelque retombée négative quelle soit.

Notre armée doit être une armée moderne, doit donc ressembler dans son fonctionnement aux armées modernes du monde.

C’est de notre armée qu’il s’agit, de notre sécurité, de notre avenir, civils que nous sommes et que sont nos enfants et nos petits enfants. Cette armé est issu de nous, elle ne peut être dissociée de ses enfants et de ses parents.

Hadj Abdenour 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Tk33U9S4MlQ