Entretien avec Paul Eric Blanrue par Rachid Guedjal (partie IV et fin)

A lire

Rachid Guedjal et Rania Saoudi

Actualité internationale

R.G : Ton avis sur la géopolitique mondiale qui se construit autour de nous en ce moment même? L’Iran, le Vénézuela, la Chine seconde puissance mondiale entre autres. Ou encore l’Amérique Latine qui tour à tour reconnait la Palestine sur les frontières de 1967. Tu es récemment parti en Iran, peux tu nous décrire ce que tu as vu là bas? La révolution colorée est elle toujours de mise là bas?As tu eu des nouvelles du cas Sakineh?

P.E.B. : Le cas Sakineh ne m’intéresse pas : je n’ai pas d’avis sur les affaires criminelles des pays tiers. En France, il est clair, en revanche, que BHL et sa cohorte de plumitifs ratés tentent d’instrumentaliser cette histoire tragique pour, une nouvelle fois, jeter l’opprobre sur l’Iran. L’Iran gêne Israël et sa politique de domination au Moyen-Orient ? Les agents d’influence sionistes accomplissent leur mission, c’est logique ! Les médias français suivent le mot d’ordre, le doigt sur le couture du pantalon : logique à nouveau, vu qui les dirige. Et peu importe si, dans le même temps, nous tuons des Afghans, ou si nos alliés américains condamnent à mort des innocents. Je me suis rendu en Iran deux fois en quatre mois pour une durée totale d’environ 15 jours. J’y ai trouvé un peuple extrêmement courtois, exaltant, modeste et fier, sûr de son bon droit bien qu’ayant des opinions diverses et n’hésitant pas à en faire part.

J’ai pu discuter librement avec des gens de toutes tendances. Au colloque sur le cinéma américain auquel j’ai participé, Essy Niknejad, un réalisateur iranien exilé à Bervely Hills, a longuement pris la parole pour tenter de défendre Hollywood… mais sans grand succès ! D’après mon expérience, il faut bien reconnaître que, comme l’ont indiqué les sondages du Washington Post lors de l’élection présidentielle de 2009, la grande majorité des Iraniens sont favorables à Mahmoud Ahmadinejad, qu’ils se représentent, à juste titre selon moi, comme l’un des meilleurs résistants au nouvel ordre mondial. Pour la vie quotidienne, ceux qui s’attendent à voir des colonnes de burqas hantant la ville de Téhéran seraient surpris.

Les jeunes filles, très jolies, sortent en tchador léger, laissant dépasser de longues mèches cheveux sur leur front, se parfument, se maquillent et s’habillent avec goût. Et elles ont un vrai caractère, crois-moi : cessons de penser qu’elles vivent dans la soumission et la crainte du sexe opposé ! Elles font des études et réussissent mieux que les hommes. Sinon, la capitale est très vivante, bien qu’encombrée par les voitures car l’essence est à bas coût (l’Iran est le 4eme producteur de pétrole au monde). Les magasins ressemblent aux nôtres. Le métro qui traverse Téhéran est moderne et plus propre que celui de Paris. La vie nocturne est peu agitée, mais il existe des endroits chaleureux, sur les hauteurs, où la jeunesse aime à se détendre après le travail. Comme dans les pays arabes que j’ai visités, la population a une grande conscience politique. On sent une nation vivante, en mouvement, portée par la plus haute tradition et tournée vers l’avenir. Ceux qui parlent de dictature ont tout faux, il y a des élections à tous les niveaux, local et national. Après avoir été une colonie américaine, le pays est parvenu à arracher son indépendance malgré les sanctions internationales. Il est scandaleux que l’Iran subisse des pressions pour l’empêcher de développer son industrie nucléaire civile. Les médias qui présentent l’Iran comme un pays belliqueux devraient se souvenir qu’il n’a pas déclenché une seule guerre depuis plus d’un siècle ! J’ajoute qu’Ahmadinejad a bien compris le sens des préoccupations des musulmans du Maghreb et a soutenu leurs révoltes à raison. Rien à voir avec la « révolution colorée » que les États-Unis ont tenté de déclencher chez lui !

R.G : Quelles sont les raisons profondes (politiques, économiques, religieuses, démographiques…) du soutien des européens et particulièrement de la France à Israël ? On-t-ils peur que le régime sioniste s’écroule et que les juifs envahissent l’Europe ? Je pensais à Hitler qui soutenait le projet sioniste dans le seul but de se débarrasser des juifs d’Allemagne par exemple.

P.E.B. : Pour Hitler, c’est un peu plus compliqué que cela, mais ce n’est pas le sujet… Pour la France d’aujourd’hui, la pression sioniste passe par les associations censées représenter la communauté juive, qui est ici la plus importante d’Europe. Ces associations, le CRIF en tête, sont des relais d’Israël qui, par conséquent, ont pour mission de « sioniser » les juifs de France, ce qui a plutôt bien fonctionné pour le moment. Ces mouvements parlent au nom de 600 000 personnes, ce qui n’est pas rien, d’autant que parmi eux, on trouve des réseaux extrêmement importants et influents comme l’Union des patrons juifs de France. Mais comme je l’ai écrit dans « Sarkozy, Israël et les juifs », les associations communautaires ne représentent en réalité qu’un sixième des juifs de France ! On aimerait entendre davantage les dissidents, ceux qui s’opposent à la politique israélienne et aux diktats du CRIF et consorts. Ils existent ! Eux pourraient faire changer les choses, car ils s’expriment « de l’intérieur ». Eux pourraient demander la suppression de la loi Gayssot sans qu’on les soupçonne d’antisémitisme. Eux pourraient faire leur nuit du 4 août ! Hélas, ils sont retenus par un poids moral : beaucoup, même s’ils sont en désaccord avec le CRIF, n’osent entrer en opposition frontale avec ceux qui prennent la parole à leur place, par égard pour le passé douloureux de leurs aïeux. La déportation, encore et toujours… Ils auraient l’impression de trahir les leurs. C’est d’autant plus stupide et dramatique que, du coup, beaucoup les considèrent comme des complices des crimes israéliens, ce qu’ils ne sont pas. Voilà la pire des réussites du CRIF : associer tous les juifs de France à Israël, de gré ou de force – et, grâce à cette astuce, peser sur la politique française.

R.G : Tu évoquais le nouvel ordre mondial plus haut et Jacques Attali parlait de faire de Jérusalem une capitale mondiale, qu’en penses tu ? Y a t il un lien selon toi?

P.E.B. : Attali délire ! Il voudrait alimenter les fantasmes des antisémites qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Je ne dis pas que certains doux-dingues n’entretiennent pas, plus ou moins secrètement, une telle chimère. De là à l’envisager sérieusement, c’est une autre histoire. Ce que je pense, personnellement, au vu de la situation, c’est que le sionisme n’en a plus pour longtemps. Par conséquent, si un jour Jérusalem devenait la capitale du monde, ce ne sera pas sous la tutelle de l’État juif, qui aura sans doute disparu ! Quant à savoir si le monde a besoin d’une capitale, je ne le pense pas. Le degré de démocratie, dans un tel Léviathan, serait égal à zéro. J’ai écrit il y a quelques années un texte théorique sur cette question : « De la contestation mondiale bobo-docile et du souverainisme de libération » (http://www.legrandsoir.info/De-la-contestation-mondiale-bobo-docile-et-du-souverainisme-de.html). J’y défends le concept « guévarien » de nation comme foyer de guérilla.

R.G : Ton opinion sur ce qui se passe dans le monde arabe, après la Tunisie et l’Egypte, la Libye et Kadhafi. Comment penses tu que la situation va évoluer dans ces pays?Et dans les autres pays musulmans?Y a t il des chances pour que certaines des « révolutions » soient pilotées de l’extérieur pour le compte de puissances impérialistes?

P.E.B. : Rien ne nous permet pour le moment de dire que ces révolutions sont pilotées de l’extérieur. Visiblement, personne ne les avait prévues ni anticipées, et encore moins préparées. Elles sont réjouissantes. En revanche, elles peuvent être détournées de leur sens initial, ce qui est problématique, en Libye notamment, du fait des ressources pétrolières de ce pays. Kadhafi a joué avec le feu. Délaissant la cause arabe, il s’est pris pour le roi de l’Afrique et s’est normalisé en se rangeant au côté des États-Unis, qui avaient un peu grillé sa tente. Aujourd’hui, pour tenter de démontrer qu’il est du bon côté du manche, il veut faire croire qu’Al Qaïda est derrière les soulèvements. C’est grotesque. Toutefois, attention : s’il chute, qui va venir après lui ? Fidel Castro a raison de s’en inquiéter et je comprends Hugo Chavez qui essaye de trouver une solution pacifique au conflit, afin d’éviter que les États-Unis ne mettent la main sur les réserves pétrolières et transforment la Libye en une nouvelle marionnette. Ce sera néanmoins aux Libyens d’avoir le fin mot de l’histoire, du moins je l’espère !

R.G : As tu un message particulier pour les algériens?Pour les musulmans de France et du monde?

P.E.B. : Je souhaite de tout coeur que les Algériens, peuple que j’admire spécialement, poursuivent leur lutte pour la démocratie et l’indépendance nationale. Je sais qu’ils se souviennent du décret Crémieux ! Quant aux musulmans, que leur dire qu’ils ne savent déjà ?

L’Islam est devenue la spiritualité des révolutionnaires au service de la vérité et de la justice contre le nouvel ordre mondial. Cet Islam-là existe dans le coeur de chaque être humain, il suffit de l’écouter. Si les catholiques le comprennent et font alliance avec eux au lieu d’en avoir peur, la partie est gagnée !

Merci beaucoup pour tes réponses Paul Éric et pour le temps que tu as accordé à Algerie Network.

Rachid Guedjal et Rania Saoudi pour AlgerieNetwork

Lire aussi :

 

Facebook Comments

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img

Articles Récents

Facebook Comments
Translate »