samedi, octobre 23, 2021

Colonisation de l’Algérie : Les indépendances programmées (4/4)

Must Read

Les Révolutions
Programmer une révolution
Tous les facteurs seront mis en œuvre même la religion (Islam) et la langue arabe qui vont se voir «libérées» et aidées vers 1937, réveiller un sentiment religieux, un nationalisme, une certaine fierté, une recherche de la liberté, pourquoi pas !
Il faut bien chauffer les tambours!!! Recruter former…pour…
Il faut que les peuples croient qu’ils ont « gagné » leurs « indépendances » (Contre les trois grandes puissances mondiales !).

Je ne diminue pas l’hommage à nos chouhadas ou anciens moudjahidines qui ont bien combattu pour leur pays, sont passés par des prisons et ont réussi de multiples exploits.
Cela c’était notre guerre contre des colons «Roumis», gitans et français auxquels la France elle-même n’y tenait pas beaucoup. La preuve à leur retour en France ils étaient traités comme de « seconde catégorie » et placés dans des cases comme les harkis, pendant plusieurs années. De nombreux témoignages peuvent être retrouvés, aisément, je pense.

Autres remarques
La révolution algérienne se fournissait en armes chez un fournisseur français en Suisse!
Tout Le Monde Il Est Beau, Tout Le Monde Il est Gentil!
Mais une chose est certaine: Allah yerham Echouhaddas.

Les Moudjahidines et les chouhadas
Nos aînés ont eu à combattre, des armées officielles, des roumis, des milices criminelles de fabrication française, les services secrets, du monde entier, les harkis visibles et non visibles !
Notre passé, notre culture, notre religion nous avaient permis de rester unis et de ne pas tomber dans des guerres fratricides, même le jour de l’indépendance. Tout étant miné, ils ont pu maintenir cette union qui faisait notre force, union, rachetée plus tard par le colonialisme et détruite, si bien que le pays patine encore, peine à récupérer ses ressources et son avenir en main.

« Lis ! », observes, réfléchis, où vas-tu, peuple plein de gloire : « Tout vide, appelle un occupant ! » L’as-tu oublié ? La Guerre de Libération est elle terminée ? On importe tout, on ne produit même pas notre pain !
Cette course effrénée vers les richesses, le gain facile et la corruption.
L’argent ne fait pas le bonheur, le bonheur c’est quand on aura notre propre pain !
Allah yerham Echouhaddas.

Le départ des français d’Algérie
«Je vous ai compris!» De l’anglais !
Pour les français ou est-ce pour les algériens ? Les anglais probablement, puisque ce sont eux qui ont fait la récolte.
Sûrs d’eux-mêmes, ils essayeront de parachuter des soldats : on les tira en l’air ! Les français furent nombreux à déceler le jeu de leurs voisins, ainsi que la manipulation du général mais ils seront « bannis » de l’Algérie.
Couronne, juifs et usa se mirent au travail, provoquèrent les deux guerres mondiales pour abattre la France et après quelques subterfuges lui donner même un président, le général et il n’y a aucun doute à ce sujet.
Ce sera le seul à accepter le programme anglais, faire confiance et l’appliquer. Comme mentionné auparavant, trente ans plus tard, l’empire français est parti en fumé et le pays lui-même est au bord pas de crises sociales mais de guerre civile, décelable dans une décennie peut être. On le récusera mais c’est à eux de résoudre le dilemme.

Une autre remarque importante dans la destruction de la France, elle a été au premier Irak. Renseignez-vous discrètement lisez… Dans la reconstruction, on leur « accorda » 2% du gâteau !
Durant la seconde guerre mondiale elle a été détruite entièrement, dans ses infrastructures, arguant pour ne pas tomber dans les mains de l’ennemi, qui n’en était pas un d’ailleurs.
Ailleurs on y reviendra mais tout ce qui a été dit est faux. Vous en connaissez déjà des vérités pour devoir douter du reste.
Par la suite on l’a soumise au plan Marshall, crédit… Par la suite seul Mitterrand sachant jouer entre les deux comme l’indique son nom fera la paix totale et arrivera à réaliser la chute du mur de Berlin, malgré les différences marquées entre les deux Allemagnes. Edmund Kohl n’aurait jamais réussi seul ou peut être n’y aurait jamais pensé. Mitterrand pour son pays est le deuxième Napoléon. Maintenant les donnes ont changé et vous verrez on désarmera la France, par des traités par-ci par-là… La couronne a son programme et guette ce moment depuis des siècles.
Les petits états européens ce n’est en fait qu’un découpage de notre chère Couronne.

De Gaule « accepte », jette les bases d’une décolonisation mais se jette directement dans la gueule du loup ! Le savait-il ? Aux français de le chercher.
De Gaule est un homme de l’Angleterre, dira un historien français.
Et il était plus fort que moi, votre humble serviteur.

«Je vous ai compris!» «Je vous ai compris!» … Lançait-il à tout le monde et chacun pensait que cela s’adressait à lui! Sauf les anglais bien sûr, qui savaient qu’il parlait en ou de l’anglais et en étaient fiers.
Personne d’autre ne pouvait soupçonner, la moindre manipulation.

Le Maréchal Pétain, ainsi que ses collaborateurs, je pense qu’ils avaient pu déceler le jeu mais ne pouvaient rien faire, devant Toute la Communauté Internationale ! Anglais, américains, juifs réunis. D’où : « Qui veut tuer son chien, l’accuse de la rage ! » : On le taxa d’antisémite, de collaborateur…
Pour votre humble serviteur, connaissant les manœuvres machiavéliques anglaises, les gentils Messieurs et le bon Oncle Sam, on est amenés à penser que Pétain avait dû se comporter comme un vrai français ! N’en déplaise aux historiens !
Et je ne cherche à plaire à personne : et il restera toujours un français dans la colonisation de mon pays.

L’expulsion des français fera dire que « La guerre d’Algérie a été, aussi, une guerre d’épuration ethnique, contre les français !!! »… On devient les fautifs, les criminels. On aurait dû les supplier de rester.
Alors que la guerre et l’expulsion s’étaient faites entre français, mais ils ne veulent pas chercher de ce côté. Ils sont conditionnés de toute façon depuis le début, ce n’est pas aujourd’hui qu’on va leur faire comprendre qu’ils n’ont été que des pions de plus gros impérialistes. On dit pause aujourd’hui, c’est pause ! Le reste c’est des dégâts collatéraux, négligeables. Par contre eux, ces gros, sont sûrs de revenir sous une autre forme et cette fois sans vous, soyez en certains. On ne vous dupera pas encore ici mais ce sera ailleurs ! Ici, avec l’endettement, le FMI, la Banque Mondiale et l’ONU la fameuse qui donne tout, on aura le sol le sous-sol et la main d’œuvre. Les métayers sont déjà sur place.
Le Bélier on s’en sert puis on le retire pour s’en servir ailleurs, croisades, foulards, caricatures, terrorisme…Cela devrait vous suffire en attendant de trouver une autre eau : les moutons de panurge fonceront … au signal !

Les adeptes de l’Algérie française
« Les adeptes de l’Algérie française n’en démordent pas. Ils n’envisagent pas de se séparer d’un territoire dans lequel ils sont entrés par effraction. Une Algérie indépendante ? Impossible.
Michel Debré, Premier ministre, évoque la partition de l’Algérie, comme dernier recours. Il le fait dans une déclaration à l’Assemblée nationale du 28 juin 1961.
Sans tarder, le FLN farouchement opposé à la division du pays, organise une manifestation monstre le 5 juillet 1961.
Alain Peyrefitte, député gaulliste propose en août 1961, un projet de partition en s’appuyant sur l’exemple d’autres partitions réussies de par le monde. L’exemple d’Israêl est suggéré sans le citer comme un modèle réussi.
De Gaulle ne se résout à accorder qu’une écoute formelle à la proposition de dernier quart d’heure. Le 19 novembre 1961, il convoque à l’Élysée l’auteur du projet de partition Alain Peyrefitte qui lui fit le rapport suivant :
« 1. On regroupe entre Alger et Oran tous les Français de souche, avec tous les musulmans qui se sont engagés à nos côtés et veulent rester avec nous.
2. On transfère dans le reste de l’Algérie tous les musulmans qui préfèrent vivre dans une Algérie dirigée par le FLN.
3. On garde un libre accès au Sahara, qui doit devenir un territoire autonome par rapport aux deux premiers.
4. Tout le reste est négociable. On pourra partager Alger, comme Berlin ou Jérusalem : la Casbah d’un côté, Bab El-Oued de l’autre, une ligne de démarcation au milieu.»
De Gaulle réagit en rejetant ce projet rédigé par un intellectuel politique qui a eu du mal à comprendre la résonance du combat du peuple algérien dans les maquis, dans les villes et villages, dans les capitales du monde entier, dans les couloirs des institutions internationales au sein même de l’Organisation des Nations-Unis, l’ONU. »
(LA FIN DE LA GUERRE ALGÉRIE : LES VELLÉITÉS DU DERNIER QUART D’HEURE. Karim Younes).

– Sur l’intégration
Cependant le général de Gaulle est en réalité opposé à ce programme dont il pense qu’il ne s’agit que d’une utopie universaliste : « Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants »1 [1. Alain Peyrefitte, 1997, tome 1, p. 52]
(https:fr.wikipedia.orgwikiDécolonisation).

Les mentalités changent. Messali Hadj.
Les revendications publiées dans le Manifeste algérien de février 1943 (soit après le débarquement américain de novembre 1942, en Afrique du Nord), pourtant initié par Ferhat Abbas, indiquent toute la portée du recentrage qui est en train de s’opérer au sein du Mouvement national. Désormais, « l’heure est passée où un musulman algérien demandera autre chose que d’être un algérien musulman », et il est demandé « l’application pour tous les pays, petits et grands, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ».
La répression sanglante des manifestations du 8 mai 1945, allait quant à elle, indiquer que le passage à la lutte armée devenait inévitable, et le 1er Novembre 1954 incontournable.
(Confluences. Hassan Remaoun. Enseignant-Chercheur à l’Université d’Oran et au CRASC.)

– Des harkis, des notables corrompus, se voient proposer de rejoindre le maquis ou d’aider indirectement les résistants, pour se racheter et pouvoir rester après l’indépendance. Cela servira aussi la France, après son départ.
On assistera à des désertions d’algériens, de l’armée française ; peut être un jour saura t-on, les vérités.
Le tout constituant des réseaux dormants, français, en Algérie.

Les réseaux français dormants
Les anglo-saxons cherchent à couper les racines
Afin de terminer le travail, se prémunir de toute tentative de retour de la France.
Notamment et ce côté est assez important pour les anglais, les français d’Algérie. Il leur fallait quitter les lieux, ainsi que tous les autres réseaux pro-français.
Les américains aussi, pour se servir il fallait faire vider les lieux, modifier même la géographie de ces colonies.
De Gaule confiant dans les promesses de ses alliés, donner l’indépendance, placer des gens qui leurs sont favorables, installer des «organisations» «internationales» ONU… Banque Mondiale, FMI, (ces deux derniers verront le jour les années soixante) pour suivre, surveiller, endetter et préparer le retour par les finances, trente ans plus tard.
«Regardez L’Algérie, dans trente ans!» De Gaule, le pauvre, il rêvait, en anglais!
Jusqu’à créer, la Main Rouge, l’OAS, une guerre civile française et plus d’un million d’individus seront rapatriés en trois ou quatre mois!
Les anglais et les américains étaient pressés. Les bateaux ne devaient certainement pas arriver à destination, on dirait qu’ils faisaient demi-tour à mi-chemin!!!

Les réseaux français autochtones
Multiples et variés, disséminés à travers le territoire, avaient bénéficié d’un suivi spécial, avec l’acquisition d’une réhabilitation, leur garantissant une continuité après l’indépendance. Jusqu’à en faire de certains, d’anciens moudjahidines (Résistants), qui auront accès aux plus hautes fonctions dans l’avenir.

– « Réhabilitation » d’anciens collabos pour les laisser derrière eux, souvent en faisant d’eux des résistants, moudjahidines puis d’anciens moudjahidines !
Tout un travail, méticuleux, nécessitant des moyens humains énormes, investissements, pour le long terme. (Pour l’après indépendance).

* Sans oublier tous les anciens combattants pour la France, dans les différents et nombreux corps d’armées, qui plus tard seront payés en Francs, et sans le savoir, vont souvent « déstabiliser » les économies dans les petits villages, d’où la plupart en sont originaires.
* Les autres, fonctionnaires fidèles …
* La double nationalité, alléchante ou corruptrice. Plus tard transaction contre la croix…
* Autant de réseaux dormants, garantissant la pérennité de la présence française.

Les harkis trahis
Un exemple, pour revoir le chapitre dans un autre article.
« Dès le cessez le feu conclu, le 19 mars 1962, le lendemain de leur signature, le désengagement de la France, entamé au cours de l’année 1961, s’accélère. Sans plus attendre, les frontières sont ouvertes et les troupes de l’ALN (Armée de Libération Nationale) qui étaient basées en Tunisie et au Maroc pénètrent en Algérie, en nombre et en armes.
Dans le même temps, les harkas, les maghzens des SAS, les groupes d’autodéfense sont dissous, et les supplétifs sont démobilisés et désarmés par l’armée française. Souvent par surprise, ou par ruse.
L’adjudant venu désarmer la harka, monte sur le capot de sa jeep et montre à
bout de bras l’ordre reçu. Il le lit et le commente :
– Je suis venu pour vous parler, pour vous expliquer…
Tandis qu’il pérore, fixant l’attention de la harka, on fonce dans les chambrées, vers les râteliers d’armes. Un harki malade est resté couché, on le maîtrise, on le bâillonne. Un coup de klaxon au loin donne le signal. Alors l’adjudant se tait, descend de sa jeep, tourne un peu la tête, regarde derrière lui à plusieurs reprises, puis annonce à voix basse :
– maintenant c’est fini. La guerre est finie pour vous. Vous êtes désarmés et vous êtes libres.
En une seconde les rangs des harkis se sont disloqués.
Ils réalisent, mais trop tard, la supercherie dont ils ont été victimes. On leur a volé, arraché leurs armes. Ultime trahison ».
(Michele Laumet. Les Harkis, Les Accords d’Evian et le désengagement de la France).
Messieurs les spéculateurs, arrêtez vos cirques et relisez ce témoignage, c’est en français ! Tout comme les colons, les harkis ont été abandonnés, rejetés ! Même pire.

La France qui s’en va
L’évacuer de l’Afrique, ce qui aura bien lieu.
En peu de temps, on verra la France, créer des guerres civiles, s’embourber puis s’en aller, docilement. Les bases des autres se construisent déjà au début des crises ; elle peut donc partir quand elle veut, les autres sont bien là, même non déclarés parfois, pour l’aider, l’aider à vider les lieux ! On rafle Gratuitement les territoires et la suite.

Les américains et leur révolution ?
Le Pasteur Martin Luther King. Les noirs américains.
Cette double programmation concomitante, indépendances et Révolution Islamique, conduit à prendre d’autres dispositions, par exemple, faire le ménage chez soi, recenser les musulmans, les surveiller, en recruter… Et surtout encadrer les éventuels problèmes, notamment pour les États-Unis qui avaient une grande population noire, marginalisée et dans la misère : il fallait leur faire faire leur révolution. Une révolution chrétienne, pour ne pas risquer de les voir, se convertir à L’Islam, par milliers ! Aussi simple que cela !
Un Pasteur, un Martin Luther King « arriva » et sauva l’Amérique ! Les années 60, tout simplement. Même chose, même date…

Le Pasteur Martin Luther. Pardon, Le Pasteur Martin Luther King ! Le premier ayant vécu au XV siècle, père du Protestantisme. Et on s’est compris : serait-ce un simple hasard ou voulait-on se protéger aussi contre un catholicisme. Je suis sûr que les français n’avaient vu que du feu ! Au secours, on va me lyncher par ici ou la guillotine par là, leurs spécialités !!! Au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ! Ouille, Le bûcher.
Passons, disons que c’est un maniaque qui voit des complots partout. Merci ! En tout cas, j’ai bien visé. Regardons la suite…

Martin Luther, 1483-1546
Père du protestantisme et réformateur de l’Église dont les idées exercèrent une grande influence sur la Réforme protestante, qui changea le cours de la civilisation occidentale. Il fut excommunié par le Pape.
A l’époque, on ne voyait que du feu (bûchers), chez les papes, après la fumée blanche !

Le fameux Retour dans les Trente ans
Les indépendances des colonies, avaient été décidées vers 1930, pour les années 60 (Trente ans), pour revenir, encore Trente ans plus tard, par les finances, les années 90.
Voilà donc comment et à partir de quand on retrouve à nouveau, le mot finance, asservissement par les finances.
Ce ne fut que le nouveau mode de colonisation, admis et posé par tous.

Il y a un autre chapitre sur la finance, les intérêts et l’usure, remontant jusqu’à Henri IV, L’Édit de Nantes, qui interdit aux juifs le commerce de l’argent dans plusieurs villes de France.
D’ailleurs je ne connais pas avant Henri IV, Mon Ami Le Roi! Poignardé dans le dos et achevé par son compagnon direct, dans sa maison de campagne.
Ravaillac c’est pour les français, ils ne peuvent s’en passer et leur histoire reste une autre histoire! La notre aussi!!!

Plus tard De Gaule payera cher sa collaboration avec Londres: on lui effaça la moitié de la France par les bombardiers, personne n’ose en parler chez eux, par exemple à Brest, plusieurs bâtiments avaient été effacés, avec leurs habitants, comme dans d’autres villes, on dira que c’étaient « des frappes préventives », pour éviter que cela ne tombe aux mains de l’ennemi.
Ensuite suivra le plan Marshall, pour a Reconstruuction, pour bien le contenir, puis lui faire construire le nucléaire à Israël, alors qu’il était encore sous la coupe du plan Marshal (endettement).
Trente ans plus tard, on l’invita à quitter l’Afrique par elle-même. Elle créera les guerres civiles et les anglais viennent rafler la mise sans avoir à tirer ne serait-ce qu’une seule balle!!!
Le pays le plus pauvre, le Rwanda retire le français et installe l’anglais et ainsi de suite… Ils font semblant de vouloir se maintenir devant leurs concitoyens mais en réalité ils se retirent en bons enfants.

En conclusion: je l’ai toujours dit je ne suis ni un politique ni un historien mais mes observations, m’avaient permis de voir un peu plus clair.
Loin de jeter des doutes sur nos aînés, qui avaient eu certainement même des guerres plus ou moins propres entre eux. Loin de chercher à tomber dans le panneau du colonisateur, le doute, la division, les rendements de compte etc. Simplement on doit être en mesure de pouvoir chercher les vérités. Ce sera probablement la tâche et le succès de la prochaine génération.

Tout le reste sur le colonialisme, est vrai et les témoignages ou documents peuvent être retrouvés.
Certains livres que j’ai pu consulter:
– « Lawrence d’Arabie », « Ibn Saoud, ou la naissance d’un royaume », « Mustapha Kamel ou la chute d’un empire » de Benoist Méchin, pour les deux derniers.
– « Bagatelles pour un massacre » (1937) de Céline, livre supprimé de la circulation mais je crois l’avoir vu sur internet. Ce livre je me rappelle explique plusieurs de ces manœuvres de l’Angleterre.

CONCLUSION

La révolution sera fabriquée de par tout ce qui va l’entourer de près ou de loin, les chefs pendants et après, au quart près.
Certaines révolutions ont pu leur échapper, la notre par exemple (avec peut être la bénédiction de la Couronne et les usa contre la France. Nous enregistrons beaucoup de morts parce que c’était truffé d’espions et de collabos et à la fin on nous a ramenés sur les rails: Tahya El Djazair et on a avalé toutes les salades, d’abord parce qu’on était fatigués, heureux d’un départ mais on ne pouvait pas connaître les dessous, sauf ceux qui sont sous terre: ils ont vu de leurs propres yeux l’impensable trahison: on tuait de tout, l’étudiant, le «kabyle», «l’arabe»… de toute façon tout était bon à tuer et à s’entre-tuer.
Toutes les indépendances (presque) ont eu lieu dans une décennie, on les a accompagnées avant ou pendant par la création de frontières litigieuses, en plus d’organisations « internationales », l’ONU, le FMI, la Banque Mondiale… autant de chaînes pour nous maintenir dans l’asservissement, l’endettement, la divergence et la négation de tout ce qui faisait notre corps et un seul.

Nous n’avons existé que comme pièces de jeu: langues, religions, couleurs, races, frontières tout n’est qu’inventions de leur part, pour maintenir les peuples dans une auto surveillance et une autodestruction.
La bonne nouvelle ils la connaissent et ils l’ont touchée des doigts il y a déjà une vingtaine d’année: la fin de leur pseudo civilisation a commencée. Plusieurs indicateurs le confirment, les invisibles sont les plus importants et avaient été décrits par certains de nos philosophes, le principal en est la destruction de la cellule familiale. Beaucoup de personnes n’accordent pas d’importance à cette constatation mais c’est la faillite d’une société. Une preuve irréfutable aussi, ce sont ces guerres successives, parfois superposées, une FUITE VERS L’AVANT.
C’est seulement à partir de ce moment que les peuples des deux côtés ont pris conscience. Ils iront même à inventer des choses inimaginables pour garder le cap mais c’est trop tard, Dieu n’est pas l’argent.
Maintenant il n’est pas encore temps de demander quoi que ce soit, détrompez-vous, notre pays est «mûr» prêt à être cueilli. Nous avons tout fait pour marcher dans leurs combines et nous ne sommes plus un et défendant mais plusieurs et tous vendeurs, chacun à sa façon. Allah yarham chouhaddas wa Allahou yahdi ma khalaka.

Tous se réjouissent de nous voir dans nos divergences.
Ce qu’il y a comme arguments ce sont toujours des choses simples et bêtes:
– on se croit toujours les meilleurs, alors que beaucoup de peuples sont meilleurs que nous.
– on est toujours tranquilles et sûrs de nous-mêmes, quand la tuile tombe chez le voisin et pas chez nous.
– Comme les autres pays nous bénéficions d’un programme de partition, en dix sept états, plus exactement, et je sais que pour mes enfants pour aller plus tard juste à l’université à côté, il leur faudra un passeport!!!
– Nous nous devons d’ouvrir les yeux, de nous réveiller, doucement, consolidons notre unité, restons vigilants, revenons aux valeurs morales et luttons contre la corruption.
Dieu aidez nous à protéger notre pays !

Dr Mohamed ZEMIRLINE

« Qu’elle soit nécessaire, ou même justifiée,
ne croyez jamais que la guerre n’est pas un crime. »
Ernest Hemingway

lire le dossier au complet

Colonisation de l’Algérie :

Les indépendances programmées (1/4)

Les indépendances programmées (2/4)

Les indépendances programmées (3/4)

Les indépendances programmées (4/4)

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Mes envies

Je n'ai pas envie d'être sage, pour les années qui me restent j'aimerais faire des ravages, me teindre les...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img
Translate »