jeudi, octobre 21, 2021

DE L’USAGE EXCESSIF DE LA RELIGION.

Must Read

Je considère qu’il y a abus démesuré, fortement incontrôlé pour diverses motivations, en versets coraniques, hadiths et prières dont les auteurs vont jusqu’à menacer les visiteurs et les lecteurs s’ils ne donnent pas suite à ce qu’ils leur préconisent. Qu’il y ait recours à un verset ou un Hadith dans un texte, reste admissible et même nécessaire. Mais la majorité des versets sont écrits avec des fautes et, plus grave, des Hadiths apocryphes ressortent de temps en temps. Cela devient un matraquage en règle et conduit immanquablement à des résultats contraires à l’effet escompté. J’ai relevé hier dans un placard commémorant l’odieux assassinat des Appelés du Service National perpétré le jour de l’Aïd El Fitr de l’année dernière à Djebel Louh dans les environs de Souk El Attaf dans la Wilaya de Aïn Defla un placard affiché par une association religieuse. Les photos des regrettées victimes fauchées par la barbarie sont disposées en cercle au milieu duquel apparaît ce verset :

وَلاَ تَحْسَبَنَّ الَّذِيـنَ قُـُتِلُواْ فِي ســَبِيلِ اللّهِ أَمْـوَاتاً بَلْ أَحْيَاءٌ عِندَ رَبِـهِمْ يُرْزَقُــون ( الآية 169 من سورة آل عمران). فعـــلى الصورة تَقْرَؤُون « أحياءاً » وهذا غلط والأصح « أحياءٌ » لأنه خبرٌ مبتدأه محذوفٌ تقديره « هم ». ومثل هذه الغلطات في الفيسبوك لا تــُـعَـدّ ولا تحصى.

Un adage dit : « Les moins dévots sont ceux qui parlent le plus de Dieu ». Et c’est hélas ce que nous constatons tous les jours. Un détail reste insaisissable dans cette frénésie de publication de ces versets et traditions. Un érudit en la matière m’expliquait qu’il s’agit là d’un comportement de personnes qui se sont mises à la religion au soir de leur vie. Tels les adeptes du FIS dont les responsables prônaient qu’il n’y a point de paradis pour ceux qui ne votaient pas pour eux. Toute cette dérive qui allait s’amplifier dangereusement a été volontairement ou involontairement induite par la mainmise du pouvoir de Boukharrouba qui a mis une muselière à nos bons Imams puisqu’il leur imposait un même sermon du vendredi. Seuls quelques irréductibles passaient outre. Alors rien d’étonnant qu’on les retrouvera aux premiers rangs de ceux qui se dresseront contre le FIS.

On se rappelle de l’agression dont ont été victimes les employées de l’ex-Sonelec de Sidi-Bel-Abbès où, parmi elles, certaines ont été tailladées avec des lames de rasoir. Le lendemain le personnel féminin rejoignit le Complexe industriel qui les employait sauf que les employées étaient accompagnées par leurs pères, époux, frères ou proches parents. Un citoyen, très au courant de ce qui a trait aux faits religieux alla sermonner les coupables qui avaient ouvert un lieu de rassemblement ignorant procédures, autorités et forces de l’ordre. Il leur dit ceci : « Est-ce ainsi que vous comptez amener plus de 30 millions d’Algériens à se rendre tous aux mosquées dès la prière du Sobh ? Laissez-moi vous dire que c’est d’ores et déjà raté. » Le plus excité parmi eux lui demanda d’être plus clair. Il lui dit ceci : « Rappelez-vous que le Prophète (s) a prêché dix années à la Mecque et quand il décida de rejoindre Médine, seuls quarante hommes le suivirent, le quarantième étant Omar Ibnoul Khattab. »

Dieu Lui-même n’a-t-Il pas attiré l’attention de Son Prophète par nombre de versets appelant à la tempérance desquels nous ne citons que celui qui suit :
وَلَوْ شَاءَ رَبُّكَ لَآمَنَ مَنْ فِي الْأَرْضِ كُلُّهُمْ جَمِيعًا ۚ أَفَأَنْتَ تُكْرِهُ النَّاسَ حَتَّىٰ يَكُونُوا مُؤْمِنِين (الآية 99 من سورة يونس),
« Si ton Seigneur le voulait, sûr que les habitants de la terre croiraient tous jusqu’au dernier. Mais toi, peux-tu contraindre les gens à croire ? » Implicitement et explicitement, ce verset – à l’instar d’autres – montre qu’il n’y aura jamais que des croyants et annonce même que les divergences entre les humains perdureront jusqu’au Jugement dernier où Dieu nous éclairera sur elles.

En 1973, terminant mes études supérieures à Lyon j’ai été sollicité pour donner une conférence sur « L’Islam et la Science ». Alors que nous quittions l’amphithéâtre, un anthropologue vint vers moi et me dit : « Monsieur, j’ai été subjugué par votre intervention, mais reconnaissez avec moi que l’Islam est une religion difficile. » Je lui répondis : « Oui, elle est difficile parce qu’elle est très simple. »

Facebook, par ce qu’il véhicule de manière débridée, la rend à cette difficulté supposée. Et les gens qui en abusent sans en connaître les subtilités devraient méditer cela car il n’y a pas d’intermédiaire entre Dieu et sa créature.

Enfin, je termine par les abus en religion. De nombreuses traditions, certaines avec des différences de forme, en parlent. J’en ai retenu une :

إِيَّاكُمْ وَالْغُلُوَّ فِي الدِّينِ ، فَإِنَّمَا هَلَكَ مَنْ كَانَ قَبْلَكُمْ بِالْغُلُوِّ فِي الدِّينِ  »
« Méfiez-vous des abus en religion car, avant vous, ont péri vos devanciers par l’abus en religion ».

J’ai l’intime conviction que parsemer des versets ou des traditions à longueur de journées dans des cadres inappropriés n’est ni recommandable, ni sage, ni intelligent et ni fructueux.

Mohamed Senni

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Mes envies

Je n'ai pas envie d'être sage, pour les années qui me restent j'aimerais faire des ravages, me teindre les...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img
Translate »