mercredi, octobre 20, 2021

Guerre, désinformation médiatique et manipulation des droits des gais

Must Read

L’Atride John Baird, sauver Hélène ou sacquer Troie ?

par Fida Dakroub

Photo : M. John Baird, le ministre canadien des Affaires étrangères

Généralités
M. John  Baird, grâce à de vieux discours humanistes bourgeois et à de  vocabulaire philanthropique qui sente le renfermé, a inventé une  nouvelle méthode pour rendre les personnes gaies au Canada encore plus  adorées qu’elles ne l’étaient avant le 8 août 2013 [1]. Suivant cette  méthode, en effet, un ministre du cabinet conservateur actuel présente  sur la scène internationale, et sous la bannière des torys, une nouvelle pièce théâtrale du genre épique, dont l’intrigue n’est pas l’ingérence  dans les affaires intérieures des autres pays – comme vous l’auriez crû  —, mais bien plutôt la protection des droits des personnes gaies à  l’étranger et la dénonciation des tyrans et des monstres qui osent les  violer ! Autrement dit, l’Atride John Baird Voix-Sonore [2] appelle tous les libres du monde – Argiens, Danaéens et Achéens [3] – à s’embarquer  pour une nouvelle Iliade, non pour sacquer Troie, mais bien pour sauver  Hélène ! Quelle audace, quelle grandeur !
Nous conseillons à M. Baird de prendre un brevet pour son invention : ce qui pourrait, en tout cas, être d’un très bon rapport.
Il est à  noter que cette méthode est d’autant plus rentable, notamment pour les  torys, que l’on guerroie contre la discrimination légale envers les  personnes gaies à l’extérieur, plus que l’on fait pour mettre fin à la  discrimination sociétale envers lesdites personnes à l’intérieur. Elle  doit devenir tout particulièrement rentable, car n’importe quel journal, n’importe quelle chaîne télévisée, un National Post, une CBC peuvent,  sous prétexte de violation des droits des gais en Russie, en Iran ou en  Ouganda, se permettre d’aller plus loin que l’Atride Baird lui-même –  parce qu’ils possèdent le pouvoir de désinformer les masses – et appeler au boycottage de la vodka russe, du tapis persan et de la danse  kigganda. Ainsi, les communautés gaies du Canada, qui souffrent de  l’inégalité et de la discrimination sociétales – car le système de  valeurs dominant leur offre une égalité légale, mais non sociétale – se  trouvent impliquées, côte à côte avec le Parti conservateur – leur  prédateur discursif et idéologique -, dans une nouvelle Iliade pour  sauver leurs frères et sœurs outre-mer.
« Toutes ces voix montaient jusqu’à l’éther, jusqu’à la lumière de Zeus » [4].
En effet, la méthode de M. Baird n’est qu’une partie du plan général du gouvernement tory qui aspire à jeter de la cendre aux yeux, notamment en ce qui  concerne les droits des personnes gaies au Canada.
L’Iliade de John Baird contre la Russie : sauver Hélène ou sacquer Troie ?
Pendant le  mois de chaleur étouffante de juillet, M. Baird se dit très inquiet de  la répression des droits des personnes gaies à l’étranger et se  précipita à dénoncer les pays qui les violaient. A fortiori,  monsieur Baird décrit la loi controversée qui mettrait un frein au  militantisme pour les droits des homosexuels en Russie comme étant «  haineuse ». Nous parlant, il dit ces mots qui ont des ailes :
« Cette loi  mesquine et odieuse aura une incidence sur tous les Russes durant 365  jours, chaque année. C’est une incitation à l’intolérance, qui engendre  la haine. L’intolérance et la haine engendrent la violence »,  ajouta-t-il [5].
C’était le 8 juillet 2013 lorsque l’Atride John Baird Voix-Sonore, soutenu par la  parole de Zeus Kronide, réitéra depuis Rio de Janeiro, au Brésil, que la défense des droits des minorités sexuelles, des femmes et des croyances religieuses faisait partie des valeurs canadiennes. Or, ces  déclarations courageuses causèrent le désordre parmi les dieux de  l’Olympe. À preuve, quelques jours plus tard, une organisation de femmes conservatrices (REAL Women of Canada), dont les membres sont dévouées  au temple de la déesse Héra Blanche-Main [6], critiqua vertement  l’Atride, pour s’être porté à la défense des droits des homosexuels à  l’étranger, et d’avoir outrepassé ses pouvoirs en « imposant » sa propre vision des choses à des pays souverains. En effet, la vice-présidente  de l’organisme, madame Gwendolyn Landolt, s’en indigna ; elle s’agitait  sur son siège, et le grand Olympe fut secoué. Elle accusa l’Atride Baird de défendre des valeurs qui ne sont pas canadiennes, mais plutôt « les  siennes, celles de militants et d’une élite de gauche » [7]. Lui  parlant, elle dit ces mots qui ont des ailes : « Pour qui John Baird se  prend-il en utilisant l’argent des contribuables pour promouvoir     son agenda personnel et imposer des normes à des pays étrangers ? [8] » ; « Oh ! la ! la ! Poséidon, puissant Maître du Séisme ! [9]»
Par le  passé, monsieur Baird se fut aussi prononcé contre la discrimination et  la violence que subissent les homosexuels en Ouganda, qui a aussi une  loi anti-gaie [10].
Quel bonheur ! Quelle allégresse ! Ménélas, mon ami, pourquoi ce souci [11] ?
D’abord,  tout en prenant compte des fondements idéologiques conservateurs de  monsieur Baird, nous nous charmons à comprendre les motivations  objectives qui se cachent derrière son ardeur et son enthousiasme.
Pour  en faire, nous dessinons les points d’interrogation suivants :
1. quelles  sont les motivations qui se cachent derrière l’enthousiasme inexplicable de l’Atride à s’embarquer pour une telle Iliade ?
2. d’où vient cette inquiétude incompréhensible de monsieur Baird envers les droits des personnes gaies en Russie ?
3. pourquoi  la Russie, l’Iran, le Kenya et l’Ouganda, mais non pas la Géorgie,  l’Arabie saoudite, le Pakistan et le Rwanda, par exemple ?
4. est-ce que vraiment l’Atride veut sauver Hélène, comme il essaye de nous persuader, ou est-ce qu’il veut sacquer Troie ?
Avant toute  chose, les motivations objectives qui poussent monsieur Baird à  guerroyer pour les droits des gais en Russie ne s’expliquent pas dans le contexte du discours philanthropique de monsieur Baird lui-même, mais  bien plutôt dans le contexte de la politique générale du gouvernement  Harper qui cherche à jouer, sur la scène internationale, un rôle plus «  impérial » et à foutre le nez dans le train des pays souverains.
En premier  lieu, monsieur Baird a ciblé la Russie pour son oppression des personnes gaies parce qu’il considère la Russie comme un pays non ami sur le plan de la politique étrangère. Il est à noter ici qu’en Russie la  limitation des libertés desdites personnes est un fait réel, et nous la  condamnons haut et fort. Or, s’il est vrai que les personnes gaies en  Russie sont victimes de l’oppression et de la persécution, il est non  moins vrai que lesdites personnes partout dans le monde souffrent des  mêmes conditions, à l’exception de l’Occident, où les communautés gaies  bénéficient d’une égalité légale bien établie, mais non sociétale. Il  aurait pu être plus fructueux, si monsieur Baird avait ciblé l’Arabie  saoudite, par exemple, où les homosexuels sont condamnés à la peine de  mort, mais monsieur Baird cible explicitement la Russie.
En second  lieu, l’ardeur de monsieur Baird envers les personnes gaies en Russie  s’explique dans le contexte de la « Deuxième Guerre froide » qui se  déroule depuis quelques années entre les pays atlantiques, d’un côté, et les nouvelles puissances montantes, telles que la Russie, la Chine et  leurs alliés, de l’autre côté. Il faut noter, dans ce sens, le rôle que  joue précisément la Russie dans plusieurs « dossiers chauds » partout  dans le monde, surtout au Moyen-Orient, comme le nucléaire iranien et la crise syrienne.
L’ayatollah Khamenei
La fatwa de Khomeiny sur les droits des transgenres
Pour ce qui  est de l’Iran, il n’y a pas grand-chose à dire. D’un côté,  l’homosexualité y est prohibée par la Sharia islamique. De l’autre côté, l’Iran est le seul pays musulman qui reconnait les droits sociaux et  humains des personnes transgenres, et leur offre le service et le  support médicaux dont elles ont besoin. En effet, pendant que certains  gouvernements provinciaux au Canada refusaient d’assurer la chirurgie de réattribution sexuelle (CRS) pour les personnes transgenres, lesdites  personnes en Iran profitaient de fonds gouvernementaux à presque 90 %  pour leur CRS. Notons qu’avant la révolution islamique de 1979, le sujet de la transsexualité en Iran n’eut jamais été officiellement traité  sous le régime du Shah.
Cependant, au début des années 1980 et grâce à  une fatwa de l’ayatollah Khomeiny, les individus transgenres furent  officiellement reconnus par le gouvernement et autorisés à subir des  opérations chirurgicales afin de changer de sexe. En plus, en 1963,  l’ayatollah Khomeiny écrit un livre dans lequel il dit qu’il n’existe  aucune restriction religieuse vis-à-vis de la chirurgie corrective,  pendant que le gouvernement impérial n’avait aucune politique précise  vis-à-vis des individus transgenres [12]. Nous mentionnons ici le grand  rôle qu’eut joué Maryam Katoun Molkara, anciennement un homme connu sous le prénom de Fereydoun, dans la lutte pour les droits des personnes  transgenres en Iran. Avant la révolution, elle voulait devenir une  femme, mais ne pouvait se permettre l’opération sous le régime du Shah.  De plus, elle souhaitait avoir une autorisation religieuse.
Depuis 1975, elle écrivait des lettres à l’ayatollah Khomeiny, alors exilé. Ses  correspondances avec l’ayatollah devinrent par la suite la fatwa  autorisant de telles opérations en Iran. La fatwa originelle de Khomeiny fut depuis confirmée par l’actuel guide suprême de l’Iran, l’ayatollah  Ali Khamenei, et est aussi soutenue par de nombreux membres du clergé  iranien. À titre d’exemple, le hojatol-islam Kariminia, un membre du  clergé de niveau moyen qui est en faveur des droits des transgenres, a  déclaré qu’il souhaite « suggérer que le droit des transsexuels à  changer de sexe est un droit de l’homme » et qu’il essaie « de présenter les transsexuels aux gens à travers [son] mon travail et faire  disparaitre les stigmates ou insultes attachés à ces individus [13] ».
Notons aussi qu’en Iran, une fois qu’un individu transgenre a changé de sexe, cette  personne devient légalement une personne de ce sexe. Tous les documents  légaux, comme les actes de naissance et les passeports sont modifiés  selon l’opération subie.
En dépit de  faits ci-devant, monsieur Baird jouait l’Atride en attaquant durement  l’Iran dans une assemblée internationale de parlementaires à Québec, le  22 octobre 2012. S’adressant à 1400 délégués de l’Union  interparlementaires, il dit ses mots qui ont des ailes : « Le régime  iranien est un exemple troublant d’intolérance religieuse », a-t-il  lancé [14].
Pour  conclure, il suffit de tracer des parallèles entre la rigueur de  monsieur Baird sur les droits des minorités en Iran et les liens  d’amitié qui lient les Atrides du cabinet tory aux rois d’Israël. Pour  rappel, le Canada est engagé dans un bras de fer avec la République  islamique d’Iran, depuis qu’Ottawa a fermé son ambassade à Téhéran en  septembre 2012. Les diplomates iraniens furent expulsés du Canada, et le gouvernement Harper reprocha au régime iranien de soutenir les  terroristes, de chercher à obtenir l’arme nucléaire, d’appuyer le  gouvernement syrien de Bachar al-Assad et de souhaiter la destruction de l’État d’Israël [15]. Le lecteur l’avait deviné.
 
Des évangélistes américains à la traque des homosexuels en Ouganda
En ce qui  concerne l’Ouganda, c’est un pays dans lequel il faut parfois se cacher  pour vivre. L’homosexualité y est punie par la loi : des photos  d’homosexuels sont publiées dans la presse avec des titres qui incitent à la violence. Un projet de loi, écrit en 2009 par un jeune député de 29  ans, David Bahati, a pour but de condamner tout homosexuel à la peine de mort, et toute personne couvrant un homosexuel d’une peine de 3 ans de  prison.
Or, ils ne  sont pas si nombreux ceux qui savent, surtout parmi les communautés  gaies, que les compagnies d’exploitation du pétrole ont découvert  récemment des réserves pétrolières dans ce pays et que sous le parc  national de Murchison Falls, l’une des dernières grandes réserves  naturelles de l’Ouganda, repose une richesse naturelle considérable du  pétrole. En effet, le géant pétrolier français Total a commencé des  études pour préparer des tests sismiques dans le parc national comme un  prélude à une production pétrolière potentielle. Des rapports différents estiment les réserves pétrolières de l’Ouganda de 2, 5 milliards barils de pétrole avec une spéculation de 6 milliards barils [16], ce qui  pourrait aiguiser l’appétit de monsieur Baird.
À cela s’ajoutent  d’autres points d’interrogation :
1. comment expliquer l’homophobie dans ce pays ?
2. qui est à l’origine de ce mouvement ?
3. qui diffuse ces idées dans la société ougandaise ?
Selon un  reportage de Dominique Mesmin sur la chaîne télévisée France TV Info, la loi a été écrite en binôme avec Julius Oyet, chef extrémiste des Born  Again ougandais. Le Born Again est un mouvement évangéliste, venu des  États-Unis, comptant 9 millions de fidèles dans le pays, soit un quart  de la population, et dix mille églises. David Bahati en fait partie,  ainsi que le président Museveni, sa femme et un tiers des députés [17].  Ainsi qu’en témoigne Sylvia Tamale, doyenne de droit de l’université de  Kampala, qui s’insurge contre l’influence des groupes évangélistes  radicaux : « Les extrémistes américains de droite ne peuvent pas  appliquer leurs idées chez eux. Ils cherchent des alliés compatissants  dans des pays comme l’Ouganda » [18]. Or, les extrémistes évangélistes  ne sont pas seuls à la chasse des homosexuels en Ouganda. À eux se sont  joints les extrémistes musulmans. Un imam radical de la mosquée de  Kampala appelle explicitement à traquer les homosexuels et à les tuer  sur place pour que la volonté de Dieu soit faite [19].
 
… et des conservatrices canadiennes à l’exclusion des transgenres
Parallèlement aux extrémistes évangélistes qui incitent la haine contre les  homosexuels en Ouganda, une organisation de femmes conservatrices du  Canada incite aussi la haine contre les personnes transgenres. Il est  question ici des publications et des points de presse tenus par les  membres de l’organisation REAL Women of Canada à propos du projet de loi C-279. Pour rappel, ledit projet enchâsserait dans la Loi canadienne  sur les droits de la personne un article protégeant les droits des  transgenres canadiens, et criminaliserait l’incitation à la haine ou au  génocide sur la base de l’identité sexuelle. Or, les articles publiés  sur le site Web de ladite organisation ne cachent ni la haine ni le  discours discriminatoire envers les personnes transgenres. La preuve en  est qu’à plusieurs reprises, les membres de ladite organisation  amalgamèrent les individus transgenres avec les pédophiles et les  considérèrent comme des personnes dont « les activités sexuelles sont  problématiques » [20]. Pour sa part, la vice-présidente de ladite  organisation, Gwen Landolt, donna l’alarme et avertit les dieux de  l’Olympe du danger pédophile qui se cachait derrière la reconnaissance  des droits des transgenres. S’adressant à la déesse Héra Blance-Main,  elle dit ces mots qui ont des ailes :

“It’s all in how the word ‘gender identity’ is defined,” said Landolt,  explaining that “gender identity” is a catch-all phrase that could be  interpreted by activist courts to legitimize “any kind of sexual  deviancy (…) this could include pedophilia, if that’s their deeply felt  experience of gender and if that’s their sexual preference” [21].

Par contre,  les membres de l’organisation REAL Women of Canada savent bien que  l’adoption du projet de loi C-279 pourrait offrir aux personnes  transgenres une protection totale aux lieux de travail, au réemploi, aux services publiques et au logement :

«  REAL Women of Canada argues that another major effect of the bill would be that “transgendered, transsexual, and sexually confused individuals  will be given full protection, re-employment, services, housing, etc.,  in public institutions under federal jurisdiction. These behaviors will  be ‘normalized’, accepted, and protected [22]».

Pourtant,  REAL décide de rester neutre envers le débat ci-devant tout en  justifiant sa neutralité en insistant que la protection de la Commission canadienne des droits de la personne est suffisante, et que le projet  de loi C-279 n’est pas nécessaire dans ce sens [23].Le projet de loi C-279, une Odyssée houleuse
Pour ce qui  est de l’Atride John Baird, pendant qu’il s’embarque dans une Iliade  pour sauver les droits des personnes gaies à l’extérieur, il devient  évident que les droits desdites personnes à l’intérieur errent depuis  longtemps dans une Odyssée de va-et-vient entre le pays des  Cyclopes [24] – le Sénat – et la mer de Poséidon [25] – la Chambre des  communes.
Le projet de loi C-279 incarne donc la souffrance des personnes transgenres  canadiennes, leur rappelant qu’elles ne sont pas à leur place dans leur  pays tant qu’elles ne sont pas explicitement protégées par la Loi sur  les droits de la personne. Il reste à dire ici à tous les membres des  communautés LGBT du Canada, qui applaudissent le ministre John Baird,  que leurs intérêts ne doivent pas se porter sur un embarquement pour  l’Iliade de l’Atride Baird, mais bien plutôt sur une sortie de l’Odyssée du projet de loi C-279. À plus forte raison, il faut que ledit projet  passe pour que les personnes transgenres aient le même niveau de  protection que celle de la majorité des Canadiens.
En revanche, pour la quatrième fois, un simple député présente un projet de loi  d’initiative parlementaire concernant les droits des personnes  transgenres. La preuve en est qu’avant C-279, des versions antérieures  du projet de loi furent présentées au cours des législatures précédentes et sont « mortes sur le feuilleton » lors de la dissolution du  Parlement et le déclenchement des élections générales. La première  version, C-392, fut présentée par Bill Siksay lors de la 38e législature le 17 mai 2005. Le projet de loi fut présenté de nouveau sous le numéro C-326 à la 39e législature, le 19 juin 2006. Aucun de ces deux projets  de loi n’a été débattu. M. Siksay présenta le projet de loi C-389, le 15 mai 2009. Il reçut la deuxième lecture et fut débattu une première fois les 10 mai et 8 juin 2010, et fut adopté par la Chambre des communes le 8 juin. Il fut ensuite considéré par le Comité permanent de la justice  et des droits de la personne de la Chambre des communes le 2 novembre  2010, qui l’adopta sans amendement. La Chambre l’adopta à l’étape du  rapport le 8 décembre 2010. Le débat à la troisième lecture eut lieu le 7 février 2011, et la Chambre l’adopta à troisième lecture le 9 février.  La première lecture au Sénat survint le lendemain, mais il est mort sur  le feuilleton le 26 mars 2011 lors de la dissolution du Parlement. Le  projet de loi C-279 reçut la première lecture le 21 septembre 2011. Le  débat à deuxième lecture eut lieu le 5 avril et le 1er  juin 2012.  Enfin, le 6 juin 2013, le projet de loi C-279 fut adopté à deuxième  lecture à la Chambre des communes, avec 150 voix pour et 132 contre, et  il fut renvoyé au Comité permanent de la justice et des droits de la  personne.
Cette fois,  le C-279 fut adopté par les parlementaires aux communes ; 18  conservateurs, dont trois ministres, y accordèrent leur appui. Il fut  étudié ce printemps au comité permanent du Sénat sur les droits de la  personne, et ne fit pas l’objet d’amendements en dernière analyse le 11  juin. Mais après cette date, le projet de loi ne put être mis au vote  pour une troisième lecture finale au Sénat. Et le projet de loi pourrait se heurter à un nouvel obstacle. La sénatrice conservatrice Nancy Ruth  proposa en effet un amendement, parce qu’elle voudrait que le sexe fût  inclus dans l’article sur l’incitation à la haine, afin que les femmes  bénéficiassent des mêmes protections. Si l’amendement de la sénatrice  est adopté, le projet de loi devrait retourner à la Chambre des communes pour un nouveau vote sur les modifications [26].
Pour sa  part, la présidente du comité sénatorial, la libérale Mobina Jaffer,  soupçonne que le gouvernement conservateur n’est pas pressé d’adopter la législation :
« Les  témoignages que nous avons entendus de la population transgenre étaient  tout simplement déchirants, et lorsque j’ai quitté les audiences de ce  comité, je me suis dit que ce n’était pas le Canada que nous voulons.  (L’adoption de) ce projet de loi était tout simplement la chose juste à  faire », a-t-elle témoigné [27].
Nous  proclamons que l’espace de la Loi est finalement un lieu interdit pour  les droits des personnes transgenres. Le Sénat, actuellement domaine des torys [28], est le seul chemin de sortie pour que le C-279 soit un  article de la Loi canadienne sur les droits de la personne. Le Sénat  figure dans ce contexte-ci un domaine inhospitalier aux droits des  personnes transgenres ; il faut que le C-279 passe pour que lesdites  personnes soient protégées au moins sur le plan légal ; nous ne parlons  pas ici de la protection sociétale qui nécessite un changement intégral  du système de valeurs dominant, ce qui pourrait, en tout cas, être mal  interprété par les prêtres de l’oracle de Delphes [29].
Somme toute
À la lumière de ce qui précède, il nous semble que les Atrides du Parti  conservateur, incapables d’établir une intégration sociétale complète  des personnes gaies à l’intérieur – vu la nature de l’idéologie  conservatrice – s’embarquent dans une nouvelle Iliade pour protéger les  droits desdites personnes à travers les sept mers. Pourtant, pendant que l’Atride John Baird Voix-Sonore guerroie pour les droits des personnes  gaies devant les murs de Troie, le glorieux Atride Stephen Harper,  maître du peuple, s’abstient, comme Achilles, près des bateaux, et garde le silence à propos du mariage gai et du projet de loi C-279. En  vérité, M. Stephen Harper ne veut rien dire, ayant peur que ses paroles  puissent déranger le sommeil profond des dieux de l’Olympe [30].
En ce qui  nous concerne, nous levons la voix contre toute sorte de discrimination, de persécution contre les personnes gaies, que ce soit sur le plan  légal ou sur le plan sociétal. Rien ne justifie de tels comportements  sous n’importe quelle circonstance. L’interdiction de la propagande  Pride en Russie, la poursuite judiciaire des gais en Iran et la peine de mort contre les homosexuels en Ouganda constituent des violations  réelles des droits de l’homme, et nous les condamnons haut et fort.
Il reste à  dire que l’Atride John Baird Voix-Sonore, dans son Iliade des droits des gais, ne cherche pas à sauver Hélène, mais bien plutôt à sacquer Troie. Nous dénonçons haut et fort la peine de mort qui est une barbarie, mais nous dénonçons aussi la falsification d’informations lorsqu’elle  prépare l’opinion publique à la barbarie de la guerre.
Enfin  parla Diomède Voix-Sonore : « Que personne n’accepte ni le trésor  d’Alexandre, ni même Hélène ; tout le monde sait, même les plus naïfs,  que déjà les Troyens sont aux limites de la mort. » [31]
Fida Dakroub, Ph.D
Notes  [1] Date d’une conférence de presse à Rio de Janeiro, Brésil, pendant laquelle  M. Baird ministre a cependant réitéré que la défense des droits des  minorités sexuelles, des femmes et des croyances religieuses faisait  partie des valeurs canadiennes.
[2] Allusion au personnage de l’Atride Ménélas Voix-Sonore dans l’Iliade d’Homère.
[3] Dans l’Iliade d’Homère, les forces alliées grecques sont décrites sous différents noms : « Argiens », « Danaéens » et « Achéens ».
[4] Homère, l’Iliade, chant XIII, v. 837.
[5] John Baird s’inquiète des droits des gais en Russie. (2013, 08 01). Consulté le 10 01, 2013, sur Radio-Canada.cahttp://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/08/01/004-baird-russie-gais.shtml
[6] Dans la mythologie grecque, Héra ou Héré, fille des Titans Cronos et Rhéa,  est la sœur et la femme de Zeus. C’est aussi la sœur de Déméter,  d’Hadès, de Poséidon et d’Hestia. Elle est la protectrice de la femme et la déesse du mariage, gardienne de la fécondité du couple et des femmes en couche. Elle est très jalouse des infidélités de son mari Zeus.
[7]  Baird forcé de défendre son soutien aux droits des gais. (2013, 08 09). Consulté le 10 01, 2013, sur Le Devoir : http://www.ledevoir.com/politique/canada/384681/un-groupe-de-femmes-de-droite-denonce-baird-sur-les-droits-des-homosexuels
[8] Gagné, L. (2013, 08 08). John Baird attaqué par un groupe de conservatrices. Consulté le 10 01, 2013, sur TVA Nouvelles :http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2013/08/20130808-161243.html
[9] Homère, l’Iliade, chant VIII, v. 201.
[10] Droits des gais : John Baird s’attire les foudres d’un groupe de femmes. (2013, 08 08). Consulté le 10 01, 2013, sur Radio-Canada.cahttp://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/08/08/001-john-baird-femmes-conservatrices-droits-gais.shtml
[11] Homère, l’Iliade, chant VI, v. 55.
[12] Tait, R. (2005, 07 28). A fatwa for transsexuals. Consulté le 10 10, 2013, sur http://www.salon.com/2005/07/28/iran_transsexuals/
[13] Harrison, F. (2005, 01 05). Iran’s sex-change operations. Consulté le 10 10, 2013, sur BBC News: http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/newsnight/4115535.stm
[14] Bergeron, P. (2012, 10 22). John Baird froisse l’Iran et l’Ouganda pendant un  discours. Consulté le 10 10, 2013, sur La Presse canadienne: http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201210/22/01-4585878-john-baird-froisse-liran-et-louganda-pendant-un-discours.php
[15] Voir les articles de l’auteur sur la rupture d’Ottawa avec Téhéran au CRM.
[16] How much oil (and gas) does Uganda have, and where is it? (2012, 03 05). Consulté le 10 10, 2013, sur Oil in Uganda: http://www.oilinuganda.org/facts-faqs/uganda-oil-facts-faqs/how-much-oil-and-gas-does-uganda-have-and-where-is-it.html
[17] Mesmin, D. (2013, 06 13). Envoyé spécial : Ouganda, la traque des homosexuels.  (France TV Info) Consulté le 10 08, 2013, sur Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=7loMGwAg3QA
[18] Véran, S. (2013, 06 13). La traque des homosexuels en Ouganda. Consulté le 10 08, 2013, sur Le Nouvel Observateur : http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20130612.OBS2937/la-traque-des-homosexuels-en-ouganda.html
[19] Ibid.
[20] There is something peculiar about the Bill on the Transgendered (Bill C-279). (2013, 06 06). Consulté le 10 10, 2013, sur REAL Women of Canada:http://www.realwomenofcanada.ca/there-is-something-peculiar-about-the-bill-on-the-transgendered-bill-c-279/
[21] Baklinski, T. (2013, 08 23). Stephen Harper’s decision on Parliament may set back  transgender ‘bathroom bill’. Consulté le 10 10, 2013, sur Real Women of  Canada:http://www.realwomenofcanada.ca/stephen-harpers-decision-on-parliament-may-set-back-transgender-bathroom-bill/
[22] Ibid.
[23] Ibid.
[24] Les cyclopes forment une espèce de créatures fantastiques dans la  mythologie grecque. Ce sont des géants n’ayant qu’un œil au milieu du  front. Ils tirent leur nom de leur père, Cyclope, fils d’Ouranos.
[25] Poséidon est le dieu des mers et des océans en furie, ainsi que l’« ébranleur du sol » — dieu des tremblements de terre et des sources dans la  mythologie grecque. Les Romains l’assimilent à Neptune.
[26] Droits des transgenres : le projet de loi bloqué au Sénat. (2013, 07 04). Consulté le 10 01, 2013, sur Radio-Canada.cahttp://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2013/07/04/003-transgenre-projet-loi-senat.shtml
[27] Radio-Canada, ibid.
[28] Des 105 sénateurs, le Parti conservateur du Canada en a présentement 60.
[29] L’oracle de Delphes fut l’un des plus célèbres oracles de la Grèce antique. Un  rituel précis était associé à la consultation de la Pythie qui rendait  l’oracle du dieu Apollon.
[30] M. Stephen Harper pourrait proroger le débat parlementaire sur le projet  de loi C-279. Voir aussi M. Stephen Harper pourrait proroger le débat  parlementaire sur le projet de loi C-279. Voir aussi Baklinski, Ibid.
[31] Homère, l’Iliade, chant VII, vers 400 – 402.
Bibliographie
Baird forcé de défendre son soutien aux droits des gais. (2013, 08 09). Consulté le 10 01, 2013, sur Le Devoir : http://www.ledevoir.com/politique/canada/384681/un-groupe-de-femmes-de-droite-denonce-baird-sur-les-droits-des-homosexuels
Baklinski, T. (2013, 08 23). Stephen Harper’s decision on Parliament may set back transgender ‘bathroom bill’. Consulté le 10 10, 2013, sur Real Women of Canada:http://www.realwomenofcanada.ca/stephen-harpers-decision-on-parliament-may-set-back-transgender-bathroom-bill/
Bergeron, P. (2012, 10 22). John Baird froisse l’Iran et l’Ouganda pendant un discours. Consulté le 10 10, 2013, sur La Presse canadienne: http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201210/22/01-4585878-john-baird-froisse-liran-et-louganda-pendant-un-discours.php
Droits des gais : John Baird s’attire les foudres d’un groupe de femmes. (2013, 08 08). Consulté le 10 01, 2013, sur Radio-Canada.cahttp://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/08/08/001-john-baird-femmes-conservatrices-droits-gais.shtml
Droits des transgenres : le projet de loi bloqué au Sénat. (2013, juillet 04). Consulté le 10 01, 2013, sur Radio-Canada.cahttp://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2013/07/04/003-transgenre-projet-loi-senat.shtml
Gagné, L. (2013, 08 08). John Baird attaqué par un groupe de conservatrices. Consulté le 10 01, 2013, sur TVA:http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2013/08/20130808-161243.html
Harrison, F. (2005, 01 05). Iran’s sex-change operations. Consulté le 10 10, 2013, sur BBC News: http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/newsnight/4115535.stm
Homère. Iliade (éd. 2013). (J.-L. Backès, Trad.) Paris: Éditions Gallimard.
How much oil (and gas) does Uganda have, and where is it? (2012, 03 05). Consulté le 10 10, 2013, sur Oil in Uganda: http://www.oilinuganda.org/facts-faqs/uganda-oil-facts-faqs/how-much-oil-and-gas-does-uganda-have-and-where-is-it.html
John Baird s’inquiète des droits des gais en Russie. (2013, 08 01). Consulté le 10 01, 2013, sur Radio-Canada.cahttp://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/08/01/004-baird-russie-gais.shtml
Martyn, A. (2013, 08 15). On gay rights, Conservatives could learn a thing or two from John Baird. Consulté le 10 03, 2013, sur The Globe and Mail:http://www.theglobeandmail.com/news/politics/the-conservatives-could-learn-a-thing-or-two-from-john-baird/article13794991/
Mesmin, D. (2013, 06 13). Envoyé spécial : Ouganda, la traque des homosexuels. (France TV Info) Consulté le 10 08, 2013, sur Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=7loMGwAg3QA
Tait, R. (2005, 07 28). A fatwa for transsexuals. Consulté le 10 10, 2013, sur Salon: http://www.salon.com/2005/07/28/iran_transsexuals/
There is something peculiar about the Bill on the Transgendered (Bill C-279). (2013, 06 06). Consulté le 10 10, 2013, sur REAL Women of Canada:http://www.realwomenofcanada.ca/there-is-something-peculiar-about-the-bill-on-the-transgendered-bill-c-279/
Véran, S. (2013, 06 13). La traque des homosexuels en Ouganda. Consulté le 10 08, 2013, sur Le Nouvel Observateur : http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20130612.OBS2937/la-traque-des-homosexuels-en-ouganda.html Docteur en Études françaises (UWO, 2010), Fida Dakroub est écrivain et chercheur, collaborateur régulier du Centre de recherche sur la mondialisation. Elle est militante pour la paix et les droits civiques.
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Mes envies

Je n'ai pas envie d'être sage, pour les années qui me restent j'aimerais faire des ravages, me teindre les...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img
Translate »