dimanche, septembre 19, 2021

Merci à toutes ces femmes algériennes

Must Read

Permettez moi de dire MERCI à toutes les femmes qui nous gardent en éveil, ‘merci’ à ces filles égorgées à la fleur de l’âge, merci à ces femmes menottées pour avoir refusé de sectaire, merci à ces femmes sans maris, mais ni veuves ni divorcées ni célibataires, ces femmes de disparus, merci à ces mères meurtries dans leur chair, merci à ces fillettes devenues femmes et qui n’ont jamais pu dire « Baba Nehabak », merci à ces femmes qui parcourent des kilomètres pour quelques minutes dans un parloir.

Merci à ces femmes de ménage que personne ne salue et qui, pour ne pas tendre la main survivent avec des salaires de 9000 et 15000 DA, merci aux dernières femmes de Chahid que nous avons vues passer parfois plus de 20 ans dans les bureaux des ripoux à faire du nettoyage mains nues, merci à ces centaines de femmes qui traversent le pays pour des boulots de misère au Sud et qui en plus, subissent l’étiquette de prostituées, merci à ces femmes qui élèvent seules des enfants, merci à ces femmes qui n’ont plus de vie pour ne pas abandonner un parent ou un beau parent handicapé.Merci à toutes celles qui disent non aux appels des ripoux et refusent de rejoindre le Harem des partis et des opportunistes.

Merci à nos grand-mères qui nous ont appris à aimer sans dire ‘je t’aime’, à dire ‘non’ sans rien briser et à tolérer sans nous soumettre.Merci à celles qui perpétuent ces gestes ancestraux, qui continuent de rouler leur couscous, de broder leurs robes, de tisser leurs tapis, de fredonner les chants du terroir et de murmurer des berceuses.Merci à toutes ces femmes qui ont rythmé notre enfance par leur prestance, leur douceur, leurs caresses, leurs plats, leurs regards plus percutants que tous les sermons, leur dignité, leur dévouement, leurs senteurs, leurs ombres et leur infinie tendresse.

Merci à ces femmes qui souffrent en silence dans les cages et carcans des familles, dans les geôles des sionistes, dans les cachots des dictateurs et qui résistent seules, à toutes les répressions et les humiliations et à tous les chantages.

Merci à ces femmes qui souffrent pour avoir aimé. Merci à ces femmes qui continuent de donner sans rien attendre en retour.

Z. A.

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Mes envies

Je n'ai pas envie d'être sage, pour les années qui me restent j'aimerais faire des ravages, me teindre les...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img
Translate »