jeudi, juin 13, 2024

De l’enseignement à l’édition !

J’avance à petits pas… je trébuche et je me redresse… je tombe et je me relève…. je fais des erreurs et je me corrige… je découvre, je vis ma mission de vie enfin et sans regrets !

De l’enseignement à l’édition !

J’ai changé de voie. Oui… j’ai osé !

Même si ce n’est pas facile… ça ne fait plus vivre… même si c’est un mauvais choix aux yeux de mon entourage qui ne comprend pas pourquoi je transforme un local familial en bureau ou siège d’une jeune maison d’édition, en plein cœur de Staoueli, où l’activité commerciale bat son plein… restaurant, cafés, Pizzerias… !

– « tu aurais pu faire un autre choix et réussir au lieu de galérer avec ces histoires de livres, de diffusion, alors que les gens ne lisent plus, ne s’intéressent plus. » ne cessent de me répéter les proches…

Réussir comme tous les autres c’est gagner de l’argent facilement, rapidement, et se faire remarquer. Nous sommes dans cette logique unique, imposée, la logique qui a renversé l’échelle des valeurs, domestiquée, envoûtée les plus sages !
On ne vit que pour le paraître, et le paraître se réalise par l’argent… les gens intelligents, ou que l’on croit intelligents ne perdent pas leurs temps, ils vont droit au but, et savent raccourcir le chemin vers la fortune.

 » je fais moins d’effort pour un maximum de gain  » m’a expliqué un jour un de mes anciens élèves,  » je m’adepte bien à l’esprit du temps… je suis intelligent… te souviens tu de moi ?… Moi qui détestais les études… je gagne bien ma vie dans les affaires… je ne travaille même pas, je m’amuse et je gagne facilement de l’argent !

En réalité, je comprends combien l’argent est utile et indispensable pour faire de belles choses dans la vie… je regarde autour de moi, j’essaye de voir ce qui est réalisé par les fortunes de ces intelligents qui ont su créer à partir de rien, du moindre effort, la richesse… je vois… ce que vous voyez tous : Des maisons, des villas, des battisses souvent laides, elles poussent partout, se concurrencent, chacune veut emporter cette course… la course de séduire, de paraître, de faire voir et valoir !!! Des murs, que de murs et du béton, de grands murs qui ressemblent parfois à des forteresses, où l’on se cache pour savourer la vie, seuls, loin des regards des curieux, loin de la société malade, loin des envieux, des misérables…

Peu importe si les plages sont pourries, si les trottoirs et les rues sont sales, si les bibliothèques sont vides, les jardins publics sont abandonnés, les quartiers ne sont plus vivables, les gens ne sont plus gais, l’extrémisme se renforce de plus en plus, le malaise installé partout, la vie politique du pays paralysée… peu importe, si le système éducatif et la santé sont au bord de l’effondrement… la jeunesse égarée, les femmes étouffées, les plus érudits désespérés…

Peu importe!

Si on possède l’argent, et tant qu’on a les poches et les réserves pleines ! On peut même s’en passer de tous et du pays ! On peut tout laisser et partir ailleurs ! Pourquoi pas !

Les gens intelligents ou que l’on croit intelligents ! Sont réalistes, efficaces, ils pensent à l’avenir de leurs enfants, leur préparent un bel avenir, des fortunes pour bien vivre chez eux, et fuir si ça ne va pas un jour !

Les gens intelligents ou que l’on croit intelligents, ne se soucient plus de l’amour du pays, du bien-être du peuple, de l’avenir des jeunes, ils pensent que tout cela est un mensonge, juste un mensonge pour endormir le troupeau, et faire vivre les autres, les autres qui sont encore plus intelligents qu’eux !

Comme tous les autres idiots, fous, rebelles de mon pays, je ne suis pas dans cette secte des puissants intelligents ! Je n’ai pas cette force de caractère qui m’ôte mes inclinations naturelles de sympathie, de compassion, d’empathie, de qualités ou défauts, qui sont à l’origine de mes engagements…Je ne peux pas fermer les yeux sur les malheurs des autres, les écraser, les trahir, leur mentir, les endormir, les mépriser, pour m’affirmer et réussir…

Un jour, j’ai compris qu’il y a des voix qui s’élèvent contre ces injustices et ces grands égarements, des esprits qui se rebellent contre le règne des médiocres, des mots qui naissent, cherchent à vivre, à témoigner, à changer l’état des choses, à créer le beau, à effacer la laideur, à redonner à l’humain ce qui lui manque réellement…

Ce jour-là… j’ai compris, que l’édition est aussi un choix parmi d’autres vers la libération… le livre est Sûrement une arme parmi les plus puissantes, contre l’ignorance et le sommeil profond qui dure…

Les auteurs sont mes amis, mes concitoyens que j’admire, mes âmes sœurs…

Je mène leur combat, mon combat, c’est mon ultime mission !
Je n’en ai pas d’autres !

Malika Challal (publié en 2018)

Aujourd’hui en 2020, pour des raisons familiales, je n’ai pas pu garder ce local, mais je me bats encore pour l’édition… et si je dois quitter cette activité à cause des problèmes financiers c’est pour me concentrer sur mes propres écrits…

✍️ : Malika Challal

Votre Journal Arts et Culturespot_img
error: contenu protégé