samedi, juillet 13, 2024

Un récit ni sensationnel, sans chichis,

Non, jolie! Me dit-elle à l’endroit de sa personne, pour me rétifier.

L’Algérie a 1622 kms de côtes, des plages avec un sable fin, des endroits plus fabuleux que d’autres. Mais, Qu’en est-il du tourisme dans ce vaste pays, l’un des 10 plus beaux au monde, paraît-il!

Quelque temps avant de pénétrer dans l’état du Maine aux états-unis, pour un camping de trois jours. Une petite halte s’impose pour un café. La route a été longue et il a fait chaud, ma peau colle de partout. Je me rends aux toilettes pour m’asperger le visage d’un peu d’eau, me rafraîchir, simplement!. Un vieille femme, très vieille, presque aussi droite qu’un I, de petite de taille, un poudrier et son miroir en main, et dans l’autre un tube de rouge à lèvres. Elle applique d’une main experte, son rouge sur ses lèvres. Je l’observe une seconde. Attendrie, je souris en dedans. La peau de son visage est très ridée, bien mise cependant, cheveux blancs permanentés. Un petit quelque chose la rendait belle. Je ne savais quoi?
– Vous êtes belle! lui dis-je. Les mots sont sortis malgré-moi. Allez savoir, pourquoi? Elle lève les yeux sur moi, une étincelle à l’oeil, son regard un brin espiègle.
– Non, jolie! me dit-elle avec le plus grand sérieux.
-D’accord pour jolie. Alerte aussi, ajoutai-je.
-j’ai 87 ans , vous savez! Elle m’en bouche un coin. Pourquoi tant de coquetterie, pourrait-on se demander lorsque la mort rôde autour de soi! C’est inéluctable, n’est-ce pas! Puis, j’ai aussitôt pensé, une révérence à`sa féminité, voilà tout! Pourquoi, devrait-elle prendre fin avec l’âge? C’est une révérence à la vie aussi et un pied de nez à la mort.
`Quelle est la recette de cette auguste dame pour avoir une telle pêche?

Ils ont aménagés des endroits ombragés pour tous ceux qui doivent dresser leurs tentes de camping, c’est en pleine forêt. Il y a aussi des cabanons montés avec des troncs d’arbres, les douches, une dizaine environ et les toilettes sont d’une propreté irréprochable. Tout le monde dispose d’un rond de fer d’un mètre de diamètre environ, pour faire un feu de camp.Tout est rudimentaire, mais n’empêche, pratique! Pour laver la vaisselle , deux grands bacs en fer avec un trou au milieu pour laisser l’eau s’écouler à un demi mètre du sol, avec des planches en bois disposées de part et d’autre pour y déposer la vaisselle et même des gros rouleaux de papier pour l’essuyer , ainsi que des poubelles. Moi, je crois vraiment, que je suis  »dans la petite maison dans la prairie ». Ce n’est pas un hôtel trois étoiles, mais c’est une belle nuit étoilée avec les senteurs des bois, les gazouillis d’oiseaux. A 19h les campeurs sont silencieux. Le respect de l’autre, évidemment…
Le lendemain , nous faisons une randonnée dans la forêt avec des amis Péruviens, Sofia, Ricardo et sa femme, Patricia.Quelle aventure! Nous marchons au gré de nos envies. Je foule prudemment de mes pas les racines des arbres, je scrute le sol, toute cette nature qui foisonne m’exalte. Et d’un coup, j’ai peur qu’on se perde comme le Petit Poucet en pleine forêt.
– Regarde! me dit Ricardo, pour me rassurer, aux branches les plus basses des arbres, il y a des rubans , rouges et roses, plus malins que le Petit Poucet, ceux qui ont pensé à cette astuce pour que les randonneurs retrouvent leur chemin. Ricardo porte sur son dos tout un arsenal de photographie d’au moins 12 kg. La photo c’est sa passion, son hobby. Il traque les nuances, les contrastes de lumière pour le choix de ses photos. Là, je le vois, penché sur un champignon, la lumière du soleil, ruisselle d’un côté mais c’est ombragé de l’autre côté du champignon. La photographie ,c’est tout un art.Pourquoi, en Algérie, ce genre de loisir est inéxistant, pensai-je,d’un coup.Les forêts ne manquent pas, pourtant! La forêt débouche sur l’Atlantique d’un côté. Il n’y a pas de sable fin , des cailloux seulement.Pourtant les gens se dorent au soleil. Il y a des mouettes qui survolent au- dessus de nos têtes. Un baigneur a laissé son sac ouvert. Une mouette tourne autour, fonce d’un coup sur le sac et pique avec son bec un paquet de chips tout neuf. Comment, a-t-elle su qu’il y avait un aliment dedans? J’ai juste compris que si les mouettes étaient des voleuses, c’est parceque là-bas, il n’y a pas de décharges à ciel ouvert. Les gens ont du civisme.Ils font attention à leur environnement.Bar Harbor est une jolie ville dans le Maine, que l’on a plaisir à visiter. Coquette à souhait , des drapeaux Américains sur les devantures des magasins, plantés sur les poteaux électriques , sur les murs des maisons. Comment ne pas avoir l’esprit patriotique lorsque le symbole de toute une nation, dénominateur commun de tout un peuple, est arboré avec autant de fièrté? Nous devons faire une petite croisère de vingt minutes sur l’Atlantique dans un vieux et petit bateau pour visiter une petite Iles,Cranberry. Je vise direct les gilets de sauvetage sous un siège du bateau , réflexe de survie, je ne sais pas nager. J’ai imaginé d’un coup des petites croisières sur nos côtes Algériennes, par exemple, Jijel jusqu’au Cap Carbon. Les Algériens ont besoin de loisirs, nous avons la mer d’un si beau bleu, des forêts, tellement de belles choses à découvrir dans notre pays, et POURTANT!!…

Djamila Abdelli-Labiod

Votre Journal Arts et Culturespot_img