Relation Mystérieuse entre Maths, Sciences et Nature

465

A. Benmohammed

La Nature se révèle par des signes et des signaux que le physicien va alors filtrer pour mesurer des nombres. Ceci produit une communication entre la nature et l’humain ou l’objet et le sujet. Les différentes qualités de la Nature (masse, dimension, temps, énergie, …) deviennent des quantités mesurables et dont les relations vont rentrer comme un miracle dans des lois physiques.

La géométrie depuis Euclide  (géométrie euclidienne) à la géométrie de Riemann ou aux fractales de Mandelbrot donne des formes incroyablement réalistes à toutes les formes trouvées dans la Nature.

On découvre alors éblouit des constantes universelles, des lois d’électricité, de magnétisme, de forces atomiques et gravitationnelle.

La Physique mathématique de l’atome sera étendue à la chimie des molécules qui fera naitre la biologie et toutes les sciences de la vie.

Les maths feront ensuite découvrir à l’humain, l’Informatique, l’algorithmique, les langages informatiques pour déboucher sur l’internet et l’intelligence artificielle.

Les maths (en particulier les probabilités et les statistiques) seront ensuite introduites progressivement même dans les sciences sociales et humaines pour leur donner plus de rigueur scientifique.

La boite à pandore de la nature s’est entrouverte à l’humain. Tout ceci grâce aux mathématiques qui vont eux aussi exploser pour les besoins physiques dans des sciences de l’espace, des nombres, des probabilités, l’arithmétique, l’algèbre, l’analyse, la géométrie, la logique mathématique …

Le physicien Eugene Wigner écrit un article en 1960 intitulé :

« La déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences de la nature ».

Selon Wigner, cette efficacité ne peut être qualifiée qu’en termes de « miracles » ou de

« don magnifique que nous ne comprenons ni ne méritons ».

A, Benmohammed