La diaspora unie derrière la Nation algérienne

Must Read

L’Algérie suscite de nombreuses convoitises, notamment par ses richesses naturelles en hydrocarbures. Tout le monde le sait. Les anciens et indéboulonnables de l’Algérie française — je les connais bien, nous habitons le même pays : la France — mettent tout en œuvre pour tenter de déstabiliser ce pays de l’intérieur. Ces accrocs suspendus au « paradis perdu » (ils se reconnaitront) ont gardé un esprit revanchard et n’ont toujours pas digéré le fait que l’Algérie est devenue un Etat indépendant et souverain.

Si l’on tient compte des changements de trajectoire (dont on n’ignore la direction) ayant eu lieu en Tunisie depuis le renversement du régime de Ben Ali, si l’on sait que le Maroc est un allié sûr de l’UE et des USA depuis fort longtemps, que la Libye est tombée entre les mains de l’OTAN, que le Nord du Mali est désormais une base militaire française, que le Niger et le Tchad abritent eux aussi des bases militaires étrangères sur leur sol, l’on peut dire avec certitude, c’est une évidence géopolitique, que l’Algérie est plus que cernée. Au vu de ce qui se passe au Mali, y compris à Bamako même, heureusement que l’Algérie n’est pas intervenue dans ce pays voisin.

Le fameux Printemps arabe, dont les initiateurs ne sont autres que les anciennes puissances impérialistes et colonialistes, a été une occasion inespérée, rêvée, pour les derniers retraités de l’Algérie française, d’inciter les Algériens à la révolte. Morceler et éclater l’Algérie reste la priorité des nombreux ennemis de ce pays. Je cite BHL (Bernard-Henri Lévy) : « L’Algérie n’est pas un pays arabe, ni islamique, mais un pays juif et français, sur un plan culturel » ajoutant « que l’Algérie connaitra, elle aussi, un printemps arabe. » Et croyez-moi sur parole, on peut lui faire confiance car il est bien informé (Mossad).

Mais il y a eu des crimes de guerre commis en Libye, et d’autres actuellement commis en Syrie. BHL est un des principaux complices (et coupables) de ces crimes, lui qui s’est également écrié : « C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique, que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays une stratégie et des tactiques… Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif… J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël. » Vous avez bien lu : Israël et sionisme. Les mots clés résumant toute sa vie, tous ses combats, tous ses desseins à réaliser coûte que coûte. Tout le programme, du «philousophe» engagé, avoué par lui-même, dévoilé et déclaré salutaire et d’utilité publique pour le monde arabo-berbère. BHL s’est surpassé. Mais il s’est, pour une fois, manifesté de manière sincère et authentique. On en n’entendait pas autant de sa part. Sa rage l’a vaincu. Mis à terre et ruiné. Cela a été plus fort que lui. Il lui a fallu soulager sa conscience, son âme, tel un assassin finissant par avouer ses crimes, se délivrant ainsi des maux le rongeant de l’intérieur. Quelle confession ! Quels aveux ! L’homme de Béni-Saf (ouest algérien) est meurtri, frustré, anéanti. Il a fini par extirper de lui-même les derniers calvaires d’une schizophrénie l’ayant définitivement foudroyé.

Mais s’il existe des peuples parmi lesquels les traitres seraient les plus nombreux, je crois bien, c’est mon avis personnel, que les peuples arabes seraient en tête de liste. Car BHL et son acolyte Nicolas Sarkozy n’auraient pu intervenir à leur guise, dans les pays arabes déstabilisés, sans l’aide des judas, des renégats arabes. Aussi, je mets en garde la diaspora et toute la Nation algérienne contre les tentatives de division qui vont survenir sans répit. La vigilance est plus que d’actualité.

Cependant, à travers le monde, nous sommes nombreux, d’origine algérienne, à vivre ailleurs : France, Belgique, Suisse, Canada, Amérique, Angleterre, etc. Nous nous devons de rester loyaux avec ces pays, c’est un devoir moral. Toutefois, en ce qui me concerne, je n’accepterai jamais que des falsificateurs de l’histoire se permettent de réécrire notre mémoire algérienne selon leurs propres lectures des évènements tragiques passés. Oui, la France est attachée à des valeurs essentielles, tels les Droits de l’Homme. Mais cela nous ne le devons ni à BHL, ni à sa clique, ni aux extrémistes de tous bords ; nous le devons à des Molière, des Voltaire, des Hugo, des Jean Moulin, et la liste n’est évidemment pas exhaustive.

La France n’est pas la propriété de ces misérables venus de nulle part. Elle est le symbole de la révolution, de la lutte pour plus de justice, plus d’humanité. Et la voir ainsi maltraitée, tyrannisée, par ces parjurés me torture l’esprit. Et l’Algérie n’est plus une succursale de la France. En effet, comme l’écrivit déjà en son temps Jean-Paul Sartre : « L’Algérie n’est pas la France » (revue : Les Temps Modernes). L’Algérie est algérienne et saura évoluer vers des chemins de liberté, d’entreprise, d’avenir et d’espoir. Parce que l’espoir n’est pas un vain mot, il est une certitude, un rêve, un arbre pour quiconque sait l’entretenir. Au bout de la nuit naît toujours une nouvelle aube.

Touhami Moualek

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

«J’ai honte d’être juif»

André Nouschi André Nouschi Pour vous, c’est shabbat qui devait être un jour de paix mais qui est celui de...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img