Ah! ma jolie tangerine! Et-tangeawiya diali!

Must Read

Suprême réussite du marketing à l’algérienne, vendre un produit que l’on ne prend pas la peine de désigner, de nommer. Il est vrai que face à l’incroyable docilité du consommateur algérien, captif d’un marché si soucieux d’efficacité qu’il semble s’être donné pour seule exigence le respect de ce slogan: « du bateau au ventre du consommateur », le mercantilisme triomphe sans mérites. Pas de temps à perdre à faire des fioritures ou du chichi ! Mais tout de même vendre un si joli fruit et l’acheter sans qu’aucun des deux protagonistes ne sache mettre un nom sur le produit échangé manque, quelque part, d’élégance! C’est du moins ce que je constate quotidiennement.
La couleur mandarine vive et brillante de cet agrume nous fait saliver avant même de mettre la main à la poche pour s’acquitter du prix pour se l’offrir! La tangerine, c’est d’elle qu’il s’agit, ici, est ce fruit du genre Citrus ( de la famille des rutacées) mi-figue mi-raisn ou plus exactement mi-mandarine mi-orange. De la première, elle en tient la couleur en plus prononcé,la brillance en plus ainsi que la facilité d’épluchage ( la peau m’adhérant pas aux quartiers fermes mais juteux) et les saveurs; de la seconde elle tient la générosité des formes.
Véritablement, elle est à mi-chemin entre la mandarine et l’orange. La quasi-totalité des quartiers n’ont pas de pépins ce qui évoque la clémentine, ce fruit parthénocarpique ( comme les raisins secs, la banane etc… :développement de l’ovaire du fruit sans qu’il est eu de fécondation des ovules qui donnerait des graines). la clémentine est un hybride mis au point , en 1892, par le frère clément (Vital Rodier 1839-1904) de l’Institut des Frères de Notre-Dame de l’Annonciation de Misserghin en Algérie dont il était le chef de culture de l’orphelinat avec l’aide de Louis Charles Trabut, botaniste et medecin français.
comme pour la clémentine, notre tangerine serait issue d’un croisement entre un mandarinier ( Citrus déliciosa , pour la clémentine; C. reticulata pour la tangerine) et un bigaradier ( Citrus aurantium). le statut de la tangerine n’est pas, à ma connaissance, tout à fait « tranché »; pour les uns c’est une espèce de plein droit; son nom « d’état civil » serait donc Citrus tangerina Tanaka; pour d’autre c’est un hybride son nom s’écrirait alors Citrus ×tangerina Tanaka; enfin certains la considère comme un cultivar de mandarinier et elle prendrait le nom officiel de Citrus reticulata ‘Tangerina’
Restons en dehors de ce débat scientifique et s’agissant d’un fruit qui doit son nom de Tangerine à la contraction du nom de la ville marocaine, Tanger, et du mot mandarine, on pourrait s’autoriser à simplement l’appeler Et-tangeawiya; moi, cela me fait déjà rêver.
 
Abdelouahab Mokhbi 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Épuisement des ressources naturelles

L'épuisement des ressources du fait de la surconsommation humaine concerne la biodiversité, les ressources végétales (déforestation, prélèvement végétal), l'extinction...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img