Fin des élections algériennes 2014 ; Le loup, les agneaux et le berger !

A lire

 

Jamouli Ouzidane 

Miroir dis moi que je suis belle !

Dure de reconnaître sa propre laideur dans un miroir qu’on voudrait maudire. Mais, maudire l’obscurité dans ces réseaux sociaux et ces médias de marde, ne nous a jamais rendu plus beau, plus moderne et plus démocratique ! La marde ; elle nous revient au visage !

Finis la partie, on rentre chez nous, on est recalé, on doit revisiter notre copie et comprendre pourquoi on a échoué lamentablement au lieu de chialer encore une fois sur la note du restaurant ; ce qu’on a bouffé ces 50 années et qu’on refuse de payer ! Il faut payer la note et arrêter de meugler dans les réseaux sociaux à la face du monde qu’on a été violé ; ceci est lamentable comme spectacle et les gens zappent !

Le rôle viral des médias de la haine et de la diffamation dans notre débâcle !

La tragédie est d’avoir substitué le savoir aux médias.

On s’abreuvait à l’eau bénite dans ces médias modernes qui n’avaient aucun savoir que faire de la polémique pour l’audimat ; qui est capable de faire de la surenchère dans la haine de l’autre ! Une course effarée aux vidéos montages débiles qui humilient l’autre ! les jeunes ont en raffolé de cette pornographie intellectuelle.

Une grande responsabilité de la défaillance de cette élection aura été le rôle morbide des médias qui n’ont pas joué leurs vrais rôles ;  celui de médiation du juste milieu tiers entre pensées opposées dans la sagesse, la rigueur objectivité et la neutralité professionnelle.

Des médias sales qui ont fait une atmosphère sale ; la médiatisation d’un courant de révolte sans révolution. Les médias ont donné la voie à tout ce qui est morbide chez nous ; le populisme, le tribalisme et le fanatisme verbal ! Dans un pays de droit, ces médias seraient en faillite pour des dédommagements de diffamation. Toutes les barrières de la pudeur ont été dépassées. Ce n’était plus de la pensée neuronique, mais de la pornographie maso-sado qu’on a subi ces 4 mois ! On n’a pas eu le coint final, car les partenaires étaient finalement des impotents incapables de finaliser !

Je suis sidéré de voir comment, avec une facilité déconcertante, on peut emmener toute une foule vers l’abattoir avec non seulement son consentement, mais son propre appel ; une relation maso-sado entre peuple et pouvoir. Derrière, il y’a les sciences du béhavioriste, du marketing, des technologies de l’information, et surtout des sciences cognitives véhiculées par les médias principalement.

Et voilà que nos illuminés crient contre un pouvoir ; ils ne peuvent survivre qu’en étant des victimes pour se déresponsabiliser de leurs incapacités à sortir de leur labyrinthe ! C’est la faute aux autres, à l’autre ou à une seule personne ! Nous tous, on est obligés et responsables de rien dans ce pays pendant 50 ans !! Quelle impudeur !

 

Les 4 générations d’ibn Khaldoun

Nous avons vécu 3 générations ;

1- celle de nos parents, certes colonisés, mais qui avaient gardé ses valeurs, celles qui forment une communauté de destin ; la solidarité, la dignité et le travail ! Elles avaient accompli son devoir ; l’indépendance au pris de son sang !

2- la nôtre ; qui a bénéficié de ces 50 années de liberté et prospérité, mais qui a trahi. Elle n’a pas réalisé l’indépendance des personnes, leurs libertés et dignités à l’intérieur d’un état qui les protège et leur donne toute la liberté pour faire valoir son génie ; cette génération a trahi !

3- celle des jeunes d’aujourd’hui de moins de 30 ans ; une catastrophe pour moi, car elle n’a pas connu la guerre, elle a eut tout gratuit, et le pire, elle a été nourri par une éducation de 19 ans de Benbouzid qui a fait sortir ces jeunes dans les rues pour une révolte sans révolution.

Une jeunesse qui veut juste plus de droits comme la jeunesse occidentale, mais sans aucune responsabilité de sacrifier leur sueur dans l’éducation, le travail ou la création d’entreprise qu’ils confondent avec les subventions de l’État.

Une jeunesse qui est a des années de lumières de la jeunesse de l’occident formée au nano,bio, info et technologies de la cognition au-delà de la consommation des cellulaires, voitures et sucreries.

Une jeunesse gâtée inconsciente de ce qui se passe réellement dans le monde du savoir en dehors de l’internet du divertissement !

La liberté d’expression n’est pas la liberté de pensée !

On ne sait même pas qu’on est esclave

en nous faisant croire qu’on est libre d’expression !!! 

Personne dans le monde ne peut vous enlever votre liberté de penser ; c’est à dire votre sa-voir dans votre tête ! Avec l’internet, personne ne peut aussi vous arrêter d’exprimer ce savoir et non pas avec ces insultes ; ces indignations indignes, car diffamatoires versées dans des murs de lamentations avec des fans virtuels par milliers qui vous disent ; J’aime !  Quelle perte d’énergie qui aurait été mieux efficientes dans la solution des équations de Higgs, des algorithmes génétiques et des l’intelligence artificielle !

Si on suit bien la théorie des 4 générations d’ibn Khadoun, ce seront peut-être nos petits enfants qui sauveraient l’Algérie si au moins on redonnait à l’éducation la priorité numéro un. Les sociétés du futur sont celles qui investissent dans les sociétés du savoir.

 

Et maintenant ; reconstruire la confiance, l’espoir et le la solidarité brisée

Nous sommes les moutons, le berger est le pouvoir qui nous gouverne et le vrai loup est celui que tout le monde ne voit jamais que lorsqu’il rentre dans la bergerie. C’est le pouvoir mondial des finances ! Celui qui décide de la politique algérienne, des prix de nos matières premières, de nos médicaments, de nos armes, jusqu’a notre pensée ; éducative, culturelle, idéologique…

Nous n’avons jamais été nous mais uniquement des autres préfabriquées dans des laboratoires de behaviourisme pour rats qu’on mène par le plaisir et la douleur !

Il faut revenir au travail, reconstruire tout à zéro et surtout tout un pays qui ne produit que 1% de ce qu’il bouffe ! La réalité économique mondiale va nous rattraper pour nous réveiller encore plus durement dans la famine et les guerres civiles.

Nous vivons dans des fermes à vaches ! Nous n’avons pas le choix que de tout reconstruire ou le faire sous l’Ordre d’un pouvoir qui sera obligé de nous emmener dans des Goulags pour travailler ou dans les hôpitaux pour psychopathiques … pour soins palliatifs !

La liberté qu’on doit rechercher n’est pas celle de l’expression médiatique vulgaire, mais de la pensée ; de la connaissance, de la conscience, de la perception, de l’éducation, du savoir, de la formation, de l’expérience, de la culture, des arts,  …

Il est temps maintenant pour la raison de prévaloir. Il nous faut une nouvelle vision digne de notre peuple ; voir loin et juste et surtout en dehors de cette atmosphère médiatique sale où le peuple s’est plus divisé que réuni dans une fête nationale de réconciliation.

Les moutons comme le berger doivent s’allier pour survivre le loup !

La question ; est-on capable de revenir à notre raison et de pensée propre et sensée…

penser ou mourir !

références

Nouveaux médias et présidentielles Algériennes 2014 ; liberté d’expression calomnieuse à défaut de liberté de pensée éclairée

Ibn Khaldoun ; Sociologie de la Civilisation –

 

Jamouli Ouzidane 

 


Facebook Comments

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img

Articles Récents

Facebook Comments
Translate »