L’après élections présidentielles; le vrai combat ne fait que commencer:

A lire

 

Nous avons pris bonne note. 

Mais un premier couac: la manifestation pour la célébration d’un printemps…..culture, qui n’a rien à voir avec ces printemps « arabes » que tous redoutaient et qu’ils avançaient comme la menace fatale, a été violemment réprimée. Les moyens modernes de communications ont dévoilé cette macabre répression. La veille 11 militaires sont tombés dans une embuscade que le dernier officier , même réserviste aurait pu, éviter.

Mais, pour positiver, ces événements, car il le faut bien, cette élection, ne souffre d’aucun équivoque, en ce sens qu’elle a permis, depuis de nombreux mois avant son déroulement, l’expression de la société civile. De nombreux intellectuels, des officiers généraux, supérieurs, des cadres, des ex membres de gouvernements des faiseurs d’opinions se sont prononcés. Des pôles politiques sont nés, du mouvement BARAKAT, aux autres et parmi eux le front du boycott, les front des partisans de la transition pacifique, le front créé autour du candidat Benflis….etc.

La presse écrite, télévisée, en ligne les réseaux sociaux,facebook, twitter ont permis aux citoyens de tous les bords et de tous les horizons de s’exprimer. Il y a du bon, du moins bon et du mauvais.

Loin de pouvoir juger les élections, et pour cela, nous attendons les avis des spécialistes qui,ne manqueront pas de le faire, il y a lieu de noter tout de même, cette volonté manifeste des algériens à donner leurs avis.

Ces avis, sont exprimés différemment, ne sont pas tous du même bord, mais ILS CHERCHENT PRESQUE TOUS LE MÊME PORT: une autre RÉPUBLIQUE, UN AUTRE SYSTÈME.

La société bouge, s’exprime….donc elle vit. Pour le bonheur du pays, de la Nation.

Je pense que c’est le moment de redonner à la politique ses lettres de créances. Et c’est POSSIBLE, pour peu que nous y croyons, que nous écartions toute idée de marginalisation, toute forme de violence.

L’Algérie, ne peut pas être un pays qui peut dévier de ce parcours tracé depuis des millénaires. C’est un pays qui a une longue et riche Histoire.

L’Algérie est une terre de résistance et de combats et c’est peut être le seul du continent africain. Elle est redoutée essentiellement pour cela. Les enjeux sont très forts, au Sud du continent européen.( N’oublions pas que l’empire romain a failli disparaître devant la puissance des royaumes d’Afrique du Nord. Le Général carthaginois HANNIBAL après avoir vaincu l’armée romaine a refusé de prendre Rome, alors qu’on lui proposait de la brûler et attendait en militaire la reddition civilisée). Jughurta a proposé d’acheter Rome , sachant que la corruption gangrenait l’Empire Romain.

L’Algérie, contrairement aux autres pays a recouvré son indépendance par les armes et le sacrifice, comme le Vietnam.

Une société algérienne, éveillée, organisée démocratiquement, jalouse de son indépendance et de ses richesses est dangereuse.

Ces combats internes que nous menons, ne menacent pas que ceux qui ont le pouvoir chez nous, mais bien d’autres encore. Alors, élargissons nos champs de visions et ne tombons pas dans les pièges grossiers qui nous sont tendus. Ne croyons qu’à nous et n’attendons aucune aide de qui que ce soit. En dehors des algériens , je crois qu’aucune puissance ne nous veut du bien, juste pour nous. Ni à l’Est ni à l’Ouest. Ni les USA, encore moins la France.

Mais bien sur, je parle des Etats, des lobbys mais pas des peuples.

Arezki Maouche

Facebook Comments

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img

Articles Récents

Facebook Comments
Translate »